Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 10ème siècle > Thierry 1er de Metz ou Thierry de Hamelant

Thierry 1er de Metz ou Thierry de Hamelant

samedi 15 août 2015 (Date de rédaction antérieure : 3 novembre 2011).

Thierry 1er de Metz ou Thierry de Hamelant (929-984)

Évêque de Metz de 964 à 984

Fils du comte Eberhard de Bonn et d’Amalrade, sœur de Mathilde de Ringelheim, épouse de l’empereur Henri l’Oiseleur.

Après la mort d’ Adalbéron , évêque de Metz, il fut administrateur de l’évêché et plus tard le successeur d’Adalbéron à l’instigation de Brunon, l’archevêque de Cologne. Il avait été auparavant prévôt de Worms et chanoine d’Alberstadt [1].

Il fut l’ami et le conseiller de Brunon et l’accompagna dans son voyage vers Compiègne au cours duquel Brunon décéda à Reims. Après la mort de Brunon, Thierry fut un des conseillers les plus influents d’Otton 1er. En 968, il fonda l’abbaye Saint-Vincent de Metz [2] et devint protecteur de nombreuses églises et abbayes.

En 962, il accompagna Otton 1er en Italie, où il assista au couronnement et obtint après cela la charge honorifique d’accueillir sur les côtes italiennes Theophania, la fille de l’empereur grec que l’empereur de Rome avait choisi pour son fils. Après la mort d’Otton 1er, il conserva son influence à la cour d’Otton II. Après la fin de la guerre avec le roi de France Lothaire, Otton II vint à Metz et y fut couronné roi de Lotharingie [3]. En 978 à Laon, il couronna Charles de Basse Lotharingie roi des Francs, celui-ci néanmoins ne sera jamais reconnu en tant que tel bien que soutenu par Otton II. En 981, il accompagna l’empereur en Italie.

Il fut également écrivain. De ses voyages en Italie, il avait rapporté des reliques de différents saints, dont il rédigea les biographies.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Michel Parisse, « Thierri du Hamaland, évêque de Metz (965-984) et fondateur d’Épinal », Annales de la Société d’émulation des Vosges, 1985/

Notes

[1] L’évêché d’Halberstadt (804 à 1648) est une principauté ecclésiastique historique du Saint Empire romain germanique, diocèse suffragant de la Province ecclésiastique de Mayence. Il fut le cœur de l’évangélisation de la Saxe païenne à l’époque carolingienne.

[2] L’abbaye Saint-Vincent de Metz est une abbaye fondée à Metz au 10ème siècle. Ses bâtiments subsistent aujourd’hui et abritent le lycée Fabert. Monté sur le siège de saint Clément en 965, Thierry était un seigneur de haute naissance, apparenté notamment aux rois de France mais surtout à l’empereur du Saint Empire romain germanique qu’il a suivi dans ses voyages en Italie et d’où il a ramené les reliques de Vincent de Saragosse. Pour renfermer ces reliques, Thierry 1er décida de fonder une abbaye qu’il confierait aux bénédictins. Il fit appel au concours des deux monastères les plus illustres de son diocèse : l’abbaye de Gorze, fondée par le grand évêque saint Chrodegang, et l’abbaye Saint Arnould, sépulture des rois carolingiens. Ainsi, la première église abbatiale de Saint-Vincent, qui remplaça l’oratoire des vignerons de l’île Chambière, fut l’œuvre du moine Odilbert (ou Odolbert), prévôt de Gorze et par la suite abbé de Saint-Vincent. L’évêque Thierry fit la dédicace de la nouvelle église le 6 août 972 en y plaçant reliques de saint Vincent et de sainte Lucie, encore visibles, qu’il a rapportées de ses voyages en Italie aux côtés d’Otton 1er, premier prince du Saint Empire romain germanique. Ainsi la nouvelle abbaye était placée sous la protection de saint Vincent mais aussi de sainte Lucie, ce qui est encore le cas aujourd’hui. L’évêque est inhumé dans cette église en 984.

[3] La Lotharingie désigne le royaume de Lothaire II, arrière-petit-fils de Charlemagne. Il fut constitué en 855. Après sa mort, elle fut l’enjeu de luttes entre les royaumes de Francie occidentale et de Francie orientale, avant d’être rattachée à la Germanie en 880. Il devint un duché au début du 10ème siècle. Dans la deuxième moitié du 10ème siècle, le duché fut scindé en un duché de Basse Lotharingie et un duché de Haute Lotharingie, qui deviendra la Lorraine.