Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 10ème siècle > Brunon de Cologne dit Brunon ou Bruno le Grand

Brunon de Cologne dit Brunon ou Bruno le Grand

jeudi 12 mars 2015, par ljallamion

Brunon de Cologne dit Brunon ou Bruno le Grand (925-965)

Archevêque de Cologne

Brunon de Cologne. Bruno le Grand. Extrait de la généalogie de la Ottoniens (Chronica St. Pantaleonis, 2ème moitié du 12ème siècle. Bibliothèque de Wolfenbüttel)Fils cadet de Henri 1er l’Oiseleur roi de Germanie et de Mathilde de Ringelheim, et frère de Othon 1er, qui deviendra le premier empereur germanique en 962. Dès son plus jeune âge, il fut destiné à une carrière ecclésiastique.

En 953, l’archevêché de Cologne devint vacant, alors que le duc de Lotharingie [1], Conrad le Roux , gendre d’Othon 1er, se révoltait contre son beau-père.

Pour renforcer sa position dans ce duché, Othon fit nommer Brunon archevêque de Cologne. Othon vainquit ensuite Conrad, et lui confisqua la Lotharingie qu’il confia à Brunon, désormais duc de Lotharingie.

La Lotharingie avait été un duché qui avait souvent changé d’alliance entre la Germanie et la Francie, et dont beaucoup de ducs s’étaient révoltés. Afin de diminuer cette menace incessante, Brunon la divisa en 959 en Basse Lotharingie [2] et en Haute Lotharingie [3], et nomma des vices ducs à la tête de chaque partie

En 954, le royaume de Francie occidentale [4] était dirigé par le roi Louis IV d’Outremer et le duc Hugues le Grand. La mort de ces deux princes rivaux, qui étaient beaux-frères de Brunon et d’Othon 1er, survint en 954 pour Louis IV et 956 pour Hugues le Grand. Laissant chacun des fils mineurs, Brunon en assura la tutelle, et fut régent du royaume de Francie occidentale. Il le fut également pour la Germanie [5] en 961, pendant qu’Othon 1er était en Italie.

Il est le fondateur de l’abbaye bénédictine Saint-Pantaléon de Cologne [6] où il est inhumé.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Brunon de Cologne/ Portail du duché de Lorraine/ Archevêque de Cologne

Notes

[1] La Lotharingie désigne le royaume de Lothaire II du latin Lotharii Regnum, arrière-petit-fils de Charlemagne. Il fut constitué en 855. Après sa mort, elle fut l’enjeu de luttes entre les royaumes de Francie occidentale et de Francie orientale, avant d’être rattachée au Saint Empire romain germanique en 880. Il devint un duché au début du 10ème siècle. Dans la deuxième moitié du 10ème siècle, le duché fut scindé en un duché de Basse Lotharingie et un duché de Haute Lotharingie, qui deviendra la Lorraine.

[2] Le duché de Basse-Lotharingie est la partie nord de la Lotharingie. Avec le temps, il sera appelé duché de Lothier.

[3] La Haute Lotharingie correspondait à toute la partie de la province de Trèves située sur la rive gauche du Rhin, c’est-à-dire aux diocèses de Metz, Toul, Verdun et à la portion la plus considérable de celui de Trèves ; elle comprenait en outre la petite portion du diocèse propre de Reims qui embrassait les anciens pagi de Mouzon, de Castrice et du Dormois. Ce dernier duché dépendra toujours du Saint Empire romain germanique, jusqu’à l’accord qui le donna à la France en 1736.

[4] La Francie occidentale est le royaume que reçut le carolingien Charles le Chauve lors du partage de Verdun, en 843. Il s’agit des anciennes régions de Neustrie et d’Aquitaine, avec la partie ouest de l’Austrasie et le nord de la Bourgogne, autrement dit, la France des quatre fleuves.

[5] La Germanie est le nom donné, dans l’Antiquité, à la région d’Europe centrale séparée du monde romain par le Rhin et le Danube et s’étendant approximativement, à l’est, jusqu’à la Vistule. Le territoire de la Germanie était peuplée par les Celtes avant que divers peuples germaniques ne s’y installent au cours du 1er millénaire av. jc

[6] L’impératrice Theophano Skleraina, d’origine byzantine et nièce de Brunon, dote richement l’abbaye, en particulier avec les reliques de Saint Albin, et s’y fait inhumer. Plus tard, l’empereur Othon III du Saint Empire, fils de Theophano, poursuit les dons à l’abbaye.