Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Guillaume II de Warenne

Guillaume II de Warenne

samedi 6 décembre 2014

Guillaume II de Warenne (av.1071-1138)

2e comte de Surrey-Lord du rape de Lewes-Seigneur de Bellencombre et Mortemer en Haute-Normandie

Il fut un important baron anglo-normand du Royaume d’Angleterre.

Fils de Guillaume 1er de Warenne , 1er comte de Surrey, et de sa première femme Gundred, sœur de Gerbod le Flamand.

Il succède à son père en 1088, et devient alors l’un des plus importants propriétaires terriens d’Angleterre, avec des possessions dans 13 comtés. Son cadet Réginald reçoit les terres de sa mère en Flandre et probablement les terres paternelles normandes à Mortemer et Bellencombre. Après la mort de ce dernier en 1106, les terres reviennent à Guillaume.

Aux alentours de 1093, il essaye d’épouser Édith ou Mathilde d’Écosse , fille du roi Malcolm III d’Écosse. Elle épousera Henri 1er d’Angleterre en 1100, et c’est peut-être la raison pour laquelle Guillaume semble éprouver un fort ressentiment envers Henri 1er, et qui expliquerait sa motivation pour ses actes des années suivantes.

Guillaume est rarement présent à la cour royale, et se montre peu respectueux de son souverain.

Pour s’assurer de manière pérenne la loyauté de Guillaume, le roi Henri envisage de le marier à l’une de ses innombrables filles illégitimes. Il en est dissuadé par l’archevêque Anselme de Cantorbéry, qui invoque des problèmes de consanguinité.

Il rejoint immédiatement Robert Courteheuse, duc de Normandie, et frère aîné d’Henri 1er, dans sa tentative d’invasion de l’Angleterre en 1101, montrant en cela qu’il était évidemment impliqué depuis longtemps dans la conspiration.

Quand Henri 1er achète le retrait de son frère pour une pension annuelle de 3 000 marcs d’argent, Guillaume de Warenne se retrouve rebelle sans cause. Bien que le traité de paix signé entre les 2 frères prévoit une amnistie pour les barons qui ont participé à l’invasion, Guillaume perd ses terres anglaises et est exilé en Normandie.

Guillaume se plaint auprès du duc qu’il avait déployé de grands moyens pour lui, et qu’en retour, il avait perdu la plupart de ses possessions, dont le comté de Surrey qui lui rapportait chaque année mille marcs d’argent. Il sollicitait son intervention pour recouvrer ses biens en Angleterre. Le duc Robert accepte facilement cette proposition, et retourne en Angleterre en 1103, non armé et non invité, apparemment dans cet unique but. Le roi Henri, irrité par la venue de son frère, et profitant de la démarche inconsidérée de son frère, menace de l’emprisonner.

Courteheuse, comprenant qu’il s’est jeté dans la gueule du loup, n’a pas d’autre choix que d’accepter les conditions de son frère. Il renonce à son indemnité annuelle en échange de la restauration des terres et titres de Guillaume de Warenne. Le comte Warenne restera fidèle au roi le restant de sa vie.

Pour un temps, il n’est apparemment pas le bienvenu à la cour royale, car il n’est témoin d’aucune charte royale entre 1103 et 1107. Pourtant, il est l’un des commandants de l’armée d’Henri 1er à la bataille de Tinchebray [1] en 1106, à l’issue de laquelle le duc Robert Courteheuse est capturé et maintenu prisonnier pour le reste de sa vie.

Ayant prouvé sa loyauté pour de bon, sa position à la cour d’Henri s’en trouve renforcée. Il sera ensuite présent auprès du roi à chacun de ses séjours en Normandie et en Angleterre. Il est présent au concile de Nottingham le 17 octobre 1109, est un des garants du traité de Douvres passé avec Robert II, le comte de Flandre, le 17 mai 1110, et exerce la fonction de juge à la cour ducale en 1111.

En 1110, Guillaume Cliton, le fils de Robert Courteheuse, s’enfuit avec Hélie de Saint-Saens. Peu après, Warenne reçoit les terres confisquées à Saint-Saens, qui étaient proches des siennes en Haute-Normandie. Le roi Henri s’assure ainsi de son soutien, puisqu’un retour de Guillaume Cliton signifierait une perte de ses nouveaux territoires.

En 1118, Guillaume réussit enfin à épouser une princesse de sang royal, en la personne de Isabelle de Vermandois. Elle est la fille d’ Hugues 1er de Vermandois dit Hugues Le Grand et la veuve de Robert de Meulan, 1er comte de Leicester. Depuis 1115, la comtesse Isabelle avait été enlevée ou détournée par Guillaume, cet enlèvement concluant apparemment une liaison qui durait depuis très longtemps. Il y avait eu ce qui ressemble à une séparation ou à un divorce entre le comte de Meulan et sa femme. Il ne leur avait d’ailleurs pas permis de se remarier.

Peu de temps après le décès du vieux comte en 1118, qu’on dit mort de chagrin et d’humiliation après cet affront public, les deux amants se marièrent. Elle aurait déjà eu au moins une fille de lui entre 1115 et 1118, c’est-à-dire durant son mariage avec Meulan.

Guillaume est aussi commandant à la bataille de Brémule [2] en 1119. En 1135 à Lyons-la-Forêt [3], il est présent au chevet du lit de mort du roi. Il est l’un des 5 barons qui escortent ensuite son corps jusqu’à Rouen pour qu’il soit embaumé. Les barons normands le nomment gouverneur de Rouen et du Pays de Caux en décembre 1135.

En 1136, il est présent à la cour du nouveau roi Étienne d’Angleterre, et semble être avec lui lors de son expédition contre Exeter [4] plus tard dans l’année. Il meurt probablement le 11 mai 1138 et est inhumé dans le prieuré Saint-Pancrace de Lewes [5].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « William de Warenne, 2nd Earl of Surrey »

Notes

[1] La bataille de Tinchebray a eu lieu le 28 septembre 1106, dans la ville de Tinchebray en Normandie, entre des troupes de l’envahisseur Henri Ier Beauclerc, roi d’Angleterre, et celle du duc de Normandie, son frère aîné Robert Courteheuse. Cette bataille s’est soldée par une victoire décisive d’Henri Beauclerc, qui lui permit de rattacher la Normandie à l’Angleterre, ce qui n’était plus le cas depuis la mort de leur père Guillaume le Conquérant en 1087. La Normandie restera une possession de la couronne d’Angleterre jusqu’en 1204.

[2] La bataille de Brémule s’est déroulée le 20 août 1119 entre Henri 1er Beauclerc, roi d’Angleterre et duc de Normandie, et le roi de France Louis VI le Gros. Sévèrement battu, Louis VI est contraint à fuir et à se réfugier aux Andelys. Cette bataille est le résultat d’une rencontre fortuite entre les deux voisins qui conduisaient une opération de police sur leurs marches respectives, les limites encore imprécises de leurs royaumes dans le Vexin et la vallée de la Seine.

[3] Lyons-la-Forêt est une commune française située dans le département de l’Eure

[4] Exeter est le chef-lieu du comté de Devon, Angleterre, Royaume-Uni. La ville est située au nord-est de Plymouth.

[5] Le Prieuré St Pancras fut le premier monastère clunisien en Angleterre et fut un des plus grands monastères dans le pays. Il fut créé au sein d’une vaste enceinte fortifiée et fermé aménagé dans un endroit face au rivage à la tête de l’ Ouse vallée au sud de Lewes dans le comté de Sussex. En 1264, pendant la bataille de Lewes , le roi Henry III installa ses forces dans l’enceinte du Prieuré qui fut attaquée par ceux de Simon de Montfort après sa victoire sur Henry dans la bataille. Henry fut obligé, dans ce monastère à accepter que le Conseil mis en place fut le début de gouvernement parlementaire en Angleterre. Les bâtiments furent systématiquement démoli après la dissolution des monastères sous le règne de Henry VIII.