Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Xiahou Dun

mercredi 4 mai 2022, par ljallamion

Xiahou Dun (mort en 220)

Général et lettré chinois de la fin de la dynastie Han et du début de la période des Trois Royaumes

Homme de confiance principal de son cousin, le Premier ministre Cao Cao.

Si les annales historiques dépeignent surtout sa grande droiture, sa modestie, sa générosité et son profond désintérêt pour les richesses, la tradition populaire en a plutôt fait un courageux et loyal général.

La date de naissance de Xiahou Dun est incertaine et nous ne connaissons pas son âge à la date de sa mort. Nous savons seulement qu’il naquit dans la région de Qiao [1]) et qu’il était un descendant de Xiahou Ying. En outre, aucune date de ses actions n’est donnée avant 207, date à laquelle ses contributions à l’Empire furent officiellement enregistrées.

Adolescent, il a la réputation de suivre consciencieusement ses études et d’avoir un sens de la justice poussé à l’extrême : à 14 ans, il tue quelqu’un qui avait insulté son maître.

En 190, Xiahou Dun se place ensuite au service de son cousin, Cao Cao, avant même que celui-ci ne débute son ascension au pouvoir et le suit dans toutes les batailles. Une fois que Cao Cao ait reçu le titre de “général vigoureux”, il fait de Xiahou Dun son conseiller militaire et l’envoie à Baima, puis plus tard le promet au rang de “colonel qui repousse les ennemis”. Xiahou Dun reçoit le poste de gouverneur de la préfecture de Dong.

Lorsque Cao Cao part guerroyer contre Tao Qian , il ordonne à Xiahou Dun d’aller en garnison à Puyang [2]. Zhang Miao, un des commandants de Cao Cao, saisit l’occasion pour trahir ce dernier et rejoindre Lü Bu .

Les troupes de Zhang Miao étaient postées près de la ville de Juancheng [3], où vivait la famille de Cao Cao. Xiahou Dun part à la rescousse avec une petite armée et croise en chemin les troupes de Lü Bu et les force à battre en retraite. Lü Bu profite de l’absence de Xiahou Dun pour prendre Puyang et ses réserves.

Il envoie ensuite les commandants de la ville auprès de Xiahou Dun afin de négocier une trêve. Xiahou Dun tombe dans le piège et est pris en otage. Les rebelles demandent une grosse rançon et Han Hao , un des commandants de Xiahou Dun, donne l’ordre de poster ses troupes en face du campement de ce dernier et propose une rencontre avec les commandants rebelles.

Il ordonne alors à ses hommes d’attaquer. Voyant que l’otage ne semblait avoir aucune valeur aux yeux de leurs assaillants, les rebelles libèrent immédiatement Xiahou Dun et demandent pardon. Han Hao, après les avoir réprimandé, les fait exécuter.

Cao Cao fait l’éloge de Han Hao et décrète que désormais, s’il devait y avoir une prise d’otage, à la fois rebelles et otages seraient exécutés. Dès lors, il n’y eut plus de problèmes du même genre.

Lorsque Cao Cao revint de Xuzhou [4], Xiahou Dun le suit pour attaquer Lü Bu et reçoit une flèche dans l’oeil gauche lors d’une bataille.

Il est promu gouverneur de Chenliu [5] et de Jinyin et reçoit le titre de “général qui établit la vaillance”, puis est anobli sous le titre de marquis de Gaoan. Lorsqu’il officiait à l’époque, il arrivait parfois qu’il y ait des inondations et des invasions de sauterelles. Il fait construire un barrage sur la rivière et utiliser son lit fertile comme terrain agricole. Durant les travaux, il donne lui-même l’exemple en s’attelant à la tâche en portant les charges sur le dos à la manière des paysans. Xiahou Dun est promu plus tard gouverneur de Henan [6].

À la suite de la conquête de Hebei [7], Cao Cao doit affronter Yuan Shao. Après avoir capturé la ville de Ye [8] de Yuan Shao, il confère à Xiahou Dun le titre de “général qui soumet les vagues” ainsi que le droit sur ses terres de haute et de basse justice.

En 207, il est décidé que ses actions futures devraient être officiellement enregistrées et on ajouta 1 800 nouveaux foyers aux 2 500 de son fief. En 216, après la campagne de Cao Cao contre Sun Quan, il reçoit le commandement de 26 unités d’armée ainsi que l’ordre de s’établir en garnison à Juchao. Cao Cao le récompense de ses actions avec des musiciens et des danseuses

En 219, Cao Cao inflige une défaite aux troupes de Liu Bei à Mopi. Cao Cao voyageait souvent dans le même chariot que Xiahou Dun et ce dernier avait même l’autorisation de visiter Cao Cao dans ses quartiers d’habitation. Xiahou Dun était le général favori de Cao Cao qui avait pour lui de grandes ambitions et une intimité particulière. Xiahou Dun recevait ses titres directement de l’empereur des Han, tandis que les autres généraux de Cao Cao les recevaient au nom du royaume de Wei [9] dont Cao Cao était le dirigeant.

Xiahou Dun supervise ensuite le retour des troupes à Shouchun [10] et s’établit en garnison à Zhaoling [11]. À la mort de Cao Cao, Cao Pi prend sa succession, se nomme Empereur, et confère à Xiahou Dun le titre de général suprême. Quelques mois après sa nouvelle nomination, Xiahou Dun meurt.

Il reçoit à titre posthume le titre de marquis loyal. Son fils Xiahou Chong hérite de ses terres et titres. Cao Pi, en l’honneur des services rendus par Xiahou Dun de son vivant, anoblit ses 7 fils et petits-fils et offre 1 000 foyers de plus à sa famille. Il confère le titre de marquis du domaine impérial à tous les fils et à 2 petits-fils.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Xiahou Dun/ Portail du monde chinois/ Catégories  : Personnalité du IIIe siècle/ Héros des Trois Royaumes

Notes

[1] préfecture de Pei

[2] Puyang est une ville du nord-est de la province du Henan en Chine. Elle est située sur la rive nord du Fleuve Jaune.

[3] Le xian de Juancheng est un district administratif de la province du Shandong en Chine. Il est placé sous la juridiction de la ville préfecture de Heze.

[4] Xuzhou est une ville du nord-est de la province du Jiangsu en Chine. C’est une commune où se rencontrent les quatre provinces : celles du Jiangsu, du Shandong, du Henan et de l’Anhui. Cette position géographique particulière lui confère un point stratégique connu dans l’histoire chinoise. En outre, cette ville possède des caractères économiques et culturelles appartenant à la fois au nord et au sud de la Chine. C’est une ville bien desservie possédant une diversité importante de produits manufacturés. On y parle le dialecte de Xuzhou du mandarin zhongyuan.

[5] Chenliu est une ville chinoise située dans la province de Henan, au sud-est de Kaifeng. Ce fut un site important lors de la dynastie Han et la période des Trois Royaumes alors que Cao Cao s’y réfugia en 189. Faisant de ces lieux son centre de commandement, il recruta de nombreux soldats pour combattre le tyranesque Dong Zhuo. Chenliu avait également le statut de district dans l’ancienne province de Yan.

[6] Le Henan, autrefois Honan, est une province du centre-est de la Chine. Le Henan fut appelé Zhongzhou ce qui signifie littéralement « plaine centrale », ce nom est toutefois également appliqué à l’ensemble de la Chine. Le Henan, berceau de la civilisation chinoise ayant plus de 3 000 ans d’histoire, est resté un centre culturel, économique et politique de la Chine jusqu’il y a un millénaire.

[7] Le Hebei est une province située à l’est de la Chine. Cette province, avec Pékin et Tianjin, est un démembrement de l’ancienne province du Zhili depuis la dynastie Yuan. Sous les Ming, elle portait le nom de Beizhili du Nord, par opposition au « territoire méridional » (Nanzhili) formé par les provinces actuelles de Jiangsu et d’Anhui du Sud.

[8] Ye, également connue sous les noms de Yejun ou de Jizhou, était une ville de Chine ancienne située dans la province de Ji. Aujourd’hui son site archéologique se situe dans le district d’Anyang de la province du Henan, entre les villes d’Anyang et de Cixian, tout près de la frontière de la province du Hebei. Elle fut érigée durant la période des Printemps et Automnes sous le règne du souverain Qi Huan Gong. Vers la fin de la dynastie Han, elle fut le quartier général de Yuan Shao, alors puissant seigneur de guerre, puis celui de Cao Cao à partir de 204. Ce dernier y construisit d’ailleurs sa fameuse Tour de l’Oiseau de Bronze. Stratégiquement importante, elle fut également la capitale des dynasties Qi du Nord et des Wei Orientaux, deux dynasties du Nord, lors de la période dite des Dynasties du Nord et du Sud.

[9] Le royaume de Wei, également appelé Cao Wei, est un des royaumes qui régnaient sur la Chine pendant la période des Trois Royaumes. Avec sa capitale à Luoyàng, ce royaume fut établi par Cao Pi en 220, à partir des bases posées par son père Cao Cao. Cette dénomination apparaît en 213, lorsque les exploitations féodales de Cao Cao prennent le nom de Wei ; les historiens ajoutent souvent le préfixe Cao (du nom de famille de Cao Cao) afin de distinguer ce royaume des autres États que l’histoire de la Chine a également connus sous le nom de Wei, par exemple les précédents États de Wei durant la période des royaumes combattants, et plus tard l’État de la dynastie Wei du Nord. En 220, lorsque Cao Pi déposséda le dernier empereur de la dynastie Han, Wei est devenu le nom de la nouvelle dynastie qu’il fonda. Cette dynastie fut saisie et contrôlée par la famille Sima en 249, jusqu’à ce qu’elle fût renversée et soit devenue une partie de la dynastie Jin en 265.

[10] aujourd’hui Shouxian, dans la province d’Anhui

[11] Le district de Shaoling est une subdivision administrative de la province du Henan en Chine. Il est placé sous la juridiction de la ville préfecture de Luohe.