Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 4ème siècle > Achille d’Alexandrie ou Achillas

Achille d’Alexandrie ou Achillas

mardi 23 août 2022, par ljallamion

Achille d’Alexandrie ou Achillas

18ème Patriarche d’Alexandrie de 312 à 313

La cathédrale de l'Annonciation d'Alexandrie siège du patriarcat orthodoxe d'AlexandrieAchille naît à Alexandrie [1], il est réputé pour ses connaissances et sa piété ; ce qui incite Théonas d’Alexandrie a l’ordonner prêtre et à la nommer à la tête de École théologique d’Alexandrie [2] après le départ de Pierius .

Il était apparemment très qualifié pour cette fonction du fait de ses connaissances en philosophie grecque et en théologie, car Athanase le décrira plus tard comme Achillas le Grand.

Sur la recommandation de Pierre évêque d’Alexandrie, il est couronné patriarche en décembre 312 ; à la suite du martyr de Pierre pendant la Persécution de Dioclétien [3].

Sous la pression d’Arius, qui avait été condamné par Pierre, de retourner à son ancienne position de prêtre et de prédicateur Achille meurt 6 mois plus tard le 26 juin 313.

Après sa mort Arius s’autoproclame évêque d’Alexandrie mais le clergé et la population choisissent Alexandre à sa place.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Pope Achillas of Alexandria » 

Notes

[1] Alexandrie est une ville en Égypte. Elle fut fondée par Alexandre le Grand en -331 av. jc. Dans l’Antiquité, elle a été la capitale du pays, un grand centre de commerce (port d’Égypte) et un des plus grands foyers culturels hellénistiques de la mer Méditerranée centré sur la fameuse bibliothèque, qui fonda sa notoriété. La ville d’Alexandrie est située à l’ouest du delta du Nil, entre le lac Maréotis et l’île de Pharos. Cette dernière était rattachée à la création de la ville par l’Heptastade, sorte de digue servant aussi d’aqueduc, qui a permis non seulement l’extension de la ville mais aussi la création de deux ports maritimes.

[2] L’école théologique d’Alexandrie, dite aussi le Didascalée, fut une des grandes écoles théologiques des premiers siècles du christianisme. Sa méthode théologique était symbolico-allégorique. L’influence de Platon et du néoplatonisme y est manifeste. Elle s’opposa à l’école théologique d’Antioche qui prônait une méthode historico-littérale. Elle eut des filiales en Palestine et en Pamphylie.

[3] La Persécution de Dioclétien ou Grande persécution désigne la dernière répression du christianisme durant la Tétrarchie, sous le règne de Dioclétien, au début du 4ème siècle. En 303, les empereurs Dioclétien, Maximien, Galère et Constance Chlore (les quatre co-empereurs de la Tétrarchie instaurée par Dioclétien) prirent une série d’édits révoquant certains droits des chrétiens en leur imposant de se conformer aux pratiques religieuses traditionnelles sous peine d’emprisonnement et d’exécution. Certains édits ultérieurs ordonnèrent le sacrifice aux dieux. Les persécutions varièrent en intensité à travers l’Empire. Relativement faibles en Gaule et en Bretagne, où les premiers édits furent pris, elles furent plus fortes dans les provinces orientales. Certaines lois instaurant les persécutions furent annulées par différents empereurs à diverses époques, mais l’édit de Milan de Constantin 1er et Licinius en 313 marque traditionnellement la fin des persécutions. Les chrétiens avaient toujours été visés par des discriminations au sein de l’Empire, mais les premiers empereurs n’étaient pas favorables à édicter des lois d’ordre général contre le christianisme. Si Néron avait persécuté les chrétiens en les accusant d’être responsables du grand incendie de Rome, ce n’est qu’à partir des années 250, sous les règnes de Dèce et Valérien que de telles lois furent promulguées. Après l’avènement de Gallien en 260, ces lois ne furent plus appliquées. L’accession au pouvoir de Dioclétien en 284 n’attira pas immédiatement l’attention impériale sur la Chrétienté mais marqua un changement graduel d’attitude envers les minorités religieuses. Au cours des 15 dernières années de son règne, Dioclétien purgea l’armée des chrétiens qu’elle comptait, condamna les manichéens à mort et s’entoura d’opposants notoires aux chrétiens.