Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 2ème siècle > Tao Qian (dynastie Han)

Tao Qian (dynastie Han)

samedi 9 juillet 2022, par ljallamion

Tao Qian (dynastie Han) (132-194)

Fonctionnaire du gouvernement-Chef de guerre

Il est surtout connu pour avoir servi en tant que gouverneur de la province de Xu [1].

Tao Qian était originaire de la commanderie de Danyang [2]. Jeune homme, il était connu pour être studieux et honnête. Au service de la dynastie Han [3], il a dirigé les forces armées de la commanderie de Danyang pour réprimer les rébellions.

Lorsque la rébellion des Turbans jaunes [4] a éclaté, il fut nommé inspecteur de la province de Xu et il a réussi à nettoyer la zone des forces rebelles. Il fut envoyé aux frontières du nord-ouest pendant la rébellion de la province de Liang [5], où il a servi sous les ordres de Zhang Wen. Pendant la campagne, il a insulté Zhang Wen et l’a mis en colère. Cependant, Sun Jian et Dong Zhuo ont participé à la même campagne, et tous deux étaient également mécontents du leadership de Zhang Wen. Dans le chaos de Dong Zhuo est du coup d’état et des combats qui ont suivi, Tao Qian, de retour à Xu, pris le contrôle de la Province voisine de Yang [6]. Cependant, après cela, il n’a montré aucune ambition d’étendre davantage son territoire.

Tao Qian était responsable du début des carrières de Wang Lang , Zhu Zhi et Chen Deng, qui joueront tous un rôle assez important dans les événements historiques menant à la fin de la dynastie Han.

Cependant, il était enclin à s’associer à des personnages sans scrupules et d’autre part à ne pas nommer Zhao Yu, un subordonné loyal et capable, à une position de confiance. Ceux qui n’ont pas répondu à ses demandes de le servir étaient emprisonné, et il a également tenté de nuire à la famille de Sun Ce, qui servait Yuan Shu à l’époque.

En 193, Cao Cao voyageait à travers la Province Xu. Le subordonné de Tao Qian, Zhang Kai attaqua le train de bagages, tuant Cao Song et s’échappant avec le butin. La mort de Cao Song a incité Cao Cao, alors gouverneur de la province de Yan, à diriger une armée pour envahir la province de Xu et massacrer d’innombrables civils. Tao Qian demanda l’aide de ses alliés dans la province de Qing [7], et fut rejoint par Tian Kai et son subordonné Liu Bei, et avec les renforts Tao Qian a pu résister à Cao Cao. Les forces de Cao Cao ont finalement manqué de fournitures et ont dû se retirer dans la province de Yan.

Tian Kai est retourné au nord, mais Tao Qian a fourni à Liu Bei plusieurs milliers de soldats de Danyang [8], alors Liu Bei a transféré son service de Tian Kai à Tao Qian.

Cao Cao a lancé une deuxième invasion en 194, mais fut contraint de faire demi-tour lorsque Zhang Miao et Chen Gong se sont rebellés contre lui et ont aidé un chef de guerre rival, Lü Bu, à prendre le contrôle de sa base dans la province de Yan.

Tao Qian mourut de maladie en 194. Ses subordonnés Mi Zhu et Mi Fang invitèrent Liu Bei à devenir le nouveau gouverneur de la province de Xu. Liu Bei a d’abord refusé et a offert le poste de gouverneur à Yuan Shu, mais Kong Rong l’a finalement convaincu d’accepter.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé Tao Qian (Han dynasty)/ Traduit par mes soins

Notes

[1] Avec plus de 6 000 ans d’histoire, Xuzhou, autrefois appelé Pengcheng ou "ville de Peng" , est la plus ancienne ville de la province de Jiangsu. Elle était l’un des neuf états sous le règne de l’empereur Yu de la dynastie Xia. À cette époque Xuzhou était le nom d’une vaste région qui s’étendait du mont Tai au nord jusqu’au fleuve Huaihe au sud et jusqu’au fleuve Jaune à l’est et dans laquelle Pengcheng était la ville centrale. Xuzhou a pris ce nom dans la haute antiquité. Xuzhou est devenu "dao" (province), "fu" (préfecture), "zhou" (département).

[2] qui se situe autour de l’actuelle Ma’anshan, Anhui

[3] La dynastie Han régna sur la Chine de 206 av. jc à 220 apr. jc. Deuxième des dynasties impériales, elle succéda à la dynastie Qin (221/206 av. jc) et fut suivie de la période des Trois Royaumes (220/265). Fondée par Liu Bang, chef de guerre d’origine paysanne révolté contre la dynastie Qin, elle compta 28 empereurs.

[4] une insurrection populaire où les paysans s’enroulaient une étoffe jaune autour de la tête en signe de ralliement avec la secte religieuse La voie de la grande paix mené par Zhang Jiao

[5] La rébellion de la Province de Liang (184/189) commence comme une insurrection du peuple Qiang contre la dynastie Han dans la province occidentale de Liang (Liangzhou, qui correspond plus ou moins aujourd’hui à Wuwei, dans la province du Gansu) dans la Chine du 2ème siècle. Mais assez vite, les Yuezhi et des rebelles pro-Han se joignent aux combats pour le contrôle de la province aux dépens de l’autorité centrale. Cette rébellion, qui a suivi de près celle des Turbans jaunes, fait partie d’une série de troubles qui ont conduit au déclin et à la chute de la dynastie Han. Bien que la plupart des historiens traditionnels portent une attention relativement faible à cette rébellion, elle à néanmoins une importance notable, car elle détruit la présence chinoise dans le Nord-Ouest et prépare le terrain pour la naissance de nombreux royaumes non-Han durant les siècles suivants

[6] Yangzhou, Yangchow ou province de Yang était l’une des neuf provinces de la Chine ancienne mentionnées dans des textes historiques tels que l’hommage de Yu, Erya et les rites de Zhou.

[7] Qingzhou ou province de Qing était l’une des neuf provinces de la Chine ancienne datant d’environ 2070 avant notre ère qui est devenue plus tard l’une des treize provinces de la dynastie Han (206 avant notre ère-220 de notre ère). Les neuf provinces ont été décrites pour la première fois dans le chapitre Hommage de Yu du Livre des documents classique, Qingzhou se trouvant à l’est de Yuzhou et au nord de Yangzhou. Le territoire principal de Qingzhou comprenait la majeure partie de la province moderne du Shandong, à l’exception du coin sud-ouest.

[8] Danyang est une ville de la province du Jiangsu en Chine. C’est une ville district placée sous la juridiction de la ville-préfecture de Zhenjiang. On y parle un dialecte du wu proche du mandarin.