Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > De 300 av.jc à 100 av. notre ère > Mithridate VI Eupator dit le Grand

Mithridate VI Eupator dit le Grand

lundi 13 janvier 2014 (Date de rédaction antérieure : 28 juillet 2011).

Mithridate VI Eupator dit le Grand (vers 132 av jc- 63 av jc)

Né à Sinope [1], fils du roi Mithridate V Evergète. Il connu une jeunesse tragique. Son père fut assassiné probablement à l’instigation de sa mère, Laodice VI, vers 120. Cette mort fut suivie d’une compétition féroce autour du jeune roi qui craint pour sa vie et se retira dans la chasse et l’étude.

Il s’empara totalement du pouvoir en 111 en jetant sa mère en prison et en écartant son frère Mithridate Chrestos du trône. Conquérant, il s’empare en 107 du Bosphore Cimmérien [2], chasse le roi de Cappadoce [3], Ariobarzane 1er, en 94 avec l’aide de Tigrane II, roi d’Arménie, puis partage la Paphlagonie [4] avec Nicomède IV Philopator, le roi de Bithynie [5] en 94 avant de chasser ce dernier et de s’emparer de son royaume en 88.

Le conflit avec les Romains est inévitable. Ceux-ci en effet ont rétabli en 92 Ariobarzane sur son trône. En 88, après la conquête de la Bithynie, Mithridate fait une entrée triomphale à Éphèse [6] et soulève les Grecs d’Asie. Il ordonne le massacre des Romains établis en Asie Mineure, massacre qui fait environ 25 000 victimes puis passe en Grèce où son lieutenant Archélaos est accueilli en libérateur.

La réaction des Romains est ralentie par la féroce lutte politique entre Marius et Sylla. Finalement ce dernier fut envoyé contre Mithridate et s’empara, après un long siège, d’Athènes en 86, puis fut vainqueur d’ Archélaos de Comane à Chéronée en 86 puis à Orchomène en 85. Mithridate conclut alors la paix de Dardanos [7] en 85 qui lui fait abandonner ses conquêtes et sa flotte mais le reconnaît à la tête de son royaume et lui laisse toute liberté d’action sur la Mer Noire. Il n’hésita pas d’ailleurs à repousser les Romains si ceux-ci se montraient trop entreprenants vis à vis des territoires restés sous son contrôle, comme Murena, un lieutenant de Sylla en 82. Cependant à l’exception de cet incident les relations restent pacifiques de 85 à 74.

En 74 le roi de Bithynie Nicomède IV meurt et lègue son royaume aux Romains. Mithridate considère que la présence des Romains à ses frontières est une menace et rouvre les hostilités avec l’aide de Tigrane. Il est vainqueur du consul Cotta à Chalcédoine et assiège Cyzique [8] quand il est rapidement chassé de Bithynie puis du Pont par une campagne victorieuse de Lucullus en 72-71. Battu au Granique, à Cyzique, à Lemnos. Il s’enfuit en Arménie. Le conflit s’enlise mais Lucullus est de nouveau vainqueur en 69 et s’empare de Tigranocerte.

Profitant de la révolte des légions romaines contre leur chef, Mithridate s’empara à nouveau du Pont. Il fut vaincu définitivement par Pompée en 66 sur l’Euphrate et se réfugia en Crimée dans sa ville de Panticapée [9].

Confronté à la révolte de son fils aîné Pharnace, il tente vainement de s’empoisonner puis se fait tuer par l’un de ses mercenaires galates.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Encyclopédie Larousse / grande encyclopédie/page/9047/ Mithridate VI Eupator, dit le Grand/ Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 882

Notes

[1] Sinop anciennement Sinope, est une ville de Turquie, préfecture de la province du même nom, située au bord de la mer Noire. Dans l’Antiquité, elle était considérée comme une des plus importantes villes de la région de la mer Noire. La ville est située sur une presqu’île.

[2] Le détroit de Kertch, anciennement le Bosphore cimmérien, est un détroit qui relie la mer Noire et la mer d’Azov, séparant la péninsule de Kertch en Crimée (Ukraine) à l’ouest de la péninsule de Taman (kraï de Krasnodar, Russie) à l’est, une sorte de prolongement du Caucase. Le détroit a une largeur de 4,5 à 15 km et environ 5 km de longueur pour une profondeur maximale de 18 mètres.

[3] La Cappadoce est une région historique d’Asie Mineure située dans l’actuelle Turquie. Elle se situe à l’est de la Turquie centrale, autour de la ville de Nevşehir. La notion de « Cappadoce » est à la fois historique et géographique. Les contours en sont donc flous et varient considérablement selon les époques et les points de vue.

[4] La Paphlagonie est une ancienne région de l’Asie Mineure, sur la côte nord, entre la Bithynie et le Pont, bornée au sud par la Galatie, qui avait pour capitale Amastris (Amasra) et comme villes principales Gangra (Çankırı) et Sinope (Sinop). Selon Hérodote, la Paphlagonie est au 6ème siècle av jc sous la domination de Crésus, roi de Lydie. En 480 av jc, elle envoie un contingent, dirigé par un certain Dotos, fils de Mégasidrès à Xerxès 1er pour son invasion de la Grèce. Après Alexandre le Grand, la Paphlagonie devint un royaume, dont le dernier roi Pylémène II, légua à sa mort, en 121 av jc, son territoire au père de Mithridate VI. Ce pays devint dès lors un sujet de guerre entre les rois du Pont et ceux de Bithynie. Les Romains, vainqueurs de Mithridate, la réduisirent en province romaine, et la réunirent à la province du Pont en 63 av jc. Elle en fut séparée et fit partie sous Dioclétien du diocèse du Pont.

[5] La Bithynie est un ancien royaume au nord-ouest de l’Asie Mineure, actuellement situé en Turquie. Située au bord du Pont-Euxin, elle était limitée par la Paphlagonie à l’est, la Galatie et la Phrygie au sud, la Propontide et la Mysie à l’ouest. Les Bithyniens sont, selon Hérodote et Xénophon, d’origine thrace. Ils forment d’abord un État indépendant avant d’être annexés par Crésus, qui ajoute leur territoire à la Lydie. Ils passent ensuite sous domination perse, où la Bithynie est incluse dans la satrapie de Phrygie. Mais dès avant Alexandre le Grand, la Bithynie retrouve son indépendance. Nicomède 1er est le premier à se proclamer roi. Durant son long règne de 278 à 243av jc, le royaume connaît la prospérité et jouit d’une position respectée parmi les petits royaumes d’Asie Mineure. Cependant, le dernier roi, Nicomède IV, échoue à contenir le roi Mithridate VI du Pont. Restauré sur le trône par l’Empire romain, il lègue par testament son royaume à Rome en 74 av jc. La Bithynie devient alors province romaine. Sous Auguste elle devient province sénatoriale en 27av jc puis province impériale en 135.

[6] Éphèse est l’une des plus anciennes et plus importantes cités grecques d’Asie Mineure, la première de l’Ionie. Bien que ses vestiges soient situés près de 7 kilomètres à l’intérieur des terres, près des villes de Selçuk et Kuşadası dans l’Ouest de l’actuelle Turquie, Éphèse était dans l’Antiquité, et encore à l’époque byzantine, l’un des ports les plus actifs de la mer Égée ; il est situé près de l’embouchure du grand fleuve anatolien Caystre. L’Artémision, le grand sanctuaire dédié à Artémis, la déesse tutélaire de la cité, qui comptait parmi les Sept merveilles du monde et auquel Éphèse devait une grande part de sa renommée, était ainsi à l’origine situé sur le rivage.

[7] La paix de Dardanos ou traité de Dardanos fut signé en 85 av. jc. entre la république romaine et le Royaume du Pont, représentés respectivement par Lucius Cornelius Sylla et Mithridate VI1. Il marque la fin de la première guerre de Mithridate. Après les défaites de Chéronée, Orchomène et de la bataille navale de l’île de Ténédos, et après des négociations préliminaires avec Archélaos, Mithridate accepte l’offre de paix offerte par Sylla. En effet celui-ci, préoccupé par la guerre sociale et la situation tendue à Rome était prêt à conclure la paix

[8] Cyzique était une cité grecque de Mysie, sur la Propontide (l’actuelle mer de Marmara). Elle fut fondée par les Grecs d’Ionie de la cité de Milet en 756 avant notre ère. Selon la légende la cité aurait été bâtie par Cyzique, fils d’Apollon, venu de Thessalie en compagnie de Pélasges. Ceux-ci auraient été ensuite chassés par les Lydiens, et ceux-ci à leur tour par les citoyens de Milet.

[9] Panticapée, aujourd’hui Kertch en Ukraine (Crimée), est une cité grecque de Tauride. Fondée en 575 av. jc par des colons grecs de Milet sur la rive européenne du Bosphore Cimmérien (aujourd’hui, détroit de Kertch), la ville a été construite sur les pentes du mont Mithridate. L’acropole abritait un palais à péristyle, des temples d’Apollon, Artémis, Zeus et Déméter. En 480, elle devient la capitale du royaume du Bosphore. Située sur une importante voie commerciale, le passage entre la mer Noire et la mer d’Azov, la ville exporte principalement des céréales, du poisson salé et du vin. Au 4ème siècle av. jc, elle fournit Athènes en grains.