Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 8ème siècle > Saint Benoît d’Aniane

Saint Benoît d’Aniane

vendredi 14 août 2015, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 25 septembre 2011).

Saint Benoît d’Aniane (750-821)

Saint Benoît d'Aniane

Jeune seigneur wisigoth [1] né sous le nom de Witiza. Fils du comte de Maguelone [2], il fut élevé à la cour de Pépin III, où il devint échanson [3] de la reine. Après avoir participé avec Charlemagne à l’expédition contre les Lombards en Italie en 773, il décida d’embrasser la vie religieuse et, en 774, s’enfuit, malgré l’opposition de son père, au monastère de Saint Seine [4], au nord de Dijon. Il prit le nom de Benoît et resta 6 ans dans cet établissement où il pratiqua une ascèse très rigoureuse inspirée des Pères orientaux et des Irlandais. Peu satisfait du mode de vie de ses compagnons, qu’il jugeait beaucoup trop relâché, il décida de se retirer à Aniane, une propriété familiale située en Languedoc, où il poussa jusqu’à l’extrême le dépouillement et la pauvreté. Il fonde l’abbaye d’Aniane [5] en 780.

Il obtint de Charlemagne des lettres d’immunité ainsi que la reconnaissance de la liberté d’élection de l’abbé, et décida, après de longues hésitations, d’adopter la règle de saint Benoît de Nursie en la complétant et en la modifiant. Il rédigea alors la Concordia Regularum [6], commentaire de la règle de saint Benoît, avec des citations extraites des règles de Pacôme, de Basile, mais aussi de Colomban.

Cette nouvelle règle renforçait la discipline et la hiérarchie, tout en restreignant le pouvoir discrétionnaire de l’abbé, sur qui le chapitre avait un droit de regard. En limitant la présence des hôtes laïcs et en réservant l’accès des écoles claustrales aux moines, elle renforçait la séparation entre le monde et le monastère.

Fort de l’appui de Louis, roi d’Aquitaine, et de l’amitié d’Alcuin, abbé de Saint-Martin, il réforma plus de 20 monastères en Aquitaine.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de histoire de la vie de saint Benoît d’Aniane/ Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 150

Notes

[1] Les Wisigoths entrent en Gaule, ruinée par les invasions des années 407/409. En 416 les Wisigoths et leur roi Wallia continuent leur invasion en Espagne, où ils sont envoyés à la solde de Rome pour combattre d’autres Barbares. Lorsque la paix avec les Romains fut conclue par le fœdus de 418, Honorius accorda aux Wisigoths des terres dans la province Aquitaine seconde. La sédentarisation en Aquitaine a lieu après la mort de Wallia. Les Wisigoths pénétrèrent en Espagne dès 414, comme fédérés de l’Empire romain. Le royaume des Wisigoths eut d’abord Toulouse comme capitale. Lorsque Clovis battit les Wisigoths à la bataille de Vouillé en 507, ces derniers ne conservent que la Septimanie, correspondant au Languedoc et une partie de la Provence avec l’aide des Ostrogoths. Les Wisigoths installèrent alors leur capitale à Tolède pour toute la suite. En 575 ils conquièrent le royaume des Suèves situé dans le nord du Portugal et la Galice. En 711 le royaume est conquis par les musulmans.

[2] Maguelone est un lieu-dit appartenant à la commune de Villeneuve-lès-Maguelone (Hérault). C’est une ancienne île volcanique connectée actuellement au continent par des cordons littoraux. Ce fut une ancienne cité fondée par les Wisigoths, sur l’île homonyme. En raison de sa position sur un cordon sableux facile à défendre, entre une lagune et la mer, l’île devint le siège d’une cathédrale et un ancien évêché qui fut ruiné par les Francs en 737.

[3] Un échanson était un officier chargé de servir à boire à un roi, un prince ou à tout autre personnage de haut rang. En raison de la crainte permanente d’intrigues et de complots, la charge revenait à une personne en qui le souverain plaçait une confiance totale. L’échanson devait en particulier veiller à écarter tout risque d’empoisonnement et parfois même goûter le vin avant de le servir.

[4] L’abbaye de Saint-Seine est une ancienne abbaye de moines bénédictins. Ce monastère bourguignon sis à Saint-Seine-l’Abbaye (Côte-d’Or) ayant connu une importance durant le Moyen Âge.

[5] L’abbaye d’Aniane est une abbaye bénédictine, située à Aniane dans le département de l’Hérault. Elle est fondée en 777 ou 782 par saint Benoît d’Aniane et fait partie au 17ème siècle de la Congrégation de Saint-Maur. Les bâtiments monastiques sont complètement détruits entre 1561 et 1572.

[6] la Concorde des règles