Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 11ème siècle > Robert de Beaumont ou Robert 1er de Meulan

Robert de Beaumont ou Robert 1er de Meulan

samedi 22 mars 2014

Robert de Beaumont ou Robert 1er de Meulan (1048/1049-1118)

Comte de Meulan-1er comte de Leicester

Robert de Beaumont ou Robert 1er de Meulan Comte de Meulan-1er comte de Leicester

Il fut un important baron anglo-normand, l’un des compagnons de Guillaume le Conquérant. Sa carrière militaire fut longue puisqu’il combattit en 1066 à la bataille d’Hastings [1] et mena un raid sur Paris en 1111.

Son élévation commença surtout avec le roi d’Angleterre Guillaume le Roux qui en fit un de ses principaux conseillers laïcs. Il conserva cette place sous le règne de Henri 1er dont il était l’ami et le principal appui.

Fils aîné de Roger de Beaumont, seigneur de Pont-Audemer et Beaumont, et petit-fils d’ Onfroy de Vieilles , il appartient à l’un des plus importants lignages du duché de Normandie. Sa mère est Adeline de Meulan comtesse de Meulan à partir de 1077. Il atteste plusieurs chartes ducales avant la conquête normande de l’Angleterre, la plus ancienne datant de 1055. Il est donc assez probablement majeur au moment où débute l’invasion de l’Angleterre.

En 1066, pour sa première bataille, il combat à Hastings. Selon Guillaume de Poitiers, il commande un groupe de chevaliers sur l’aile droite et signe de nombreux exploits.

Il n’obtient pas d’importantes concessions de terres en Angleterre. Ses revenus à la rédaction du Domesday Book sont seulement de 255 livres sterling, ce qui en fait un propriétaire terrien de troisième rang.

Après la conquête et durant le reste de la vie de son père, il cherche sa fortune en Angleterre, même après avoir hérité du comté de Meulan à la mort de sa mère en 1081. En dépit de sa taille modeste, le comté de Meulan revêt une importance stratégique par sa situation entre Paris et le duché de Normandie. Cet héritage renforce la position de Robert à la cour de Guillaume le Conquérant qui, dans sa lutte contre le roi capétien, sait toute l’importance de compter le comte de Meulan parmi ses fidèles. Il existe quelques indices qui laissent penser qu’il est proche de Robert Courteheuse, le fils aîné du Conquérant. Il ne participe pas à sa rébellion en 1078, mais il est mentionné parmi ceux qui tentent de persuader le père de faire un compromis avec son fils.

Dès les années 1080, le comte de Meulan et son jeune frère Henri font partie de l’entourage du 2ème fils de Guillaume le Conquérant, Guillaume le Roux. En 1087, ce dernier lui succède sur le trône d’Angleterre.

Les 2 Beaumont peuvent espérer beaucoup de ce changement de souverain. C’est surtout le frère cadet qui profite des largesses royales puisqu’il reçoit un comté centré sur Warwick.

Le comte de Meulan semble avoir accepté, au terme d’un arrangement familial, de renoncer à certaines terres au profit de son cadet.

Le roi le récompense plus tard avec des biens dans le Norfolk [2], le Berkshire [3] et le Dorset [4].

Entre 1087 et 1093, Robert de Beaumont passe la majeure partie de son temps en France, à sécuriser son héritage. Il figure aussi dans l’entourage du nouveau duc de Normandie Robert Courteheuse, ravi de disposer d’un homme influent à la fois dans le duché et en Île-de-France. En 1090, un événement brouille les 2 hommes. Robert de Meulan revendique la possession du château d’Ivry car il est selon lui une dépendance du château de Brionne, que son père a précédemment obtenu du duc Robert. Ce dernier, poussé par un groupe de courtisans hostiles au Beaumont, l’emprisonne et s’empare de Brionne. Après de délicates négociations, le père obtient la libération de son fils. Cet incident pousse Robert de Meulan à se rapprocher davantage des opposants au duc de Normandie, au rang desquels figurent le roi d’Angleterre et son jeune frère Henri Beauclerc. Selon Eadmer de Cantorbéry , en 1093 Robert est parmi les principaux conseillers royaux de Guillaume le Roux. Orderic Vital le décrit comme étant son principal conseiller en 1098. Il joue un rôle important dans le conflit du roi avec Anselme de Cantorbéry en 1097 et dans ses campagnes militaires en France.

En 1094, le vieux Roger de Beaumont meurt. Son fils reprend la succession de ses importantes terres normandes qui comprennent notamment les châteaux de Pont-Audemer, Brionne et Beaumont. Il est présent à la partie de chasse dans la New Forest qui voit la mort accidentelle de Guillaume le Roux.

La mort de Guillaume le Roux entraîne en Normandie une flambée de violence.Guillaume, comte d’Évreux et Raoul de Conches mènent un raid dans les terres normandes de leur ennemi Robert de Meulan, et en tirent un important butin. Ils lui reprochent l’influence qu’il avait sur le défunt roi. Pendant ce temps, le comte de Meulan fait allégeance à Henri 1er, qu’il a accompagné à Westminster pour son couronnement. De son vivant, il est le témoin le plus fréquent de ses chartes et son plus proche conseiller.

En 1096, il épouse en premières noces Élisabeth (ou Isabelle) de Vermandois , dame d’Elbeuf, fille de Hugues 1er , et d’ Adélaïde de Vermandois.

Alors que Roger de Salisbury dirige l’administration royale, l’influence de Robert s’exerce sur la politique, la diplomatie et la loi. Son rôle primordial se manifeste dès 1101 à la veille du débarquement en Angleterre de Robert Courteheuse, duc de Normandie. Henri, fraîchement monté sur le trône, est menacé par la désertion de ses barons au profit de son frère aîné. Robert de Meulan lui conseille de satisfaire les désirs des grands du royaume le temps que l’orage passe.

Il profite largement du succès du roi après le traité d’Alton [5]. Celui-ci décide de faire de lui un des plus importants propriétaire terrien de pays.

Il est notamment encouragé à conserver les terres du Leicestershire [6] de Yves de Grandmesnil qu’il avait reçu en gage pour 15 ans. Il possède alors à peu près ce qui sera connu plus tard comme l’honneur de Leicester. Il devient l’un des principaux propriétaires terriens en Angleterre, avec des possessions particulièrement importantes dans les Midlands.

Détenteurs également d’importantes terres normandes, Robert s’inquiète des désordres qui reprennent en Normandie sous le règne du duc Robert. Il finit par suppléer les défaillances ducales en arbitrant lui-même les querelles entre les principaux aristocrates de la région. C’est ainsi qu’il résout la crise de succession à la tête de l’honneur de Breteuil en appuyant Eustache de Breteuil, le beau-fils d’Henri 1er.

Ensuite, il convainc Raoul II de Tosny de faire hommage à Henri 1er pour ses terres anglaises. Enfin, il se réconcilie avec le comte Guillaume d’Évreux. Il construit ainsi un réseau local de soutien au roi d’Angleterre au centre de la Normandie.

En 1104, il accueille Henri 1er en Normandie. Il joue un rôle primordial en y faisant avancer la cause du roi, et en sapant celle du duc Robert Courteheuse, avec qui il a depuis l’incident de 1090 des relations tendues. En 1106, il commande une division à la bataille de Tinchebray [7] qui voit Henri 1er conquérir le duché de Normandie. C’est probablement à la suite de cette victoire que Robert est nommé comte de Leicester . Autour de 1100, son mariage avec Élisabeth ou Isabelle de Vermandois, nièce dePhilippe 1er de France et petite-fille de Herbert IV , dernier comte carolingien du Vermandois le lie à une famille de sang royal et impérial. Par cette union, il recueille aussi l’honneur d’Elbeuf sur Seine. Au total, les possessions du comte s’étalaient sur 3 royaumes ou principautés et couraient de la rive sud du Trent dans le comté de Nottingham à la rive droite de la Seine à Paris quartier de la Grève.

Proche conseiller du roi Henri, Robert s’implique dans les questions ecclésiastiques du royaume à tel point que le pape Pascal II l’excommunie nommément en mars 1105 pour sa participation active dans le conflit entre Henri 1er et l’archevêque de Cantorbéry Anselme. Il joue toutefois un rôle décisif en aidant à trouver un compromis avec Anselme en 1106, et en convainquant le roi de respecter cet accord, de modérer les taxes ecclésiastiques et de rendre aux églises les terres confisquées. En 1109, il essaie de persuader Thomas, archevêque d’York, de faire acte d’obédience à l’archevêché de Cantorbéry. Âgé de plus de 66 ans, il tente la même manœuvre avec Thurstan, le successeur de Thomas en 1116. Sa dernière apparition datable à la cour royale se situe en février 1116.

En 1109, le roi capétien Louis VI ravage le comté de Meulan car son détenteur est un allié de son ennemi Henri Beauclerc. Le comte reconstruit le château de Meulan puis attaque en représailles Paris en 1111. L’Île de la Cité est tellement endommagée que d’importantes reconstructions sont nécessaires.

Selon Henri de Huntingdon , il meurt de honte en 1118 après que sa femme se soit enfuie avec Guillaume II de Warenne, 2ème comte de Surrey. Selon le chroniqueur, il meurt sans avoir reçu l’absolution, ayant refusé de rendre les domaines ecclésiastiques qu’il avait saisis. Il est inhumé à Saint-Pierre de Préaux, monastère restauré par son père.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Robert de Beaumont/ Portail des Yvelines/ Comte de Meulan

Notes

[1] La bataille d’Hastings parfois appelée bataille de Senlac est une bataille qui eut lieu le 14 octobre 1066 à huit kilomètres au nord d’Hastings, dans la localité de Battle, dans le comté du Sussex de l’Est, dans le sud de l’Angleterre, qui opposa le dernier roi anglo-saxon du pays, Harold Godwinson, au duc de Normandie, Guillaume le Conquérant, et qui consacra le début de la conquête de l’Angleterre par ce dernier.

[2] Le Norfolk est un comté situé dans l’est de l’Angleterre. Sa ville principale est Norwich. Il compte également plusieurs bourgs comme Thetford, Wymondham, Dereham ou encore Fakenham.

[3] Berkshire, parfois abrégé en Berks, est un comté (« shire ») dans le sud de l’Angleterre (Royaume-Uni), situé à l’ouest de Londres et encadré par l’Oxfordshire, le Buckinghamshire, le Grand Londres, le Surrey, le Wiltshire et le Hampshire. Son chef-lieu est Reading, mais une des villes les plus connues est Windsor, résidence royale

[4] Dorset auparavant nommé aussi Dorsetshire) est un comté en grande partie rural dans le sud-ouest de l’Angleterre, situé sur la Manche. La capitale est Dorchester

[5] Le traité d’Alton est un accord signé en juillet 1101, entre Henri Ier d’Angleterre et son frère plus âgé Robert Courteheuse, duc de Normandie. Par ce traité, Robert reconnaît Henri comme roi d’Angleterre, en échange d’une rente annuelle et autres concessions. Cet accord permit de résoudre temporairement la crise de succession des rois anglo-normands.

[6] Le Leicestershire est un comté en Angleterre. Éminemment rural, ce comté arbore deux parcs naturels : Bradgate Park dans la forêt de Charnwood et Market Bosworth Country Park. La capitale du comté est Leicester

[7] La bataille de Tinchebray a eu lieu le 28 septembre 1106, dans la ville de Tinchebray en Normandie, entre des troupes de l’envahisseur Henri 1er Beauclerc, roi d’Angleterre, et celle du duc de Normandie, son frère aîné Robert Courteheuse. Cette bataille s’est soldée par une victoire décisive d’Henri Beauclerc, qui lui permit de rattacher la Normandie à l’Angleterre, ce qui n’était plus le cas depuis la mort de leur père Guillaume le Conquérant en 1087. La Normandie restera une possession de la couronne d’Angleterre jusqu’en 1204.