Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Ambiorix

samedi 5 décembre 2020, par ljallamion

Ambiorix

Chef des Éburons au 1er siècle av. jc

Selon Jules César , il partage ce commandement avec Catuvolcos roi de la moitié des Éburons  [1], dans la région de Tongres [2].   Ambiorix inflige une cinglante défaite aux légions romaines en 54 av. jc, peut-être dans la vallée du Geer [3]. Il passe pour un chef rusé, qui réussit à échapper à César.   Il est intéressant de considérer que les Éburons avaient 2 rois, le principal portant le titre de double roi. Peut-être est-ce dû à la réunion de deux tribus, la frontière entre peuples celtiques et peuples germaniques se trouvant encore aujourd’hui dans le territoire des Éburons.   Depuis 57 av. jc, la région semble pacifiée par les troupes romaines, mais en 54, l’assassinat, commandité par Jules César du chef gaulois Dumnorix, et les difficultés liées à la désastreuse récolte de blé conduisent à un mécontentement qui se retourne contre l’occupant alors en quartiers d’hivers. C’est le point de départ d’un soulèvement des Éburons, commandés par Ambiorix, ainsi que de plusieurs tribus belges [4], à l’instigation du chef trévire Indutiomaros.   Grâce à un stratagème, Ambiorix entraîne la XIVème légion romaine de Lucius Aurunculeius Cotta et Quintus Titurius Sabinus dans un guet-apens et l’anéantit au cours de la Bataille d’Aduatuca [5], entre Glons [6] et Boirs [7] dans une profonde vallée. Cette défaite est le plus important revers subi par les Romains à l’occasion de la guerre des Gaules. Puis il marche sur le camp de Quintus Cicéron, le frère du célèbre homme d’État du même nom. Les troupes romaines, assiégées, tiennent bon. César intervient juste à temps pour les délivrer.   Ambiorix parvient à s’enfuir et se réfugie chez les Germains [8], mais les légions de César se livrent à des représailles si importantes [9] que le peuple des Éburons finit par disparaître de l’Histoire officielle en devenant la civitas des Tongres.   En 53 av. jc, César raconte qu’Ambiorix vit à proximité de la Forêt d’Ardenne [10], dans une maison construite au milieu des bois, ce qui lui a permis d’échapper à une attaque surprise tendue par Basilus, sur ordre de Jules César, ses compagnons et ses amis purent soutenir quelque temps, dans un défilé, le choc de nos cavaliers. Pendant ce combat, quelqu’un des siens le mit à cheval ; et les bois protégèrent sa fuite.   En 51 av. jc, après la mort de leur chef, les Trévires restèrent au côté d’Ambiorix. Ambiorix court encore, au grand dam de César, qui lui consacre quelques lignes où on sent poindre un profond ressentiment mêlé d’un certain respect.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Ambiorix/ Portail du monde celtique/ Catégories : Personnalité gauloise/ Personnalité de la guerre des Gaules/ Gaule Belgique.

Notes

[1] un peuple gaulois du nord de la Gaule, (Gaule belgique dans la terminologie antique) établis entre la Meuse et le Rhin

[2] à l’époque Atuatuca Tungrorum, située au centre du territoire ainsi qu’à Liège, dans l’Ardenne et en Campine

[3] Le Geer est une rivière de Belgique et des Pays-Bas, affluent de la Meuse.

[4] Atuatuques, Nerviens...

[5] La bataille d’Aduatuca a lieu en automne 54 av. jc, sans doute dans la vallée du Geer entre les actuelles Tongres et Liège. Cette bataille vit la victoire, lors d’une embuscade, des Éburons, tribu belge. Les Romains, encerclés, furent écrasés. Leurs deux légats, Quintus Titurius Sabinus et Lucius Aurunculeius Cotta, furent tués et plusieurs légionnaires se suicidèrent. La révolte fit tache d’huile, se répandant chez les Nerviens, qui assiégèrent Quintus Tullius Cicero, frère cadet du célèbre orateur Cicéron. César rétablit la situation, puis extermina le peuple éburon. Ambiorix lui échappa.

[6] Glons est une section de la commune belge de Bassenge située en Région wallonne dans la province de Liège.

[7] Boirs est une section de la commune belge de Bassenge située en Région wallonne dans la province de Liège.

[8] Les peuples germaniques, ou Germains (également appelés Tudesques, Suèves ou Gaut dans la littérature ancienne) constituent un groupe ethnolinguistique indo-européen originaire d’Europe du Nord, identifié par leur utilisation des langues germaniques. Leur histoire s’étend du 2ème millénaire av. jc à nos jours.

[9] les habitants sont déportés, vendus comme butin de guerre

[10] La forêt d’Ardenne ou forêt ardennaise, est le nom donné dans l’Antiquité à un vaste massif forestier primaire à cheval sur la France, la Belgique et s’étendant jusqu’au Luxembourg et à l’Allemagne (l’Eifel). Cette forêt est la plus grande de toute la Gaule selon Jules César qui la cite à deux reprises dans sa guerre des Gaules. Elle est également citée un peu plus tard par le géographe grec Strabon.