Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 7ème siècle > Muawiya 1er ou Muâwiya ibn Abî Sufyân

Muawiya 1er ou Muâwiya ibn Abî Sufyân

jeudi 16 juin 2016 (Date de rédaction antérieure : 15 septembre 2011).

Muawiya 1er ou Muâwiya ibn Abî Sufyân (603- 680)

calife en 661

Fils de celui qui a été auparavant l’un des plus farouches adversaires de Mahomet, Abû Sufyân ibn Harb , qui s’est converti à l’islam par la suite et est devenu compagnon du prophète.

Ses connaissances en lettres et en mathématiques firent qu’il devint un temps un des secrétaires de Mahomet. Ce dernier avait l’habitude d’offrir aux nouveaux convertis dont la foi était faible, présents et honneurs. Puis sous le califat d’Abû Bakr son frère Ziyâd et lui furent engagés dans les expéditions de conquêtes en Syrie. Il fut nommé gouverneur de Damas en 638. Sous le règne du second calife, Omar, il devient gouverneur de la Syrie entière. Sous le règne de Othman , au cours des Guerres arabo-byzantines, il mena des expéditions en direction de l’Anatolie et de l’île de Chypre en 649, détruisant la ville de Constantia.

Durant la Bataille de Phoenix de Lycie [1], après avoir vaincu Constant, fils de Constantin III et petit-fils d’Héraclius empereur de Constantinople, il conquit Rhodes [2] en 654. Il conquiert Kos [3] la même année. Pendant qu’Ali était occupé à Koufa [4], il lança de nombreuses expéditions contre les partisans d’Ali. En 661, des kharijites [5] organisèrent le triple meurtre des protagonistes de l’arbitrage. Mu âwîya à Damas, Ali à Koufa et l’arbitre du conflit Amr en Égypte devaient être assassinés le même jour. Ali mourut de ses blessures, Mu âwîya fut blessé et survécut et Amr échappa complètement à l’attentat.

Hasan , le fils aîné d’Ali, reçut le serment d’allégeance à la mort de son père et devint le calife légitime, mais répugnant à la guerre, et du fait des nombreuses défections de ses troupes, il accepta de négocier avec Mu âwîya. Il renonça à toute prétention sur le califat à plusieurs conditions, que l’usage de maudire Ali cesse, que sa famille puisse rester à Médine, et qu’ils puissent jouir de revenus. Mu âwîya accepta les deux dernières conditions, mais l’usage de maudire Ali persista. Hasan et sa famille se retirèrent alors à Médine en 662. Mu âwîya le fit empoisonner par sa propre femme.

Pour affirmer son pouvoir, il s’appuya sur Ziyâd qui avait remis de l’ordre à Bassora [6] face aux Alides [7]. Il étendit encore son pouvoir en lui donnant le Khorasan [8]. De là, il conquit la Transoxiane [9]. Ziyâd mourut de la gangrène en 673.

Entre autres, Chios [10] et Smyrne [11] sont conquises en 672, et une base établie a Cyzique [12]. En 674, il assiège Constantinople sous le règne de Constantin IV, et est repoussé par l’utilisation du feu grégeois.

Il meurt à Damas le 6 mai 680 après avoir imposé son fils Yazid comme successeur, transformant par là le califat électif en califat héréditaire.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de histoire de MU’AWIYA ou MO’AWIYA Ier - Encyclopædia Universalis/ Wahib Atallah, Sunnites et chiites. La naissance de l’empire islamique, Infolio éditions, 2010

Notes

[1] La bataille de Phœnix de Lycie ou la bataille des Mâts qui se déroule en 655 est un engagement naval décisif entre les Arabes conduits par Abd Allâh ibn Saad ibn Sarh et la flotte byzantine placée sous le commandement personnel de l’empereur Constant II. Cette bataille se termine par une large défaite de la flotte byzantine et met fin à la suprématie des Byzantins sur l’est de la Méditerranée, appelée jusque la par les Arabes « bahr ar-Rûm » traduit par la mer des Romains. Cette bataille, était la première bataille navale des musulmans dans leurs histoire.

[2] Rhodes est une île grecque, la plus grande du Dodécanèse. Bordée au nord-ouest par la mer Égée et au sud-est par la mer Méditerranée, elle est située entre l’île de Karpathos (Grèce) et les côtes turques, à 17,7 km de ces dernières.

[3] Kos ou est une île grecque faisant partie de l’archipel du Dodécanèse, dans la mer Égée. Longue de 40 km sur 8 km de largeur, Kos est la troisième plus grande île du Dodécanèse après Rhodes et Karpathos. Elle est située à 4 km des côtes turques et de la ville d’Halicarnasse (Bodrum).

[4] Koufa ou Kûfa est une ville d’Irak, environ 170 km au sud de Bagdad, et à 10 km au Nord-est de Nadjaf. Elle est située sur les rives du fleuve Euphrate.

[5] Le kharidjisme ou kharijisme est une secte de l’islam apparue lors de la première fitna et le conflit entre Ali et Mu’awiya. Selon al-Shahrastani, un khariji est toute personne qui se révolte contre le dirigeant autour duquel sont réunis les musulmans. Les khawarij sont ainsi considérés comme des dissidents. Le kharijisme est l’une des toutes premières factions apparues en Islam. Les kharijites se divisèrent, par la suite, en une multitudes de groupes (près d’une vingtaine).

[6] Bassora est la deuxième ville d’Irak, après Bagdad, la capitale. C’est la capitale de la province d’Al-Basra. Principal port du pays, la ville est située sur le Chatt-el-Arab, estuaire commun des fleuves Tigre et Euphrate, à 55 km en amont du golfe Persique et à 550 km de Bagdad. Bassora est, avec Koufa (située plus au nord), un ancien « misr » (au pluriel « amsar » : ville-camp), bâtie en 638 par Omar, le deuxième calife bien-guidé, lors de l’expansion musulmane .

[7] Alides est le nom donné aux descendants d’Ali, qu’ils soient descendants de Fatima fille de Mahomet ou des autres femmes d’Ali . Tous les descendants d’Ali sont membres de l’Ahl Al Bayt qu’ils soient Seyyed (descendant du prophète) ou non. Les dynasties alides se divisent en deux branches les Hasanides descendants de Hasan premier fils d’Ali et de son épouse Fatima, fille de Mahomet, et les Hoseynides descendants de Husayn leur second fils

[8] Le Khorassan est une région située dans le nord-est de l’Iran. Le nom vient du persan et signifie « d’où vient le soleil ». Il a été donné à la partie orientale de l’empire sassanide. Le Khorassan est également considéré comme le nom médiéval de l’Afghanistan par les Afghans. En effet, le territoire appelé ainsi englobait en réalité l’Afghanistan actuel, le sud du Turkménistan, de l’Ouzbékistan et du Tadjikistan, ainsi que le nord-est de l’Iran.

[9] La Transoxiane est l’ancien nom d’une partie de l’Asie centrale située au-delà du fleuve Oxus (actuel Amou-Daria). Elle correspond approximativement à l’Ouzbékistan moderne et au sud-ouest du Kazakhstan. Géographiquement, il s’agit de la région située entre les fleuves Oxus et Syr-Daria. L’utilisation de ce terme de nos jours implique généralement que l’on parle de la région à une époque antérieure au 8ème siècle. Cependant le terme est resté en usage parmi les historiens occidentaux plusieurs siècles après.

[10] Chios ou Chio est une île et municipalité grecque de la mer Égée, proche de la Turquie dont elle est séparée par un détroit de 8 kilomètres seulement. Avec l’île de Psara, elle forme le district régional de Chios, dont la capitale est également appelée Chios ou Chora. Sa superficie est 842,28 km².

[11] Izmir anciennement Smyrne, est le deuxième plus grand port de Turquie (après İstanbul), et la troisième agglomération du pays par le nombre d’habitants. Elle est située sur la mer Égée près du golfe d’Izmir.

[12] Cyzique était une cité grecque de Mysie, sur la Propontide (l’actuelle mer de Marmara).