Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 12ème siècle > Vital de Savigny dit Vital de Mortain ou saint Vital de Savigny

Vital de Savigny dit Vital de Mortain ou saint Vital de Savigny

jeudi 15 mars 2012

Vital de Savigny dit Vital de Mortain ou saint Vital de Savigny (vers 1050-vers 1120)

Il naît dans le diocèse de Bayeux, dans un village nommé aujourd’hui Tierceville. Il appartient certainement à une famille aisée mais non aristocratique. Ses parents, Raimfroy et Roharde, se hâtent de le faire instruire. Sa précocité le fait nommer le petit abbé. L’évêque de Bayeux Odon de Conteville l’envoie étudier à Liège. Il revient dans son pays pour y ouvrir lui-même une école, qui était en même temps la chaire d’un apôtre. Il voit sa réputation se répandre à la Normandie, au Maine, en Bretagne, en Angleterre.

Robert de Mortain, demi-frère utérin de Guillaume le Conquérant et frère d’Odon de Conteville, le choisit comme chapelain et chanoine de sa collégiale Saint-Évroult de Mortain. Il occupe cette charge pendant environ 20 ans.

En 1093 ou en 1095-1096 il embrasse la vie érémitique renonçant à tous les avantages qui lui étaient promis. Constatant l’enrichissement excessif des monastères bénédictins, il cherche dans la solitude une vie plus proche de la règle de saint Benoît. Il n’est pas le seul à suivre cette voie. Entre 1095 et 1110, de nombreux religieux deviennent en effet ermite et partent évangéliser les foules. Pierre l’Ermite, Robert d’Arbrissel, Bernard de Tiron, Raymond Gayrard, Aldwine en sont les figures les plus connues. De nombreux disciples se soumettent sous sa direction à une règle de silence absolu, de prière continuelle et de travail manuel. C’est l’origine de la communauté du Neubourg dans les faubourgs de Mortain. Le fils de Robert de Mortain, Guillaume cède à l’ermite des terres au Neubourg qu’on appellera l’aumône de Mortain.

Les ermites deviennent trop nombreux, il les emmène alors dans les "déserts" et les forêts des marches de Normandie, du Maine et de Bretagne, fonde des ermitages, notamment celui de Dompierre, et donne des soins aux populations délaissées. Sa notoriété se répand au loin. Bernard d’Abbeville, ermite, bénédictin, se réfugie dans l’un de ses ermitages. On lui offre un monastère à Château-Gontier ; il habite quelque temps à Saint Sulpice des chèvres, dans la forêt de Pail. Il passe 2 fois en Angleterre en 1102 et 1108, appelé par saint Anselme. En 1106, il est présent à Tinchebray et cherche à empêcher la bataille qui s’annonce entre Robert Courteheuse et son frère Henri Beauclerc.

La bataille a quand même lieu et Henri en sort vainqueur. Le roi d’Angleterre confisque à Vital l’aumône de Mortain. L’ermite paie sûrement d’avoir pour bienfaiteur Guillaume de Mortain, l’un des barons vaincus.

Il part se réfugier dans les forêts des marches de Bretagne, Maine et Normandie, où il retrouve ses illustres amis Robert d’Arbrissel, Raoul de la Futaie et Bernard de Tiron, « qui venaient à Dompierre, comme jadis les Pères de Nitrie, tenir des conférences sur les constitutions érémitiques et sur la situation de l’Église ». En 1105, Raoul, seigneur de Fougères, avait donné à Vital un partie de la forêt de Savigny] où ce dernier avait établi ses moines blancs. La fondation est officialisée en 1112 quand le roi d’Angleterre et le duc de Normandie Henri lui accorda une charte. Par sa situation aux confins du Maine, de la Bretagne et de la Normandie, la communauté monastique représentait un enjeu stratégique et Henri, oubliant son ressentiment à l’égard de Vital, comprit qu’il avait tout à gagner en s’impliquant à Savigny. Il renforçait sa position sur ce secteur aux limites de son duché.

L’abbaye de Savigny devient bientôt chef d’Ordre, étend ses possessions dans le Maine, particulièrement au doyenné d’Ernée, et les seigneurs de Mayenne deviennent ses principaux bienfaiteurs. Cependant, l’Ordre de Savigny se développera surtout sous l’abbatiat de son successeur, Geoffroy.

En 1119 ou en 1122, Vital de Savigny visite les ermites de Dompierre, quand il expire subitement après avoir prononcé ces paroles : « Sanctæ Mariæ intercessio nos angelorum adjungat consortio ». On ensevelit son corps à Savigny, puis un de ses moines partit, muni d’un rouleau mortuaire, de monastère en monastère dans le Maine, l’Anjou et la Normandie, notifier le décès de l’abbé, et demander pour lui des prières.