Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Ruth (Bible)

lundi 31 août 2020, par ljallamion

Ruth (Bible)

Personnage biblique

Son histoire est relatée dans le livre de Ruth [1], qui est classé parmi les Ketouvim [2] dans la tradition juive et parmi les livres historiques chrétiens. Avec sa seconde union, après la mort de son premier époux, la figure de Ruth est celle d’une convertie qui s’attache aux valeurs du judaïsme et elle est l’arrière-grand-mère du roi David. Le livre de Ruth est lu lors de la fête juive de Chavouot [3].

Ruth est une Moabite [4] et l’épouse de Mahlôn dont les parents, Elimélech et Naomi , se sont installés dans le pays de Moab pour fuir la famine en Judée [5].

Lorsque Elimélech, Mahlon et Kilion décèdent, Naomi décide de rentrer en Judée. Ruth suit sa belle-mère et elles s’installent pauvrement à Bethléem [6] au moment des moissons. Elle ramasse des épis tombés pour sa belle-mère et fait la rencontre de Boaz, riche propriétaire terrien et parent d’Elimélech.

Suivant les conseils de Naomi, Ruth se rapproche de Boaz qui est attiré par elle. Boaz obtiendra l’héritage d’Elimélech, après avoir obtenu de l’héritier direct qu’il n’exerce pas ses droits. Boaz épouse alors Ruth qui lui donnera pour fils Obed, père de Jessé et grand-père du roi David

Dans les Évangiles, son nom est mentionné dans la généalogie de Jésus se trouvant au début de l’Évangile selon Matthieu [7]. Avec Tamar , Rahab la prostituée et Bethsabée la femme d’Urie, Ruth est une des quatre femmes mentionnées dans la généalogie de Jésus, les quatre cas soulignant la présence d’étrangers et même parfois le caractère irrégulier de certaines unions parmi les ancêtres de Jésus. Il s’agit là de manifester que le plan de Dieu passe par des médiations humaines.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Judy Chicago, The Dinner Party : From Creation to Preservation, Londres, Merrel 2007. (ISBN 1-85894-370-1).

Notes

[1] Le Livre de Ruth est un livre de la Bible hébraïque, classé parmi les livres historiques de l’Ancien Testament chrétien et parmi les livres des Ketouvim (Écrits) dans la tradition juive. Il est généralement lu lors de la fête de Chavouot.

[2] Les Ketouvim forment la troisième et dernière partie du Tanakh (Bible hébraïque), après la Torah (Pentateuque) et les Nevi’im (Prophètes). On traduit souvent Ketouvim par le terme Autres Écrits en français. On les désigne aussi par l’expression Livres Hagiographes ou simplement Hagiographes.

[3] Chavouot, ne pas confondre avec la Pentecôte, est l’une des trois fêtes de pèlerinage du judaïsme, prescrites par la Bible, au cours de laquelle on célèbre le début de la saison de la moisson du blé et, dans la tradition rabbinique, le don de la Torah sur le mont Sinaï. Elle a lieu au terme du décompte de l’omer, le 6ème jour du mois juif de sivan (qui correspond, selon les années, aux mois de mai ou juin dans le calendrier grégorien). Elle dure 2 jours en diaspora mais un seul en terre d’Israël (et dans le judaïsme réformé).

[4] L’ancien royaume biblique de Moab se situait sur la rive orientale du Jourdain, au nord des rivages de la Mer Morte, dans l’actuelle Jordanie. Une de ses capitales aurait été Ar, dans la vallée de l’Arnon. Il est cité dans la Bible (livre des Nombres, livres historiques notamment). Le mont Nébo, d’où Moïse a aperçu la terre sainte, avant de mourir se situait dans le royaume de Moab. Le royaume de Moab (alors dirigé par Balak, fils de Tsippor) est confronté à l’arrivée des Hébreux à la suite de la sortie d’Égypte, lesquels, dirigés par Moïse, Aaron et Josué, viennent de vaincre les Amoréens. Le royaume de Moab aurait ensuite été partagé entre trois des douze tribus d’Israël (Ruben, Gad, Manasseh).

[5] La Judée est le nom historique et biblique d’une région montagneuse qui correspond aujourd’hui à une partie de la Cisjordanie et du sud d’Israël. Son nom vient de la tribu de Juda dont elle constituait le territoire. Dans l’Antiquité, c’était une région plutôt reculée au relief escarpé. La Judée a été le centre de plusieurs royaumes et provinces antiques : le royaume de Juda à l’âge du fer, la province perse de Yehoud Medinata, les dynasties des hasmonéens et des hérodiens puis la province romaine de Iudaea.

[6] Bethléem est une ville située en Cisjordanie, une région de Palestine, à environ 10 km au sud de Jérusalem, qui compte essentiellement des Palestiniens musulmans. La ville compte une petite communauté de chrétiens palestiniens, une des plus anciennes communautés chrétiennes au monde. Son agglomération s’étend aux villes de Beit Jala et Beit Sahour. La ville est un important centre religieux. La tradition juive, qui l’appelle aussi Éphrata, en fait le lieu de naissance et de couronnement du roi d’Israël David. Elle est considérée par les chrétiens comme le lieu de naissance de Jésus de Nazareth. C’est un lieu de pèlerinage qui génère une activité économique importante à la période de Noël. La ville est également le siège d’un lieu saint du judaïsme, le tombeau de Rachel, situé à l’entrée de la ville.

[7] L’Évangile selon Matthieu est le premier des quatre évangiles canoniques que contient le Nouveau Testament. Il est aussi le tout premier livre du Nouveau Testament, alors que l’historiographie moderne le définit comme ultérieur aux Épîtres de Paul (écrites entre 50 et 65) et à l’Évangile selon Marc (écrit vers 65-75). Ce livre a été attribué pendant de longs siècles à l’apôtre Matthieu, le collecteur d’impôts devenu disciple de Jésus de Nazareth.