Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Aratus dit Aratos de Soles

vendredi 2 juin 2017 (Date de rédaction antérieure : 27 juillet 2011).

Aratus dit Aratos de Soles (315-245 av jc)

Poète et astronome grec

Aratus dit Aratos de Soles Poète et astronome grec

Fils d’Athénodore et de Létophile, né à Soles [1] en Cilicie [2], il fut l’élève du grammairien Ménécrate d’Éphèse et des philosophes Timon et Ménédème. Vers 291, il partit étudier à Athènes sous la direction de Praxiphane et de Zénon de Citium.

Il vécut à la cour d’Antigone Gonatas, roi de Macédoine, et composa sur l’astronomie un poème intitulé Les Phénomènes et les Pronostics, que Cicéron, Germanicus et Avienus traduisirent en vers latins, et qui fut commenté par Hipparque, Ératosthène et Théon d’Alexandrie.

Lorsque Pyrrhus envahit la Macédoine, il rejoignit d’abord la cour d’Antiochos 1er, fils de Séleucos 1er, mais retourna quelques années plus tard en Macédoine, où il mourut à Pella [3].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Pierre-Jacques Dehon, « Aratos et ses traducteurs latins : de la simple transposition à l’adaptation inventive », Revue belge de philologie et d’histoire, 81 (2003)

Notes

[1] Soles, Soli, puis Pompéiopolis, aujourd’hui Mezitli, en Turquie, est une cité grecque de Cilicie. Les ruines sont situées sur la côte Méditerranéenne à 11 km à l’ouest de Mersin. Soles a été fondée par des colons de Lindos, l’une des trois cités de l’île de Rhodes, avant la fusion de 408 av. jc. Elle fut prise en 333 av. jc par Alexandre le Grand, qui rétablit la démocratie après avoir installé une garnison et condamné la cité à une indemnité de 200 talents. Aux environs de 70 av. jc, la ville est détruite par Tigrane II d’Arménie au cours de la guerre contre Mithridate VI. Les habitants sont déportés vers Tigranakert. La cité reste presque déserte jusqu’en 67 av. jc. Elle est alors donnée par Pompée à d’anciens pirates qui la renomment Pompéiopolis’ en son honneur.

[2] La Cilicie est une ancienne province romaine située dans la moitié orientale du sud de l’Asie Mineure en Turquie. Elle était bordée au nord par la Cappadoce et la Lycaonie, à l’est par la Pisidie et la Pamphylie, au sud par la Méditerranée et au sud-est par la Syrie.Elle correspond approximativement aujourd’hui à la province d’Adana : région comprise entre les monts Taurus, les monts Amanos et la Méditerranée.Vers 27, sous l’empereur Tibère, la Cilicie est rattachée à la province de Syrie. Certaines parties de la région restent néanmoins dirigée par des souverains locaux jusqu’à l’annexion complète par Vespasien en 74. La province est suffisamment importante pour qu’un proconsul y soit nommé.

[3] Pella est une ville antique de la plaine centrale de Macédoine, entre le Loudias et l’Axios, sur une colline surplombant dans l’Antiquité un lac marécageux : cette cité de peuplement mixte gréco-barbare passe sous le contrôle des rois téménides dès le début du 5ème siècle av.jc, mais ne sort de l’obscurité qu’en devenant leur résidence habituelle, à une époque où le royaume est en pleine expansion vers l’Est aux dépens des Thraces et de la Ligue de Chalcidique. Elle devient ainsi la capitale du royaume de Macédoine à partir du début du 4ème siècle av. jc en supplantant Aigéai, et conserve ce rôle à l’époque hellénistique, pour le royaume antigonide. La ville est mise à sac par les Romains en 168 av. jc, au terme de la Troisième guerre de Macédoine. Elle entre alors dans un long déclin qu’une refondation coloniale sous Auguste ne permet pas d’entraver.