Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Catherine de l’Isle Bouchard

Catherine de l’Isle Bouchard

samedi 4 avril 2020 (Date de rédaction antérieure : 9 septembre 2012).

Catherine de l’Isle Bouchard

Elle eu une vie mouvementée, elle s’est mariée à quatre reprises et en particulier à des personnalités très en vue du règne de Charles VII.

Elle épouse d’abord Jean des Roches qui meurt en 1416. En secondes noces elle se marie avec Hugues de Chalon-Tonnerre Comte de Tonnerre [1] et de Cruzy mort à la bataille de Verneuil en 1424 [2].

Ensuite elle épouse Pierre de Giac, favori de Charles VII, Ministre et Surintendant des Finances. Celui-ci est assassiné en 1426 à Issoudun [3] à l’instigation du Connétable Arthur de Richemont.

Enfin son 4ème mari est encore un favori de Charles VII, Georges de La Tremoille, Comte de Guines [4], Boulogne [5], d’Auvergne [6], etc... Ministre et Lieutenant Général du Roi pour la Bourgogne. Georges de La Trémoille est un des principaux acteurs du règne de Charles VII.

Catherine de l’Isle Bouchard est morte le 1er juillet 1472, avec elle se termine l’ancienne Maison de l’Isle Bouchard.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de histoire de L’Île-Bouchard/ Wikipédia / histoire/ Catherine de l’Isle Bouchard

Notes

[1] Le comté de Tonnerre est un ancien fief situé dans le nord de la Bourgogne, autour de la ville de Tonnerre. Les comtes de Tonnerre frappèrent monnaie du 11ème siècle jusqu’en 1315. Le comté avait la particularité de dépendre de trois suzerains : de l’évêque de Langres, pour les châtellenies de Tonnerre, d’Argenteuil, de Ligny le Châtel et les fiefs qui en dépendaient ; du duc de Bourgogne pour celles de Cruzy-le-Châtel, Griselles et Pothières et leurs fiefs, et de l’évêque de Châlon pour celle de Channes. Il fut érigé en duché en 1572, en faveur d’Henri Antoine de Clermont, mais cette érection n’eut pas d’effet faute de l’enregistrement du brevet. Jusqu’en 1789, le comté de Tonnerre était le plus ancien de France. Il n’a jamais été réuni à la couronne, ni érigé en marquisat ou duché

[2] La bataille de Verneuil fut une bataille de la guerre de Cent Ans, qui se déroula le 17 août 1424, à 3 km au nord de Verneuil, à proximité du Château de Charnelles, en Normandie. Elle se solda par une victoire de l’armée anglaise.

[3] Issoudun Écouter est une commune française située dans le département de l’Indre. Au 11ème siècle, les seigneurs d’Yssoudun, princes de Déols et sire de Château-Raoul nommés Raoul, Ebbe(s) ou Eudes, frappaient leur propre monnaie. À la fin du 12ème siècle, avec l’extinction de la famille des seigneurs de Châteauroux-Déols, Issoudun, comme leur héritière Denise de Déols, est ballottée entre les couronnes de France et d’Angleterre : française au traité d’Azay-le-Rideau de 1189, anglaise en 1195 au traité de Gaillon, Issoudun échoit à Philippe Auguste en 1200 au traité du Goulet. Les deux premiers maris de Denise ont en fait été choisis par les rois d’Angleterre Plantagenêts, comtes de Poitiers et ducs d’Aquitaine (et par là suzerains du Berry occidental ou Bas-Berry). Par son second époux, André de Chauvigny, s’accomplit la succession des seigneurs de Châteauroux et d’Issoudun, avec leur fils Guillaume 1er de Chauvigny, père de Guillaume II de Chauvigny. Mais les Capétiens rachètent progressivement les titres des ayants droit, par exemple en 1221 et 1243. À la mort du comte de Poitiers Alphonse en août 1271, Issoudun est définitivement rattachée au domaine royal.

[4] Le comté de Guînes fut l’un des premiers grands comtés qui devinrent héréditaires sous les Carolingiens

[5] *

[6] Le comté d’Auvergne est l’une des plus anciennes seigneuries de France, puisqu’elle a déjà été érigée à la fin de la période romaine. Durant l’ère mérovingienne, il devient même momentanément un duché. La famille des Comtes d’Auvergne gouverne le comté depuis le dixième siècle. Une crise éclate au sein de la famille en 1155, date à laquelle le comte Guillaume VII d’Auvergne est forcé par son oncle Guillaume VIII d’Auvergne à diviser le comté en deux. Guillaume VIII reprend le comté, tandis que Guillaume VII doit se satisfaire du titre de dauphin d’Auvergne. En 1360, le roi de France Jean II de France crée, sur la vieille Terre royale d’Auvergne, un duché d’Auvergne qui se transmet au sein de la famille royale