Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Métrophane II de Constantinople

Métrophane II de Constantinople

samedi 26 mars 2022, par ljallamion

Métrophane II de Constantinople

Patriarche de Constantinople de 1440 à 1443-Métropolite de Cyzique

Patriarcat œcuménique de Constantinople Métrophane devient patriarche [1] le 4 ou 5 mai 1440 du fait de ses convictions et de son engagement en faveur de l’Union de Florence. Son élection est considérée comme un triomphe pour les Unionistes.

Peu après son intronisation le 15 mai 1440, jour de l’Ascension, le peuple et le clergé de Constantinople [2], guidés par Marc d’Éphèse, refusent de participer à la communion alors que Métrophane II servait une liturgie solennelle dans laquelle il mentionnait le nom du Pape. Marc d’Éphèse s’enfuit de la capitale avec Antoine d’Héraclée et se réfugie à Éphèse [3]. D’autres membres du clergé démissionnent.

Métrophane II fait face à cette opposition virulente, destitue plusieurs évêques qu’il considère comme schismatiques pour les remplacer par des prélats favorables au concile de Florence.

En 1443, l’empereur Jean VIII Paléologue organise une dispute théologique entre deux évêques latins et Marc d’Éphèse mais les deux partis s’attribuent la victoire. La même année, les trois autres patriarches orthodoxes d’Alexandrie [4], Jérusalem [5] et Antioche [6], bien que leurs délégués aient souscrit à l’Union des Églises, lancent un anathème contre Métrophane II.

S’estimant mal soutenu par l’empereur Jean VIII dans cette nouvelle épreuve, il tombe malade, démissionne et meurt dit-on de chagrin le 1er août 1443. Faute de patriarche effectif jusqu’en 1445, la cause de l’union fut privée de guide

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Donald MacGillivray Nicol, Les derniers siècles de Byzance : 1261-1453, Paris, Les Belles Lettres, 2005 (ISBN 2-251-38074-4).

Notes

[1] Le titre de Patriarche de Constantinople est porté par le chef de la première juridiction autocéphale de l’Église orthodoxe qu’est le patriarcat œcuménique de Constantinople. Le titre de « patriarche » est traditionnellement porté par l’archevêché orthodoxe de Constantinople (actuelle ville d’Istanbul). Ce diocèse est l’un des plus anciens de la chrétienté. Le patriarche de Constantinople est primus inter pares (premier parmi les pairs) des chefs des Églises autocéphales formant l’Église orthodoxe.

[2] Constantinople est l’appellation ancienne et historique de l’actuelle ville d’Istanbul en Turquie (du 11 mai 330 au 28 mars 1930). Son nom originel, Byzance, n’était plus en usage à l’époque de l’Empire, mais a été repris depuis le 16ème siècle par les historiens modernes.

[3] Éphèse est l’une des plus anciennes et plus importantes cités grecques d’Asie Mineure, la première de l’Ionie. Bien que ses vestiges soient situés près de 7 kilomètres à l’intérieur des terres, près des villes de Selçuk et Kuşadası dans l’Ouest de l’actuelle Turquie, Éphèse était dans l’Antiquité, et encore à l’époque byzantine, l’un des ports les plus actifs de la mer Égée ; il est situé près de l’embouchure du grand fleuve anatolien Caystre. L’Artémision, le grand sanctuaire dédié à Artémis, la déesse tutélaire de la cité, qui comptait parmi les Sept merveilles du monde et auquel Éphèse devait une grande part de sa renommée, était ainsi à l’origine situé sur le rivage.

[4] L’Histoire des patriarches de l’Église d’Alexandrie, en fait à l’origine Biographies de la Sainte Église (Siyar al-Bī’ah al-Muqaddasah), est un ouvrage historiographique majeur de la tradition de l’Église copte. Il s’agit de l’équivalent pour le patriarcat copte de ce qu’est le Liber Pontificalis pour la papauté romaine : un recueil des biographies de tous les patriarches successifs, rédigées, puis compilées, à différentes époques. Ces biographies sont toutes en arabe. Le recueil nous est parvenu dans deux recensions divergentes, l’une désignée par les spécialistes comme « recension primitive », l’autre comme « vulgate ». La tradition d’ajouter des biographies au recueil a été poursuivie jusqu’au 20ème siècle.

[5] Le Patriarche latin de Jérusalem est l’un des patriarches catholiques orientaux. C’est le titre le plus ancien parmi tous les patriarches catholiques orientaux puisqu’il date de 1099 et le seul de rite latin. En effet, après la prise de Jérusalem par les croisés en 1099, une structure religieuse, le patriarcat latin, est créée à Jérusalem en complément d’une structure temporelle, qui sera le royaume de Jérusalem.

[6] L’Église syriaque orthodoxe est une Église orientale autocéphale. Elle fait partie de l’ensemble des Églises des trois conciles dites aussi « Églises antéchalcédoniennes ». Le chef de l’Église, porte le titre de Patriarche d’Antioche et de tout l’Orient, avec résidence à Damas. Du fait des querelles « christologiques » et des schismes qui s’ensuivirent, le titre de Patriarche d’Antioche se trouve porté également par quatre autres chefs d’Église.