Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 9ème siècle > Thietgaud de Trèves ou Theutgaud

Thietgaud de Trèves ou Theutgaud

mardi 29 avril 2014

Thietgaud de Trèves ou Theutgaud (mort en 868)

Archevêque de Trèves de 847 à sa déposition en octobre 863

La cathédrale Saint-Pierre de Trèves.

Son prédécesseur Hetton était son oncle paternel. L’abbé Grimald de Wissembourg , archichapelain [1] du roi Louis le Germanique, était son frère. Il était aussi abbé du monastère de Mettlach [2]

Thietgaud est connu pour avoir, aux côtés notamment de Gontier de Cologne, l’autre archevêque du royaume de Lothaire II, soutenu la prétention de ce roi de divorcer de sa femme légitime Teutberge pour épouser sa concubine Waldrade. Les deux archevêques présidèrent à l’interrogatoire de la reine, accusée d’inceste avec son frère Hucbert, dans le palais d’Aix-la-Chapelle le 9 janvier 860, puis au concile plus important réuni dans le même palais à la mi-février, où Teutberge dut tout avouer publiquement et supplier le roi de la laisser se retirer dans un couvent pour faire pénitence. Ensuite, dans une autre assemblée tenue dans le même palais le 29 avril 862, Lothaire demanda aux évêques de Lotharingie [3] de déclarer son mariage dissous et de lui permettre d’épouser Waldrade, ce qu’il obtint grâce notamment à Thietgaud qui prit la parole pour témoigner en sa faveur.

À la mi-juin 863, un autre synode sur le même sujet se tint à Metz en présence de deux légats du pape Nicolas 1er, Jean de Cervia et Rodoald de Porto. Ayant semble-t-il circonvenu les légats par des cadeaux, le roi Lothaire obtint de l’assemblée un acte d’approbation de son divorce et de son remariage. Sur la suggestion des légats, les 2 archevêques Gontier et Thietgaud furent envoyés à Rome pour remettre l’acte au pape lui-même. Mais celui-ci réunit fin octobre un concile au Latran, où l’acte fut unanimement condamné et annulé, et où les 2 archevêques, qui protestaient, furent excommuniés et déposés de l’épiscopat.

Gontier et Thietgaud se rendirent auprès de l’empereur Louis II, frère aîné de Lothaire, et se plaignirent de l’outrage fait par le pape tant à eux-mêmes qu’au roi qui les avait envoyés. Louis II, furieux, les accompagna à Rome à la tête d’une troupe. Des violences furent commises dans la ville, et Gontier et Thietgaud rédigèrent une lettre adressée à leurs collègues de Lotharingie, outrageante pour le pape, qu’ils firent jeter sur le tombeau de saint Pierre. Cependant l’empereur et le pape finirent par s’entendre, et les 2 archevêques furent invités à rentrer chez eux sans insister davantage.

Au retour, Gontier de Cologne n’hésita pas à reprendre ses fonctions épiscopales comme si de rien n’était. Quant à Thietgaud, bien moins hardi, il s’en abstint, et sagement, car le roi et les autres évêques du royaume s’empressèrent de se réconcilier avec le pape, lui envoyant des lettres de contrition et de soumission, et Lothaire priva bientôt Gontier de la gestion de l’archevêché de Cologne. Les deux prélats excommuniés retournèrent à Rome à l’occasion d’un nouveau concile convoqué par le pape en novembre 864, espérant être réintégrés, mais ils n’obtinrent rien.

Cependant, ni Gontier à Cologne, ni Thietgaud à Trèves, ne furent formellement remplacés sur leurs sièges, le roi Lothaire espérant toujours apparemment que le jugement porté à Rome sur l’affaire de son divorce pourrait être renversé. Mais le pape Nicolas 1er resta inflexible jusqu’à sa mort le 13 novembre 867. Ensuite Thietgaud se rendit à Rome pour obtenir sa grâce du successeur Adrien II. Le jour de l’intronisation de ce dernier le 14 décembre, il fut admis à la communion des laïcs dans la basilique Saint-Pierre alors que Gontier restait excommunié.

Le pape accorda à Thietgaud un logement dans le monastère Saint-Grégoire du Clivus Scauri [4]. Il quitta paraît-il cet endroit effrayé par un songe, et il se rendit en Sabine où il succomba à une fièvre, sans doute le 29 septembre suivant. En 869, après la mort de Lothaire, son oncle Charles le Chauve se fit couronner roi de Lotharingie à Metz le 9 septembre. Il imposa comme archevêque de Trèves Bertolf, neveu de l’évêque Advence de Metz , après 6 ans de vacance du siège.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Thietgaud de Trèves/ Portail du Haut Moyen Âge/ Archevêque de Trèves

Notes

[1] Un archichapelain est un clerc avec un poste de direction dans une cour royale. Le titre a été utilisé dans le royaume franc durant la période carolingienne.

[2] Mettlach est une commune allemande du Land de Sarre, arrondissement de Merzig-Wadern. Elle est le siège de la faiencerie Villeroy & Boch qui occupe l’ancienne abbaye dont la façade baroque orne la rive droite de la Sarre, au débouché de la boucle de la Sarre "Saarschleife".

[3] La Lotharingie désigne le royaume de Lothaire II du latin Lotharii Regnum, arrière-petit-fils de Charlemagne. Il fut constitué en 855. Après sa mort, elle fut l’enjeu de luttes entre les royaumes de Francie occidentale et de Francie orientale, avant d’être rattachée au Saint Empire romain germanique en 880. Il devint un duché au début du 10ème siècle. Dans la deuxième moitié du 10ème siècle, le duché fut scindé en un duché de Basse Lotharingie et un duché de Haute Lotharingie, qui deviendra la Lorraine.

[4] L’église San Gregorio al Celio (en français : église Saint-Grégoire-à-Celio) est une église romaine située sur le Clivo di Scauro dans le rione de Celio à proximité du Circus Maximus et du mont Palatin.