Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Güyük

mardi 14 octobre 2014 (Date de rédaction antérieure : 12 mai 2012).

Güyük (1206-1248)

3ème khan suprême des Mongols de 1246 à 1248

Güyük 3ème khan suprême des Mongols de 1246 à 1248Fils d’Ögödei le 3ème fils de Gengis Khan et de son épouse principale Börte. Sa mère Töregene assuma la régence de 1241, date de la mort d’Ögödei, à 1246.

Il fut désigné comme grand khan. Le légat du pape Jean du Plan Carpin, présent, proposa à Güyük de se convertir au christianisme, mais celui-ci refusa.

Il poursuivit la politique commencée par sa mère et chercha à consolider son pouvoir, remplaçant certains fonctionnaires par des hommes de confiance. Il nomma Yissu Mangu, son cousin et ami personnel, au détriment d’Hülegü comme khan de Djaghataï [1], ce qui lui permit de dominer fermement le Turkestan [2], mais il évita de se mêler des affaires de son puissant cousin Batu.

Il meurt en été 1248 alors qu’il marchait vers l’ouest avec son armée. Sa veuve, Oghul Qaïmich assuma la régence jusqu’en 1251, date où le pouvoir suprême passa à Mongka puis à Khubilaï

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Güyük/ Portail de la Mongolie/ Khan de l’Empire mongol

Notes

[1] Le khanat de Djaghataï, ou khanat de Tchaghataï, est, avec la Chine des Yuan, le domaine des Ilkhans de Perse et la Horde d’or des steppes russes, l’un des quatre khanats constituant l’Empire mongol aux 13ème et 14ème siècles. Il tire son nom de son fondateur, Djaghataï, deuxième fils de Gengis Khan et recouvrait l’Asie centrale au sens large. Ses khans forment la dynastie des Djaghataïdes.

[2] Le Turkestan est l’ancien nom donné à une région d’Asie centrale délimitée au nord par les steppes du Kazakhstan et le massif de l’Altaï, à l’est par la Mongolie et la Chine, au sud par l’Inde, le Pakistan, l’Afghanistan et l’Iran, enfin à l’ouest par la mer Caspienne.