Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Ferdinand de Portugal (1402-1443)

Ferdinand de Portugal (1402-1443)

mercredi 3 novembre 2021, par ljallamion

Ferdinand de Portugal (1402-1443)

Infant de Portugal

Fils de Jean Ier roi de Portugal et de Philippa de Lancastre.

Comme ses frères, il occupera de grandes responsabilités : il est nommé gouverneur et administrateur de l’ordre d’Aviz [1] par le pape Eugène IV en 1434. Mais contrairement à eux, il ne participe pas à la fameuse prise de Ceuta [2] par les portugais en 1415.

Il reste longtemps le seul de la famille à ne pas avoir bataillé en terre africaine. À la mort de son père, il défend auprès de son frère l’idée de nouvelle croisade en terre musulmane. Édouard 1er finit par céder. Le Portugal décide d’envahir Tanger [3].

Ferdinand embarque malgré la maladie. Les portugais subissent une lourde défaite. Contraints de négocier leur retraite avec les Maures [4], ils acceptent de leur abandonner Ferdinand comme garantie. Les Maures exigent entre autres la restitution de Ceuta [5].

Ferdinand reste donc prisonnier en compagnie de 7 de ses serviteurs. Le pays se divise quant au respect du traité de paix a savoir rendre Ceuta ou accepter de faire de Ferdinand un martyr.

Malgré les négociations, Ferdinand meurt en captivité à Fez [6] en juin 1443 après 15 mois de détention. Le gouverneur de Tanger le fait suspendre aux murailles de la ville. Ses serviteurs recueilleront son cœur et ses entrailles qui seront conservées à Batalha [7].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Ferdinand de Portugal (1402-1443)Portail du Moyen Âge tardif/ Catégories : Maison d’Aviz

Notes

[1] L’ordre d’Aviz, ou ordre militaire de Saint-Benoît d’Aviz (Ordem Militar de São Bento de Avis), est un ordre religieux militaire portugais fondé au 12ème siècle. La Milice des Frères d’Évora est née en 1176, date à laquelle le roi Alphonse 1er, qui a pris la ville éponyme aux Maures en 1165, leur confie la forteresse de Coruche, ainsi que des biens dans la ville de Santarém. Le second roi de Portugal Sanche 1er leur confie la défense des châteaux de Juromenha (Alentejo), Alpedriz (à proximité de Leiria) et Alcanede (à proximité de Santarém). La mission de la milice est bien évidemment de prendre une part active à la Reconquista non seulement sur le sol portugais mais également ailleurs dans la péninsule en collaborant avec d’autres souverains chrétiens, comme le montre sa participation à la bataille d’Alarcos en 1195 aux côtés du royaume de Castille.

[2] La bataille de Ceuta est une bataille opposant le sultanat du Maroc au royaume de Portugal en 1415 qui marque le début de l’expansion portugaise, en particulier du Maroc portugais, mais aussi le début de la période des grandes découvertes maritimes. En effet, jusque-là, les découvertes de nouveaux territoires étaient le fait d’aventuriers ; à partir de Ceuta, les voyages sont organisés et réalisés pour le compte d’un État.

[3] Tanger est une ville du Nord du Maroc, dans le Rif occidental. Située à l’extrémité du nord-ouest du pays sur le détroit de Gibraltar, la ville se trouve à 24 kilomètres de la côte espagnole. Le général musulman Moussa Ibn Noçaïr, gouverneur du Maghreb au service des Omeyyades de Damas, s’intéresse à Tanger pour sa position stratégique et c’est donc de là qu’en 711, commence la conquête de l’Espagne par les troupes de Tariq ibn Ziyad un lieutenant d’Ibn Noçaïr, à qui Gibraltar doit son nom (Djebel Tarik, la « montagne de Tarik »). Pendant les 5 siècles qui suivent, des dynasties différentes se disputent la souveraineté de Tanger. Les Idrisides de Fès, les Omeyyades de Cordoue, s’affrontent pour sa domination pendant plus d’un siècle. Au milieu du 10ème siècle, les Ifrénides, Maghraouas, Fatimides et Zirides y étendent leur autorité. En 1075, les Almoravides en deviennent maîtres jusqu’en 1149, date à laquelle la ville passe aux Almohades. Elle s’inféode aux Hafsides de Tunis avant de devenir Mérinide en 1274.

[4] Les Maures, ou anciennement Mores, sont originellement des populations berbères peuplant le Maghreb. Ce terme a changé de signification durant plusieurs périodes de l’histoire médiévale et contemporaine. À partir des conquêtes arabo-musulmanes du 7ème siècle, l’Empire arabe omeyyade, à l’aide du général berbère Tariq Ibn Zyad, conquiert l’Espagne, sous le nom d’Al Andalus. C’est le début de l’Espagne musulmane. À partir de cette époque, le terme « maure » va devenir un synonyme de « musulman », plus particulièrement de n’importe quel musulman vivant en Andalousie, qu’il soit d’origine berbère, arabe ou ibérique. Une population qui s’installera par la suite essentiellement au Maroc après la reconquête de l’Andalousie par l’armée espagnole.

[5] Ceuta est une ville autonome espagnole formant une encoche sur la côte nord du Maroc en Afrique. Située sur le côté méditerranéen du détroit de Gibraltar, en face de la péninsule Ibérique, à environ quinze kilomètres des côtes de la province espagnole de Cadix, elle est revendiquée par le Royaume du Maroc depuis 1956.

[6] Fès, est une ville du Maroc central, située à 180 km à l’est de Rabat, entre le massif du Rif et le Moyen Atlas. Elle est la deuxième ville la plus peuplée du Maroc après Casablanca, et a été à plusieurs époques la capitale du pays. Sa fondation remonte à la fin du 8ème siècle, sous le règne de Moulay Idriss 1er.

[7] Le monastère de Santa Maria da Vitória, plus connu sous le nom de monastère de Batalha, se trouve à Batalha au Portugal. Édifié pour commémorer la victoire des Portugais sur les Castillans à la bataille d’Aljubarrota en 1385, le monastère des dominicains de Batalha fut pendant 2 siècles le grand chantier de la monarchie portugaise où se développa un style gothique national original, profondément influencé par l’art manuélin, dont le cloître royal, véritable chef-d’œuvre, est l’illustration parfaite.