Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 5ème siècle > Coel Hen ou Coel le Vieux ou l’Ancien

Coel Hen ou Coel le Vieux ou l’Ancien

lundi 4 janvier 2021, par ljallamion

Coel Hen ou Coel le Vieux ou l’Ancien (mort vers 440)

Roi semi-légendaire de l’île de Bretagne, avant l’invasion saxonne

Selon les Généalogies des Hommes du Nord Coel Hen serait l’ancêtre de nombreux rois du nord de l’île de Bretagne [1] par ses deux fils : Ceneu mab Coel et Garbanion ap Coel . Selon la légende sa fille Gwawl dont le nom signifie le Mur aurait été l’épouse de Cunedda.   il est suggèré que Coel devait être à la fois un prince celtique des Votadini [2] et le dernier Dux Britanniarum [3] commandant la VIème Légion Victrix établie à York [4] et les troupes romaines qui gardaient le mur d’Hadrien [5] au début du 5ème siècle entre le Yorkshire [6] et la Clyde [7].   Selon Geoffroy de Monmouth, Coel, duc de Kaercolum [8], s’insurge contre le roi de Bretagne insulaire Asclépiodote . Il lui livre bataille, le tue et s’empare de la couronne.   Rome, craignant de subir un préjudice avec ce changement de souverain, envoie le sénateur Constantius en mission. Coel accepte le tribut, donne des otages au sénateur Constantius, mais meurt brusquement après une grave maladie de huit jours. Le sénateur Constantius épouse sa fille Hélène et devient ainsi roi de Bretagne.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Coel Hen/ Portail du monde celtique/Catégories : Mythologie celtique/ Roi breton/ Roi légendaire de l’île de Bretagne

Notes

[1] La Bretagne insulaire, parfois également appelée l’île de Bretagne, est le nom donné à la Grande-Bretagne par les historiens modernes jusqu’à la fin de la période médiévale britannique.

[2] Les Votadini étaient un peuple de l’île de Bretagne à l’âge du fer. Situés le long de la côte Est de l’île de Bretagne, entre les murs d’Hadrien et d’Antonin, ils n’ont été que brièvement sous domination romaine directe. Après le départ des troupes impériales, les Votadini fondent le royaume du Gododdin qui perdurera jusqu’à sa conquête par les Anglo-Saxons de Bernicie.

[3] Duc de Bretagne

[4] York est une ville du nord de l’Angleterre. Située à la confluence de deux rivières, l’Ouse et la Foss, elle donne son nom au comté du Yorkshire. Fondée par les Romains sous le nom d’Eboracum, elle est l’une des villes majeures du royaume anglo-saxon de Northumbrie, puis la capitale du royaume viking de Jórvík. Elle est également le siège d’un archevêché de l’Église d’Angleterre. Après l’arrivée des Anglo-Saxons, York devint l’une des principales villes du royaume de Northumbrie sous le nom vieil anglais Eoforwic. Le roi Edwin y fut baptisé en 627. Elle devint le siège d’un évêché, puis d’un archevêché en 735. Tombée aux mains de la Grande Armée en 866, elle fut la capitale d’un royaume viking de 876 à 954 sous le nom de Jórvík, date de sa conquête définitive par le royaume d’Angleterre. Le 20 septembre 1066, Harald Hardrada s’empara de la ville, mais fut tué cinq jours plus tard par le roi Harold Godwinson à la bataille de Stamford Bridge, vainqueur qui devait périr à son tour à la bataille de Hastings peu de temps après. En 1190, Richard de Malbis et d’autres nobles d’York qui envisageaient de se joindre à Richard dans la troisième croisade profitèrent d’un incendie qui avait éclaté en ville pour faire courir une rumeur contre les Juifs. Les maisons de Benoît et Joce furent attaquées et ce dernier obtint la permission du gardien du château d’York d’y évacuer sa famille et l’ensemble des Juifs, probablement dans la tour de Clifford. Assaillis par la foule, les Juifs prirent peur et ne laissèrent pas rentrer le gardien qui avait quitté la tour. Il en appela au shérif, qui fit venir la milice du Comté. La tour de Clifford fut assiégée plusieurs jours. Un moine fit la cérémonie de sacrement chaque matin autour des murs comme pour sacraliser la lutte. Il fut écrasé d’une pierre jetée par les Juifs assiégés ; la colère de la foule devint alors une folie forcenée. Quand les Juifs de la tour de Clifford virent qu’ils n’avaient aucune alternative autre que de se soumettre au baptême ou périr aux mains de la foule, Yom-Tob ben Isaac de Joigny, tossafiste français et nouveau chef de la communauté, les exhorta à se tuer eux-mêmes plutôt que de succomber à la cruauté de leurs ennemis. Ceux qui étaient en désaccord furent autorisés à se retirer. Les autres se donnèrent la mort, après avoir mis le feu à leurs vêtements et marchandises pour éviter que ceux-ci ne tombent dans les mains de la foule.

[5] Le mur d’Hadrien est une fortification en pierre et en tourbe construit à partir de 122 par les Romains sur toute la largeur de l’Angleterre pour protéger le sud de l’île des attaques des tribus calédoniennes de l’actuelle Écosse.

[6] Le Yorkshire de l’Est est une Autorité unitaire située dans le nord-est de l’Angleterre. Sa capitale est Beverley.

[7] La Clyde est un fleuve majeur d’Écosse au Royaume-Uni, débouchant dans le Firth of Clyde.

[8] c’est-à-dire Colchester