Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 7ème siècle > Constantin IV Pogonat

Constantin IV Pogonat

mardi 7 octobre 2014, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 14 septembre 2011).

Constantin IV Pogonat (652- 685) Co-empereur à partir de 654 et Empereur byzantin de 668 à sa mort

Une pièce de monnaie de l'empereur byzantin, Constantin IVFils aîné de Constant II Considéré comme un homme d’État avisé et un meneur d’hommes, il lutta avec fermeté contre les Arabes lors du 1er siège de Constantinople entre 674 et 678 et les vainquit en 678 grâce à l’utilisation du feu grégeois [1] qui incendia la flotte arabe. Un traité de paix de 30 ans fut conclu avec le calife Muawiya 1er, qui s’engagea à payer un tribut annuel.

Il échoua cependant face à une attaque des Bulgares qui s’installèrent à Pliska [2] et dut leur payer tribut. Sous son règne eut lieu le 3ème Concile de Constantinople en 680-681 [3]. Accepté par le pape, ce concile condamna le monothélisme et réunifia la chrétienté.

Il mourut de dysenterie en 685. De son épouse, Anastasia, il eut un fils qui devient l’empereur Justinien II.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de histoire de l’Europe/ Constantin IV Pogonat

Notes

[1] Le feu grégeois est une arme incendiaire fonctionnant même en mer utilisée par l’Empire byzantin. Les Byzantins l’employèrent généralement lors des batailles navales avec des effets dévastateurs pour la marine adverse. Cela leur procura un avantage technologique qui leur permit de remporter plusieurs victoires décisives notamment lors des deux sièges de Constantinople par les Arabes ce qui permit d’assurer la survie de l’empire.

[2] Pliska est le nom de la première capitale de Bulgarie entre 681 et 893. À cette date, elle fut remplacée comme capitale par Preslav.

[3] Il fut convoqué par l’empereur Constantin IV, souhaitant régler la question du monothélisme, qui empoisonnait les relations entre les Églises de Constantinople et de Rome. Cette doctrine, inventée pour réconcilier les monophysites avec l’Église byzantine, n’était plus d’actualité, car l’Empire n’espérait plus recouvrer ni l’Égypte, ni la Syrie. L’empereur écrivit en 678 au pape Donus, mais c’est le pape Agathon son successeur qui reçut la lettre. Celui-ci tint un synode préparatoire à Rome au printemps 680. À son ouverture, le 7 novembre 680, le concile réunissait une centaine d’évêques, et à la session finale cent soixante-quatorze. Ils étaient presque tous grecs, mais c’était l’usage car les déplacements étaient difficiles. L’assemblée se déclara elle-même « œcuménique » à sa première session. L’empereur lui-même présida les onze premières sessions et la dernière