Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Archidamos IV

jeudi 21 mai 2020, par ljallamion

Archidamos IV

Roi de Sparte vers 300 av. jc à 275 av. jc

Fils d’Eudamidas 1er et d’Archidamia. On ignore la date exacte à laquelle il succède à son père ; ce dernier meurt probablement après 302-301 av. jc et avant 295-294 av. jc, date à laquelle Archidamos est spécifiquement mentionné comme roi.

On ne connaît de son règne que sa campagne contre Démétrios Poliorcète, fils d’Antigone le Borgne. Il est défait une première fois à Mantinée [1], puis devant Sparte [2] même. Pendant cette bataille, 200 Spartiates sont tués et 500 sont faits prisonniers.

On ignore la date de sa mort. Pour certains, le silence des sources sur Archidamos après Mantinée implique qu’il meurt sur le champ de bataille. D’autres estiment que Plutarque, seule source sur cette bataille, n’aurait pas omis de mentionner son décès.

Archidamos IV n’est pas mentionné dans la liste des Eurypontides [3] fournie par Pausanias le Périégète, sans doute parce qu’il confond Eudamidas 1er et Eudamidas II , respectivement son prédécesseur et son successeur

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Archidamos IV / Portail de la Grèce antique/ Catégorie : Roi de Sparte

Notes

[1] Mantinée, Ptolis à l’époque de Pausanias, est une petite cité-État grecque antique, située au sud-est de l’Arcadie. Elle est le résultat de l’unification de cinq villages (synécisme) vers le 6ème siècle av. jc. Mantinée est détruite par la ligue achéenne, mais renaît de ses ruines sous le nom d’Antigonée, du nom du roi de Macédoine, chef de la ligue. C’est sous ce nom qu’elle devient, au 2ème siècle av. jc, une alliée romaine. Ce fut la seule cité grecque à prendre le parti d’Octave avant la bataille d’Actium, et bien lui en prit. Au cours de cette période, trois grandes batailles eurent lieu à Mantinée : celle du 5ème siècle, celle du 4ème siècle et celle du 3ème siècle avant notre ère. Elle resta romaine tandis que l’Empire évoluait en un État oriental, grec et chrétien, avant de disparaître au 6ème siècle ou au 7ème siècle à la suite de l’invasion slave du Péloponnèse.

[2] Sparte était une ville-état de premier plan dans la Grèce antique . Dans l’Antiquité, la ville-état était connue sous le nom de Lacedaemon, tandis que le nom de Sparte désignait son établissement principal sur les rives de la rivière Eurotas en Laconie, dans le sud-est du Péloponnèse. Vers 650 av. jc, elle est devenu la puissance terrestre militaire dominante dans la Grèce antique. Compte tenu de sa prééminence militaire, Sparte fut reconnu comme le chef de file des forces grecques combinées pendant les guerres gréco-perses. Entre 431 et 404 av. j

[3] À partir de la réforme de Lycurgue au 7ème siècle av. jc, Sparte possède deux rois représentant l’un la famille des Agiades, l’autre celle des Eurypontides. Ils exercent conjointement des pouvoirs essentiellement militaires et religieux. Ce sont deux familles issues, selon la légende, de jumeaux descendants d’Héraclès, Eurysthénès, père d’Agis 1er et Proclès, père d’Eurypon. C’est d’après eux que les Spartiates se nomment, dans leur ensemble, Héraclides. Les familles doivent rester distinctes, ce qui implique qu’elles ne puissent porter les mêmes noms Agis, fondateur des Agiades, est l’exception, puisque le nom ne se retrouve ensuite que chez les Eurypontides ; Agésilas est porté d’abord par les Agiades, puis par les Eurypontides. Les intermariages sont interdits. Leurs tombeaux se trouvent en des endroits différents : Pitana, l’un des quatre villages qui forment la ville, est le berceau des Agiades, alors que les Eurypontides sont basés à Limnai. Les deux rois sont supposés égaux, même si Eurysthénès est supposé l’aîné des jumeaux, et donc donner une préséance théorique aux Agiades