Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 16ème siècle > Marie d’Autriche (1528-1603)

Marie d’Autriche (1528-1603)

vendredi 27 novembre 2020, par ljallamion

Marie d’Autriche (1528-1603)

Infante d’Espagne-Impératrice consort du Saint Empire-Reine consort de Germanie, de Bohême et de Hongrie-Archiduchesse consort d’Autriche

Fille de Charles Quint et d’Isabelle de Portugal. Elle épousa en 1548 Maximilien II d’Autriche, son cousin.   En février 1573, elle devient une des marraines de sa petite-fille, la princesse Marie-Élisabeth de France , fille de Charles IX et de sa fille Élisabeth d’Autriche . L’autre marraine de l’enfant étant la reine Élisabeth 1ère d’Angleterre.   Fin 1581, elle se dirige vers l’Espagne avec sa fille Marguerite destinée à épouser le roi Philippe II, veuf de l’archiduchesse Anne. Arrivant de Gênes [1] puis de Marseille [2], elle accoste à Collioure [3] le 12 décembre 1581 puis se dirige vers Perpignan [4] 10 jours plus tard pour y passer les fêtes de Noël.   Marie d’Autriche et sa fille reprennent ensuite la route vers l’Espagne. Cependant, cette dernière préfère entrer au couvent et le roi ne se remariera pas

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Fabricio Cárdenas, 66 petites histoires du Pays Catalan, Perpignan, Ultima Necat, coll. « Les vieux papiers »,‎ 2014, 141 p. (ISBN 978-2-36771-006-8, notice BnF no FRBNF43886275)

Notes

[1] Gênes est une ville italienne, capitale de la Ligurie, premier port italien et deuxième port de la mer Méditerranée. Gênes est située sur le golfe de Gênes, partie septentrionale de la mer de Ligurie. La ville correspond à l’inclinaison de l’arc de cercle formé à cet endroit par la côte. Au nord de la ville commencent les Apennins, débouchant à proximité sur la plaine du Pô. Gênes offre une façade méditerranéenne au nord de l’Italie, à 193 km de Nice au sud-ouest, à 155 km de Milan au nord et à 518 km de Rome au sud-est.

[2] Marseille, est une commune du Sud-Est de la France, chef-lieu du département des Bouches-du-Rhône. Plus ancienne ville de France fondée à la période de l’Antiquité sous le nom de Massalía vers 600 av. jc par des marins et des marchands grecs originaires de Phocée (aujourd’hui près d’Izmir en Turquie d’Asie), Marseille est depuis l’Antiquité un important port de commerce et de passage. Elle connaît notamment un essor commercial considérable pendant la période coloniale et plus particulièrement au cours du 19ème siècle, devenant une ville industrielle et négociante prospère

[3] Collioure, est une commune française, située au bord de la mer Méditerranée sur la Côte Vermeille, à 20 kilomètres de l’Espagne. Collioure se situe dans le département des Pyrénées-Orientales.

[4] Perpignan est une commune du sud de la France, préfecture du département des Pyrénées-Orientales et quatrième ville la plus peuplée de la région Occitanie. Ancienne capitale continentale du Royaume de Majorque, la ville est annexée par le Royaume de France en 1659. Dernière ville française méditerranéenne importante avant l’Espagne, elle est marquée par une forte identité catalane. En 1344, Perpignan perd son statut de capitale par la réintégration du royaume de Majorque dans la couronne d’Aragon. Dès 1346 elle est durement touchée par la peste noire. La ville ne s’en remet pas pendant longtemps. Du 15 novembre 1408 au 26 mars 1409, Benoît XIII tient un concile à Perpignan. À la mi-septembre 1415, l’empereur Sigismond 1er se rend à Perpignan pour un pseudo-concile avec le roi d’Aragon Ferdinand 1er et l’antipape Benoît XIII. Il en repart le 5 novembre 1415 sans avoir convaincu ce dernier d’abdiquer. En 1463, Louis XI occupe Perpignan en confirmant leurs anciens droits, mais la ville se soulève contre les Français en 1473. Après un siège terrible, qui se termina le 2 février 1475, le titre de « Fidelíssima vila de Perpinyà » (Très fidèle ville de Perpignan) fut décerné par les rois d’Aragon. Plus tard, en 1493, Charles VIII restitua le Roussillon et la Cerdagne aux Rois catholiques, qui venaient de fonder l’unité d’Espagne, par le mariage entre la Castille et l’Aragon. Malheureusement, la rivalité franco-espagnole et les conflits qui suivirent devaient faire chuter l’économie de Perpignan, dotée par Philippe II, à cet égard, de puissantes fortifications. Devenue place avancée de la monarchie espagnole face à la France depuis 1479, Perpignan entre dans une logique militaire, enfermée dans des remparts puissants renforcés à toutes les époques (Vauban notamment), elle n’est plus qu’un enjeu entre les deux grandes puissances. Prise par les armées de Louis XIII en 1642, elle est annexée avec le reste du Roussillon au royaume de France par le traité des Pyrénées de 1659.