Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 9ème siècle > Günther de Cologne ou Gontier de Cologne

Günther de Cologne ou Gontier de Cologne

mercredi 26 février 2014, par ljallamion

Günther de Cologne ou Gontier de Cologne (mort en 873)

Archevêque de Cologne de 850 à 863 et de 867 à sa mort

Archevêché-Principauté de Cologne

Il appartenait à une famille noble franque. Il fut consacré archevêque de Cologne, le 22 Avril 850. Pendant longtemps, il refusa de céder son diocèse de Brême à Saint Ansgar dit Anschaire de Brême qui, afin de faciliter ses travaux missionnaires, voulait l’unir à son archidiocèse de Hambourg. L’affaire fut finalement réglée en 860 par le pape Nicolas 1er en faveur de Saint Ansgar.

Günther, qui était devenu l’archichapelain [1] du roi Lothaire II, a reçu une notoriété peu enviable par son comportement injustifiable lors du divorce du roi avec son épouse légitime Teutberge. À un synode tenu à Aix la Chapelle en Janvier, et un autre en Février, 860, quelques évêques et les abbés, sous la direction de Günther, furent contraint de déclarer que Teutberge avant son mariage avec le roi avait été violée par son frère. Après sa confession obligatoire, le roi fut autorisé à la mettre dans un couvent. A un 3ème synode tenu à Aachen en Avril, 862, Günther et quelques autres évêques Lorrain permirent au roi d’épouser sa concubine Waldrade. Nicolas 1er envoya 2 légats pour enquêter sur l’affaire, mais le roi les corrompus, et à un synode tenu à Metz, en Juin, 863, le divorce fut approuvé.

Günther et Thietgaud , furent assez audacieux pour porter les actes du synode au pape et lui demander son approbation. Le pape convoqua un synode à Latran en Octobre, 863, date à laquelle la décision du Synode de Metz fut rejetée, et Günther et Thietgaud, qui refusait de se soumettre, furent excommunié et déposé.

Les deux archevêques élaborèrent un document calomnieux de 7 chapitres, dans laquelle ils accusèrent le pape de les avoir injustement excommuniés.

Ils envoyèrent des copies du document au pape, au rebelle Photius patriarche de Constantinople, et aux évêques de Lorraine. Le pape, cependant, n’hésita pas, même lorsque l’empereur Louis II comparu devant Rome avec une armée dans le but de le forcer à retirer l’interdiction de l’excommunication des archevêques.

Günther retourna à Cologne et exerça néanmoins ses fonctions ecclésiastiques le Jeudi Saint 864.

Toutefois, lorsque les autres évêques de Lorraine et le roi Lothaire se soumir au pape, Günther et Thietgaud comparurent devant le synode que le pape convoqua à Rome en Novembre, 864, demandant à être libéré de l’excommunication et d’être restaurés dans leurs fonctions, mais leurs démarches furent infructueuses.

Après l’élection du pape Adrien II, Günther et Thietgaud retournèrent à Rome en 867. Thietgaud fut libéré de l’interdiction, mais Günther resta excommunié jusqu’à l’été de 869, lorsque, après une rétractation publique, il fut admis par le pape a donner la communion à l’abbaye de Monte Cassino [2].

Le siège de Cologne avait été donné en 864 par Lothaire au sous-diacre Hugues dit l’Abbé, un cousin germain de Charles le Chauve. Il fut déposé en 866 et Günther retrouva son siège.

Günther mourut en 873.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Gunther archevêque de Cologne/Traduit par mes soins

Notes

[1] Un archichapelain est un clerc avec un poste de direction dans une cour royale. Le titre a été utilisé dans le royaume franc durant la période carolingienne.

[2] L’abbaye territoriale du Mont-Cassin est une église particulière (ecclesia particularis) de l’Église catholique située comme son l’indique, sur le mont Cassin dans la commune de Cassino en Italie.