Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Jean et Paul

mardi 31 août 2021, par ljallamion

Jean et Paul

Héros chrétiens, martyrisés à Rome pour avoir refusé d’adorer des idoles sous Julien l’Apostat, vers 362.

En raison de la nature contradictoire des rares hagiographies [1] qui leur sont dédiés au 4ème siècle, plusieurs controverses surgissent dans les temps modernes, bien qu’ils restent le plus souvent considérés comme des proches de sainte Constance , fille de l’empereur Constantin 1er.

Ils sont secrètement mis à mort dans leur propre maison, sur le mont Cælius [2], par ordre de Julien. Leur sainteté est finalement rendue publique par la représentation de leurs prodiges sur leur tombeau et par la construction, en 398, de la basilique Santi Giovanni e Paolo [3] sur le lieu de leur martyre.

Selon la Tradition, Paul et Jean sont des frères bénéficiant d’un grand prestige au sein de la Rome antique. Cependant, malgré la certitude de leur historicité, leur identité reste incertaine.

Selon la Tradition, l’empereur Julien, déterminé à rétablir le culte païen, essaie de les persuader de renoncer à leur foi chrétienne, par peur que leur renommée serve le christianisme. Devant leur refus, il leur impose de vénérer une statue de Jupiter , mais ceux-ci persistent dans leur foi. Ils sont ainsi décapités.

Leur martyre aurait alors conduit à la conversion de Terentianus, le juge qui les a condamné à mort

Les corps des saints sont découverts plus tard par Byzante et son fils, le sénateur Pammaque, nommé par l’empereur Jovien. En 398, Pammaque érige la basilique Santi Giovanni e Paolo sur le site de leur maison, sur le mont Cælius, où ils ont été enterrés.

Les deux saints sont particulièrement vénérés dans les pays germanophones, où ils sont invoqués contre les tempêtes et les conditions météorologiques défavorables.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en italien intitulé « Giovanni e Paolo »

Notes

[1] L’hagiographie est l’écriture de la vie et/ou de l’œuvre des saints. Pour un texte particulier, on ne parle que rarement d’« une hagiographie », mais plutôt d’un texte hagiographique ou tout simplement d’une vie de saint. Le texte hagiographique étant destiné à être lu, soit lors de l’office des moines soit en public dans le cadre de la prédication. Un texte hagiographique recouvre plusieurs genres littéraires ou artistiques parmi lesquels on compte en premier lieu la vita, c’est-à-dire le récit biographique de la vie du saint. Une fresque à épisode est également une hagiographie, de même qu’une simple notice résumant la vie du bienheureux. Par rapport à une biographie, l’hagiographie est un genre littéraire qui veut mettre en avant le caractère de sainteté du personnage dont on raconte la vie. L’écrivain, l’hagiographe n’a pas d’abord une démarche d’historien, surtout lorsque le genre hagiographique s’est déployé. Aussi les hagiographies anciennes sont parsemées de passages merveilleux à l’historicité douteuse. De plus, des typologies de saints existaient au Moyen Âge, ce qui a conduit les hagiographes à se conformer à ces modèles et à faire de nombreux emprunts à des récits antérieurs.

[2] Le Cælius est une des sept collines de Rome et se situe au sud-est du centre historique de Rome, dans l’actuel rione de Celio.

[3] La basilique Santi Giovanni e Paolo est une basilique mineure romaine située sur le clivo di Scauro dans le rione de Celio et proche de la villa Celimontana. Elle est dédiée aux martyrs chrétiens du 4ème siècle, Jean et Paul. Elle est le siège du titre cardinalice Saint-Jean-Saint-Paul traditionnellement attribué à l’archevêque de New York de 1946 à 2015.