Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 5ème siècle > Léodagan ou Léo De Grand

Léodagan ou Léo De Grand

jeudi 16 juin 2022, par ljallamion

Léodagan ou Léo De Grand

Personnage de la légende arthurienne

Généralement père de Guenièvre et donc le beau-père d’Arthur Pendragon, roi des Bretons [1]. Léodagan est également roi de Carmélide [2], et gardien de la Table Ronde [3] après la mort d’Uther Pendragon, père et prédécesseur d’Arthur.

Léodagan était au service d’Uther Pendragon, prédécesseur et père biologique d’Arthur. Il est chargé de la tenue de la Table Ronde à la mort d’Uther. Venir en aide au roi Léodagan constitue l’une des premières épreuves du jeune roi Arthur : contesté par ses barons, il a besoin d’une alliance solide pour légitimer son couronnement.

Roi de Carmélide, Léodagan est aux prises depuis 7 ans avec une coalition de Romains et de troupes du duc des Alémans [4] et de Claudas de la Terre Déserte. Il demande l’aide d’Arthur dont il est le vassal.

Arthur arrive avec Ban de Bénoïc , Bohort de Gannes et quelques chevaliers. Merlin leur conseille de ne pas révéler leur identité à Léodagan. Arthur et ses troupes repoussent les assauts et Léodagan les convie dans son château pour un grand banquet, au cours duquel Arthur rencontre pour la première fois Guenièvre et en tombe amoureux.

Il découvre que le chevalier qui l’a aidé n’est autre que son suzerain Arthur, et lui offre la main de sa fille Guenièvre ainsi que la Table Ronde en dot. Arthur a entrepris cette quête auprès de Léodagan tant pour la main de sa fille Guenièvre que pour récupérer la Table Ronde, objet d’une cruciale importance magique et religieuse pour son royaume de Camelot [5].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Marcel Brasseur, La geste des Bretons, vol. 3, Paris, Errance, 2003, 117 p. (ISBN 2-87772-262-7 et 9782877722629)

Notes

[1] La Bretagne insulaire, parfois également appelée l’île de Bretagne, est le nom donné à la Grande-Bretagne par les historiens modernes jusqu’à la fin de la période médiévale britannique.

[2] La Carmélide est, dans la légende arthurienne, le plus souvent la patrie du roi Léodagan, le père de la reine Guenièvre. C’est le cas notamment dans le Merlin de Robert de Boron. Thomas Malory appelle cette région « Caméliard » dans son livre Le Morte d’Arthur. Il existe différentes hypothèses contradictoires pour la localiser, en Grande-Bretagne (Cornouailles, Pays de Galles) ou dans le Poher, pays de Carhaix en Bretagne.

[3] La Table ronde est, dans la légende arthurienne de la matière de Bretagne, la table légendaire autour de laquelle se réunissaient le roi Arthur et ses chevaliers, dits « chevaliers de la Table ronde ».

[4] Les Alamans ou Alémans étaient un ensemble de tribus germaniques établies d’abord sur le cours moyen et inférieur de l’Elbe puis le long du Main, où ils furent mentionnés pour la première fois par Dion Cassius en 213. Ces peuples avaient pour point commun de rivaliser avec les Francs, sans doute à l’origine un autre regroupement d’ethnies établies plus au nord sur la rive droite du Rhin. Le royaume alaman désigne le territoire des Alamans décrit à partir de 269.

[5] Camelot, aussi appelée Camalot ou Caermaloyw (synthèse de « caer » et « maloyw » en référence à Caerloyw, nom gallois de Gloucester), est un château de la légende arthurienne. C’est le siège de la cour de la reine Guenièvre et du roi Arthur, souverain de Bretagne, soit l’actuel emplacement de l’Angleterre (au sud du mur d’Hadrien), du pays de Galles et de l’Armorique. C’est également l’endroit où fut instituée la Table ronde.