Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 18ème siècle en France > Succession du roi d’Espagne

Succession du roi d’Espagne

mardi 9 juillet 2013, par ljallamion

Succession du roi d’Espagne

Habsbourg-1700

Le roi d’Espagne Charles II de Habsbourg, par son testament du 2 octobre 1700, avait désigné le petit-fils du roi de France, le duc Philippe d’Anjou alors âgé de 17 ans pour lui succéder, bien que le jeune Bourbon fut issu d’une dynastie hostile depuis 2 siècles aux Habsbourg.

Mais son choix, tout à l’honneur de la France, avait irrité l’empereur d’Allemagne, Léopold 1er de Habsbourg, qui aurait préféré que la couronne échût à son second fils, l’archiduc Charles.

Les droits de l’Autrichien étaient de même nature que ceux du roi de France. Léopold 1er et Louis XIV étaient tous deux beaux-frères de Charles II et petits-fils de Philippe III d’Espagne.

Louis XIV, âgé de 62 ans, craint à juste titre que l’accession de son petit-fils sur le trône d’Espagne ne bouleverse l’équilibre européen et ne ligue les autres pays contre la France.

Il cherche des garanties tandis que l’ambassadeur d’Espagne, Castel dos Rios, fait antichambre 3 jours durant pour connaître sa décision.

Le 16 novembre 1700, Louis XIV prend la décision que toute l’Europe attend. Il entérine le testament du roi d’Espagne Charles II de Habsbourg, mort le 1er novembre sans héritier et accepte la succession de son petit-fils qui règnera sur l’Espagne, les Bourbons y remplacent les Habsbourgs.

S’ensuit un petit dialogue entre le roi et l’ambassadeur espagnol Castel dos Rios sur la date du départ du nouveau souverain Philippe V, prévu le 1er décembre et effectif le 4, et sur la météo pyrénéenne.

A l’exception de l’archiduc d’Autriche, Léopold 1er, tous les souverains reconnaissent le nouveau roi d’Espagne, Philippe V.

Celui-ci est bien accueilli par ses sujets. Mais les désillusions arrivent très bientôt.

Aussitôt l’Europe se coalise en la Grande Alliance de La Haye : Autriche, Angleterre, Provinces Unies, Danemark, Savoie, Portugal et la plupart des princes allemands.

Le 13 mai 1702, une Grande Alliance européenne déclare la guerre à la France et à l’Espagne. C’est le début de la guerre de Succession d’Espagne. Cette guerre de 10 ans est la plus pénible de toutes celles qu’aura soutenues le roi Louis XIV. On peut y voir une préfiguration des guerres générales qui ensanglanteront le continent 1 et 2 siècles plus tard.

Elle trouve son origine 2 ans plus tôt, dans la désignation du duc d’Anjou, petit-fils du roi de France, comme nouveau roi d’Espagne. Cette entrée de la puissante dynastie des Bourbons en Espagne est au premier abord bien acceptée par les autres puissances européennes. Mais Louis XIV semble prendre plaisir à multiplier les provocations. Malgré une clause du testament de l’ancien roi d’Espagne, il conserve au duc d’Anjou ses droits au trône de France au cas où la branche aînée viendrait à s’éteindre. Il soutient par ailleurs l’ancien roi d’Angleterre Jacques II Stuart dans sa prétention à retrouver la couronne. Enfin, il fait occuper les Pays-Bas espagnols* (l’actuelle Belgique) par ses troupes. Bientôt, l’irruption de la flotte française dans le domaine colonial espagnol achève de convaincre l’Angleterre et les Provinces-Unies de la nécessité de contrecarrer les ambitions françaises. Le 6 avril 1701 est signé le traité de Turin entre la France et la Savoie et le 16 septembre 1701 Louis XIV reconnaît Jacques III, fils de Jacques II comme roi d’Angleterre ce qui provoque la rupture diplomatique avec Guillaume III, roi d’Angleterre.

Le roi d’Angleterre, Guillaume III de Nassau Orange, également stathouder* (gouverneur) des Provinces-Unies* (les Pays-Bas actuels), suscite à La Haye une Grande Alliance contre Louis XIV.

Elle réunit l’Angleterre, les Provinces-Unies, la Prusse et l’Autriche. Plus tard s’y associent le Danemark puis le Portugal et la Savoie. Au total plus de 250.000 hommes et 300 vaisseaux.

La France et l’Espagne conservent en Europe l’alliance des électeurs de Bavière et de Cologne. Au total 200.000 hommes et une centaine de vaisseaux seulement. A peine la coalition est-elle constituée que l’énergique Guillaume III meurt d’une chute de cheval le 8 mars 1702.

Lui succède Anne Stuart âgée de 37 ans, sa belle-soeur, seconde fille du roi Jacques II. Cette protestante austère a mis au monde 17 enfants qui tous moururent en bas âge !

Elle poursuit la politique anti-française de son prédécesseur avec le concours de Heinsius, Grand pensionnaire des Provinces-Unies.

Le 3 décembre 1702 Les armées françaises occupent Nancy et le 16 mai 1703 Le Portugal rompt son alliance avec la France pour s’allier à l’Angleterre.