Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 7ème siècle > Abou Bakr As Siddîq ou Abû Bakr As Siddîq

Abou Bakr As Siddîq ou Abû Bakr As Siddîq

jeudi 1er août 2019, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 12 septembre 2011).

Abou Bakr As Siddîq ou Abû Bakr As Siddîq (573- 634)

Premier calife de l’islam de 632 à 634

Abou Bakr Calife et commandeur des croyants (Miniature turque. 17ème siècle. Dresde, bibliothèque nationale de Saxe)Beau-père de Mahomet, il fut le premier homme à avoir embrassé l’islam après Khadija alors qu’il était marchand à La Mecque [1]. Il aurait possédé un nombre important de chameaux dont il prenait grand soin.

Lors de l’hégire [2], il quitta La Mecque pour s’installer avec Mahomet à Médine [3].

Au cours de la maladie qui lui fut fatale, ce dernier le désigna pour diriger les prières en son absence. À la mort de Mahomet, il devint le premier calife.

Il réprima les révoltes de tribus de Hedjaz [4] et Nejd [5], la première rejetant l’islam et la seconde refusant de payer la zakat [6]. Il rencontre de fortes oppositions de toute part mais les surmonte. La plus sérieuse opposition venant de Musaylima vaincu par Khalid ibn al-Walid à la bataille d’Al-Yamâma [7].

Après cette bataille au cours de laquelle près de 1200 musulmans dont 39 grands Compagnons et 70 maîtres récitateurs du Coran perdirent la vie, Omar incita Abû Bakr à envisager la préservation des versets révélés. C’est à Zayd ibn Thâbit qu’échut la tâche de compiler l’ensemble des versets en un seul livre. Ce livre, quand il fut achevé, fut gardé par Hafsa, fille d’Omar, et une des épouses de Mahomet.

Quant à la suite des répressions l’Arabie fut entièrement soumise, il entraîna ses généraux à la conquête de l’étranger. L’Irak fut pris à la Perse par Khalid ibn al-Walid en une seule campagne lors de la bataille d’al-Qadisiyya [8] et une autre expédition victorieuse fut effectuée en Syrie sous le règne d’Omar.

Peu avant sa mort, il fit d’Omar son successeur après avoir consulté les compagnons proches et influents. Il fut enterré dans une chambre attenante à la Mosquée du Prophète, Masjid al-Nabawi [9], à droite de la tombe de Mahomet.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia/ Portail de l’islam/ Liste des califes

Notes

[1] La Mecque est une ville de l’ouest de l’Arabie saoudite, non loin de la charnière séparant le Hedjaz de l’Asir, à 80 km de la mer Rouge, et capitale de la province de la Mecque. Lieu de naissance, selon la tradition islamique, du prophète de l’islam Mahomet à la fin du 6ème siècle, elle abrite la Kaaba au cœur de la mosquée Masjid Al-Haram (« La Mosquée sacrée ») et la tradition musulmane a lié sa fondation à Ibrahim (Abraham), ce qui en fait la ville sainte la plus sacrée de l’islam. L’accès est interdit aux personnes qui ne sont pas de confession musulmane ainsi qu’aux femmes seules, même musulmanes

[2] L’hégire désigne le départ des compagnons de Mahomet de La Mecque vers l’oasis de Yathrib, ancien nom de Médine, en 622.

[3] Médine est une ville d’Arabie saoudite, capitale de la province de Médine, située dans le Hedjaz. C’est là que vint s’installer en 622 à l’hégire le prophète de l’islam, Mahomet, après qu’il eut, selon le Coran, reçu l’ordre de Dieu de quitter La Mecque, ville distante de plus de 430 km. C’est aussi là qu’il mourut et fut enterré en 632. La ville abrite son tombeau dans la Masjid An Nabawi (mosquée du Prophète) ainsi que les premiers califes Abou Bakr et Omar, les autres personnes importantes de l’islam restant au cimetière Al-Baqi.

[4] Le Hedjaz est une région du nord-ouest de l’actuelle Arabie saoudite. Sa principale ville est Djeddah, mais la cité la plus connue est La Mecque, ainsi que Médine. Cette région fut contrôlée tour à tour durant la majeure partie de son histoire par les puissances régionales, l’Égypte ou l’Empire ottoman. Elle fut néanmoins brièvement indépendante au début du 20ème siècle, lorsqu’elle se souleva contre l’Empire ottoman lors d’une rébellion encouragée par Lawrence d’Arabie durant la Première Guerre mondiale. Husseyn ibn Ali, chérif de la Mecque, proclama son indépendance en 1916. En 1924-1925, l’autorité du chérif fut renversée par les ibn Saoud, régnant sur la nation voisine du Nejd. Cette annexion permit la création de l’Arabie saoudite moderne en 1932.

[5] Le Nejd ou Najd est une région du centre de l’Arabie saoudite et comprend, en particulier, la capitale de cet État, Riyad. C’est un plateau situé entre 762 et 1 525 mètres. La partie orientale comprend plusieurs villages établis sur des oasis, tandis que le reste du plateau est occupé par des bédouins nomades. La région fut conquise sur l’Empire ottoman par Abd al-Aziz ben Abd al-Rahman Al Saoud, qui s’y tailla un émirat grâce à son alliance avec Mohammed ibn Abd el-Wahhâb entre 1899 et 1912. En 1932, le Nejd devint une province de la nouvelle Arabie saoudite.

[6] La zakât ou zakat mot arabe traduit par « aumône », est le troisième des piliers de l’islam Le musulman est tenu de calculer chaque année lunaire (hégire) ce montant et de le donner aux plus pauvres dans son pays de résidence. Historiquement, dans les pays islamiques, c’était l’État qui récoltait la zakât et qui la redistribuait.

[7] Al-Yamamah est une ancienne région située à l’est du plateau du Nedjd en Arabie saoudite, autour du village aujourd’hui disparu d’Al-Yamamah Jaww, près de al Kharj. Elle occupe une place importante dans les débuts de l’histoire islamique, comme point important de la Guerre de Ridda, juste après la mort de Mahomet.

[8] La bataille d’al-Qadisiyya, ou Kadésiah, est une bataille qui eut lieu en 636 entre les Arabes musulmans et les Perses sassanides dans le cadre de la conquête musulmane de la Perse. Les années qui suivent la mort de Mahomet (juin 632) voient l’expansion arabe au Proche-Orient, notamment en Mésopotamie (l’actuel Irak). La conquête de la Mésopotamie se fait aux dépens de la dynastie perse des Sassanides, fondée en 226 apr. jc. En 634, les Perses ont réussi à repousser une première armée d’invasion.

[9] Al-Masjid Al-Nabawi ou mosquée du Prophète, à Médine, est la deuxième mosquée la plus sainte de l’islam après Masjid al-Haram à La Mecque ; la mosquée d’Al-Aqsa (à côté du Dôme du Rocher, à Jérusalem) est la troisième plus sainte de l’islam. La mosquée originale a été construite par Mahomet. Les califes suivants ont augmenté la taille et amélioré la décoration de la mosquée. L’originale n’était pas grande et ne représentait qu’une petite partie de l’actuelle. La taille de la mosquée a été considérablement augmentée depuis la formation de l’Arabie saoudite. La dernière rénovation a eu lieu sous le roi Fahd.