Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Othon de Carinthie

mardi 7 septembre 2021, par ljallamion

Othon de Carinthie (vers 948-1004)

Comte de Worms-Duc de Carinthie de 978 à 983 et à nouveau de 995 jusqu’á sa mort

Otton est le grand-père de Conrad II le Salique, le premier empereur romain germanique de la dynastie franconienne [1].

Fils unique de Conrad le Roux et de son épouse Liutgarde de Saxe, fille du roi Otton 1er. Lors de la révolte du duc Henri 1er, frère cadet d’Otton, Conrad avait fait ses preuves comme fidèle partisan du souverain ; en échange, il a été nommé duc de Lotharingie [2] en 944 et reçoit la main de la fille du roi. Toutefois, après des querelles, il a perdu la Lotharingie à nouveau quelques années plus tard.

Othon perdit sa mère lorsqu’il avait 5 ans et son père, tomba sur le champ de bataille du Lechfeld [3], alors qu’il en avait 7. En tant que Graf [4] en Franconie [5], il gouverna ses domaines héréditaires dans les Gaue [6] de Spire [7] et de Worms [8], sur les rives de l’Elsenz [9] de la Nahe [10], de l’Enz [11] et de la Pfinz [12], ainsi que dans le Kraichgau [13] et l’Ufgau. Vers l’an 977, il a fondé l’abbaye de Lambrecht [14] à l’ouest de Spire.

Vers 970, Otton épousa Judith, possiblement une petite-fille du duc Arnulf 1er de Bavière.

En 976, dans le cadre de l’insurrection du duc Henri II contre son cousin l’empereur Otton II, le duché de Carinthie [15] a été créé des parties orientales de Bavière. C’est Henri III de Bavière , le fils du duc défunt Berthold de Bavière , qui a été nommé le premier duc de Carinthie ; il a également reçu la marche de Vérone [16] au sud. 2 ans plus tard, cependant, Henri est tombé en disgrâce et a perdu ces deux titres qui ont désormais été décernés à Othon de Worms.

À l’initiative de l’impératrice Théophano et l’archevêque Willigis de Mayence, sa fidélité est récompensée par des grandes donations en Franconie, y compris les forts de Lautern [17] et de Bruchsal. [18] il s’est temporairement produit en tant que “duc de Worms”.

De plus, en 985, Othon a attaqué l’abbaye de Wissembourg [19] et a annexé une grande partie de ses biens. Malgré son gain en puissance, ce n’est qu’après la mort du duc Henri II de Bavière en 995 que ses principautés lui ont été rendues. Cette étape constitue la séparation définitive des duchés de Carinthie et de Bavière.

Après le décès de l’empereur Otton III en 1002, Othon de Worms était l’un des candidats à l’élection du roi des Romains, mais il renonça à la couronne en faveur du duc Henri IV de Bavière le futur Henri II ou Henri le Boiteux .

En 1002/1003, Othon a commandé une armée impériale en croisade contre le margrave [20] Arduin d’Ivrée , marqué par une cuisante défaite à la cluse de Vérone [21]. L’année suivante, il accompagna le nouveau roi Henri au cours de sa campagne en Italie.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Othon de Carinthie/ Portail du Saint Empire romain germanique/ Catégories : Duc de Carinthie

Notes

[1] La dynastie franconienne, aussi appelée dynastie salienne, est une dynastie princière du Moyen Âge central qui règne sur le Saint Empire romain au 11ème et 12ème siècles. Son domaine était la région proche de Spire, Worms et les bords de la Nahe ; ses descendants sont ducs de Lorraine et de Franconie. Comme successeurs des Ottoniens, ils deviennent roi des Romains et empereurs romains germaniques de 1024 à 1125.

[2] La Lotharingie désigne le royaume de Lothaire II du latin Lotharii Regnum, arrière-petit-fils de Charlemagne. Il fut constitué en 855. Après sa mort, elle fut l’enjeu de luttes entre les royaumes de Francie occidentale et de Francie orientale, avant d’être rattachée au Saint Empire romain germanique en 880. Il devint un duché au début du 10ème siècle. Dans la deuxième moitié du 10ème siècle, le duché fut scindé en un duché de Basse Lotharingie et un duché de Haute Lotharingie, qui deviendra la Lorraine.

[3] La bataille du Lechfeld eut lieu le 10 août 955 en Souabe. Elle opposa les Magyars, cavaliers finno-ougriens installés depuis 895 à la place des Avars dans le bassin du moyen-Danube et commandés par leur horka Bulcsú, aux armées carolingiennes commandées par le futur empereur Otton le Grand.

[4] comte

[5] La Franconie est une région géographique et historique du centre-sud de l’Allemagne. Le Moyen Âge a été pour la Franconie une période mouvementée, de sa construction paisible sous le roi franconien Charles, jusqu’aux grandes guerres de religion avec leurs ravages désastreux. Avec l’installation des Francs dans le pays (dont la région tire son nom), et avec le développement sous les Mérovingiens et les Carolingiens, la région gagne rapidement de l’importance. Cette évolution va de pair avec l’évangélisation, importée d’Irlande par Boniface, Willibald, Wunibald et Walburge, et qui, à partir d’Eichstätt, érigent un grand nombre de monastères dans la Franconie méridionale. Dans nombreuses églises, on peut encore trouver des traces datant de l’époque carolingienne et romane, qu’il s’agisse de la partie inférieure d’une tour, ou de la nef centrale comme par exemple à Heilsbronn ou à Heidenheim. Le déclin du royaume franconien coïncide avec la fin de l’unité entre l’État et l’Église, entre le pouvoir religieux et laïque. À côte du pouvoir central, apparaissent des seigneurs féodaux, qui, enrichis et renommés, créent de petits royaumes sur leurs domaines. À côté de l’omnipotence de l’Église, se développe une bourgeoisie éclairée, qui, à partir de l’époque gothique, commence à participer à la vie culturelle. Puis vient la grande époque des villes, notamment des villes libres, non soumises à l’autorité de l’empereur, qui se développent sous les Hohenstaufen et qui sont dotées de droits importants.

[6] Gau (au pluriel Gaue) est un terme allemand aux aspects territoriaux, administratifs et socio-culturels ambigus car susceptible de désigner : un type de paysage et par extension, la région géographique qu’il constitue ou une circonscription territoriale apparue à l’époque médiévale susceptible de confusion avec son mode d’administration.

[7] Spire est une ville et un arrondissement au sud du Land de Rhénanie-Palatinat. Spire est une ancienne ville impériale, dont l’imposante cathédrale romane est l’un des monuments majeurs de l’art du Saint Empire romain. Cette cathédrale a été, pendant près de 300 ans, le lieu de sépulture de huit rois et empereurs allemands. Le 27 décembre 1146, Bernard de Clairvaux vient à Spire prêcher la deuxième croisade devant l’empereur Conrad III, qui, séduit par l’homme, se croise aussitôt.

[8] Worms est une ville et un arrondissement d’Allemagne, située dans le Land de Rhénanie-Palatinat, sur la rive gauche du Rhin et le sud-ouest du pays. Worms est bien connu comme Nibelungenstadt et Lutherstadt ainsi que pour son Dom ; elle est un de trois romanischen Kaiserdome avec ceux de Mayence et de Spire. Pour les Juifs, Worms est aussi connu comme un des anciens centres de la culture ashkénaze en Allemagne. Worms aurait été la capitale des Burgondes. Les cadres de l’armée de Robert 1er de France et lui-même étaient originaires de Worms. En 1074, la ville obtient une exemption des droits de douane et devient ainsi une ville libre d’Empire. En 1096, se déroule dans la ville un pogrom anti-juif mené par les croisés d’Emich de Flonheim. Après s’être réfugiés auprès de l’évêque, 800 juifs sont massacrés et certains sont obligés de se convertir au christianisme. Une diète d’Empire, réunie par Henri IV, a lieu à Worms en 1076 et proclame la déchéance du pape Grégoire VII.

[9] L’Elsenz est une rivière, située dans le land de Bade-Wurtemberg, en Allemagne. D’une longueur de 53 km, elle est un affluent du Neckar et donc un sous-affluent du Rhin.

[10] La Nahe est une rivière qui prend sa source dans le Saarland, coule à l’est-nord-est et se jette dans le Rhin près de Bingen am Rhein, après 115 km de cours.

[11] L’Enz est une rivière allemande de 112 km, affluent du Neckar dans le Bade-Wurtemberg et donc un sous-affluent du Rhin.

[12] La Pfinz est une rivière allemande de 60 km de long qui coule dans le land de Bade-Wurtemberg. Elle est un affluent du Rhin en rive droite.

[13] Le Kraichgau est une région de collines du Bade-Wurtemberg, à l’ouest de l’Allemagne.

[14] L’abbaye de Lambrecht est une ancienne abbaye bénédictine puis dominicaine de Lambrecht (Pfalz), dans le Land de Rhénanie-Palatinat et le diocèse de Spire.

[15] Le duché de Carinthie était un duché du Saint Empire, sur un territoire aujourd’hui partagé entre l’Autriche et la Slovénie. Fondé en 976 par la séparation avec le duché de Bavière, il a constitué le premier État autonome à côté des cinq duchés ethniques germaniques de l’ancienne Francie orientale. Acquis par la maison de Habsbourg en 1335, il faisait partie des pays héréditaires autrichiens et une partie intégrante de l’Autriche intérieure, conjointement avec les duchés adjacents de Styrie et de Carniole.

[16] La marche de Vérone fut une marche étendue du Saint-Empire romain germanique créée en 952 dans le nord est de l’Italie. Elle était sous la domination des ducs de Carinthie à partir de 976 et a été attribué en grande partie au patriarcat d’Aquilée en 1077.

[17] Le site classé du palais impérial de Barberousse, est un palais édifié au 12ème siècle par l’empereur Frédéric Barberousse à Kaiserslautern (dans l’actuelle Rhénanie-Palatinat). Après de multiples aménagements au fil des siècles, il ne subsiste plus de ce palais médiéval que des ruines.

[18] Bruchsal, que l’on trouve également écrit Brücksaal, est une ville d’Allemagne, située au nord de Karlsruhe dans le Bade-Wurtemberg. C’est la plus grosse ville de l’arrondissement de Karlsruhe. Elle possède le plus grand marché d’asperges d’Europe.

[19] L’abbatiale Saint Pierre et Saint Paul de Wissembourg est fondée vers 660 par des nobles austrasiens sur une île de la Lauter. Une charte apocryphe attribue cette fondation au roi Dagobert. L’abbaye a été richement pourvue et a donc été considérée comme une des abbayes les plus riches du Saint Empire romain germanique.

[20] Le titre de margrave était donné aux chefs militaires des marches (ou mark), dans l’empire carolingien, puis à certains princes du Saint Empire romain germanique. Le titre équivalent en français est marquis. Le margraviat est la juridiction sur laquelle il a autorité.

[21] La cluse de Vérone est une gorge formée par l’Adige à 18 km au nord-ouest de Vérone. Elle a joué un rôle militaire important durant plusieurs guerres. Elle a connu des combats dès l’antiquité pendant la guerre des Cimbres. En 1155, Othon de Wittelsbach prend la vallée pour permettre la retraite de l’empereur Frédéric Barberousse vers l’Allemagne. En 1226, le blocage de la cluse par une armée de la Ligue Lombarde empêche Frédéric II de tenir la diète d’Empire à Crémone en interdisant le passage du roi des romains Henri II de Souabe et de nombre de princes allemands.