Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Hiéron 1er

mercredi 29 mai 2019, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 24 juillet 2011).

Hiéron 1er

Tyran de Syracuse de 478 à 466 av.jc

Hiéron 1er Tyran de Syracuse de 478 à 466 av.jcSuccesseur de son frère Gélon 1er, il poursuit la politique expansionniste de ce dernier. Il s’assure le contrôle du détroit de Messine [1] et défait la flotte étrusque [2] en 474 av. jc au coté de la flotte de Cumes [3] à la bataille navale de Cumes [4], marquant la fin de l’hégémonie étrusque pour contrôler le commerce de Campanie [5]. En 472 av. jc il bat Thrasydée, le fils de Théron, tyran d’Agrigente [6] et fait passer la cité sous son contrôle.

Son règne correspond à une période d’apogée pour Syracuse qui accueille de nombreux artistes tels les poètes Épicharme et Sophron.

P.-S.

Source : Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 634 et 1278- wikipedia.org Portail:Grèce antique-Tyran de la Grèce antique

Notes

[1] Messine est une ville italienne, chef-lieu de la province de Messine en Sicile. Ville très ancienne, Messine a atteint son apogée entre la fin du Moyen Âge et le milieu du 17ème siècle. Elle a été détruite plusieurs fois : la première, en 1678 à cause d’une révolte anti-espagnole, qui a anéanti sa classe dirigeante ; une seconde fois à cause des séismes de 1783 en Calabre ; une autre fois encore, en 1848, à cause d’une autre révolte anti-napolitaine menée contre le roi Ferdinand II et finalement, à cause d’un autre séisme en 1908, qui l’a rasée complètement. Finalement reconstruite en 1912. Messine dispose d’une université importante et historique, fondée en 1548 par Saint Ignace de Loyola. L’économie de la ville est principalement basée sur les services, le commerce, le tourisme et une importante activité industrielle de construction navale.

[2] Les Étrusques sont un peuple qui vivait depuis l’âge du fer en Étrurie, territoire correspondant à peu près à l’actuelle Toscane et au nord du Latium, soit le centre de la péninsule italienne, jusqu’à leur assimilation définitive comme citoyens de la République romaine, au 1er siècle av. jc, après le vote de la Lex Iulia en 90 av. jc pendant la guerre sociale.

[3] Cumes est une ancienne cité de la Grande-Grèce, située au bord du golfe de Gaète (mer Tyrrhénienne), à 12 km à l’ouest de Naples, en Campanie. C’est aujourd’hui une zone archéologique de première importance, qui présente des vestiges nombreux et variés, dont le plus illustre est l’antre de la Sibylle.

[4] La bataille de Cumes est une bataille navale qui a eu lieu en 474 av. jc alliant les flottes de Cumes à celle de Hiéron 1er de Syracuse, piégeant dans la nasse de la baie de Naples la quasi-totalité de la flotte étrusque lors de sa seconde tentative de destruction de la forteresse de Cumes. Elle s’est terminée par l’annihilation totale de la flotte étrusque (ce qui pourrait être une des causes de l’effondrement rapide de sa puissance économique), alors que ses cités dominaient jusqu’alors le commerce maritime méridional, et permit aux Romains, aux Samnites et aux Gaulois de s’en partager la dépouille. Cette défaite entraîna une baisse d’activité commerciale qui s’observe dans la baisse de qualité et de quantité d’objets funéraires dans les tombes et nécropoles après 450 av. jc. Dans un dernier sursaut, les Étrusques s’allièrent en 415 av. jc aux Athéniens pour tenter sans succès de se venger de l’intervention de Syracuse lors l’expédition de Sicile.

[5] La région de Campanie, plus couramment appelée la Campanie, est une région d’Italie méridionale. Elle fut associée au Latium, une des 11 régions de l’Italie romaine créées par l’empereur Auguste au 1er siècle av.jc Érigée en province à part entière au début du 4ème siècle au temps de l’empereur Dioclétien, la Campanie fut ensuite sous domination lombarde puis byzantine. Elle fut ensuite morcelée par l’indépendance que quelques-unes de ses villes adoptèrent.

[6] Agrigente forme, sous le règne de Théron, avec Syracuse et Sélinonte une sorte de « triumvirat » qui domine la Sicile grecque de l’époque.