Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Élisabeth de Burgh (reine d’Écosse)

Élisabeth de Burgh (reine d’Écosse)

vendredi 3 avril 2020, par ljallamion

Élisabeth de Burgh (reine d’Écosse) (morte en 1327)

Deuxième épouse de Robert Bruce-Reine consort des Écossais de 1306 à sa mort

La reine Élisabeth de Burgh et son époux dans l'Armorial de Forman (1563).Fille du comte d’Ulster [1] Richard Óg de Burgh et de sa femme Marguerite.

Elle est vraisemblablement née dans le domaine irlandais de son père, qui correspond aux actuels comtés de Down [2] et d’Antrim [3]. Son père est un ami proche du roi Édouard 1er. En 1302, elle épouse le comte de Carrick [4] Robert Bruce. La première femme de ce dernier, Isabelle de Mar , est morte en 1296 et ne lui a donné qu’une fille, Marjorie. Ce mariage pourrait avoir été arrangé par Édouard 1er, même s’il est cohérent avec la politique matrimoniale de la famille de Burgh.

Le 25 mars 1306, Robert est sacré roi des Écossais à Scone [5], au mépris de l’autorité exercée par l’Angleterre sur le royaume d’Écosse depuis 1292. Après plusieurs défaites contre les Anglais, le nouveau roi envoie sa femme et d’autres membres de sa famille au château de Kildrummy [6] sous la protection de son frère Neil Bruce et du comte d’Atholl [7] John Strathbogie . Le petit groupe, qui comprend également la belle-fille d’Élisabeth, Marjorie, et ses belles-sœurs, doit prendre la fuite lorsque Aymar de Valence vient assiéger le château.

Pourchassées par William 3e comte de Ross , elles se dirigent vers le nord, peut-être pour se réfugier dans les Orcades [8], mais elles sont rattrapées et capturées par le comte de Ross au sanctuaire de saint Duthac à Tain [9].

Contrairement à Mary Bruce et Isabelle MacDuff dit Isabelle de Fife , comtesse de Buchan [10], Élisabeth n’est pas enfermée dans une cage sur les murs de châteaux écossais. Elle bénéficie d’un traitement relativement clément en étant assignée à résidence à Burstwick [11], dans le Yorkshire [12], avec 2 servantes.

Au cours des années qui suivent, tandis que son mari continue à lutter contre les Anglais, sa captivité se poursuit dans d’autres lieux, parmi lesquels la Tour de Londres [13] et l’abbaye de Shaftesbury [14], dans le Dorset [15]. Durant son séjour à Burstwick, elle écrit au roi pour se plaindre de n’avoir que trois toilettes par an, sans coiffe et sans draps pour son lit. Ses conditions de vie sont meilleures à la Tour de Londres, où elle a le droit à 6 serviteurs et une allocation hebdomadaire de 40 shillings pour régler leur solde.

Le 24 juin 1314, Robert remporte la bataille de Bannockburn [16] contre les troupes du nouveau roi anglais Édouard II. Le beau-frère de ce dernier, Humphrey VII de Bohun , est capturé par les Écossais. Pour racheter sa liberté, le roi accepte de rendre leur liberté à plusieurs prisonniers, parmi lesquels la reine Élisabeth, qui peut dès lors rentrer en Écosse auprès de son mari. Elle finit par donner un héritier masculin à Robert le 5 mars 1324 avec la naissance du prince David.

Élisabeth meurt le 26 octobre 1327 à Cullen [17], une résidence royale située dans le Banffshire [18]. Elle est inhumée à l’abbaye de Dunfermline [19], la nécropole royale écossaise.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Bruce Webster, « David II (1324–1371) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2011

Notes

[1] Le titre de comte d’Ulster a été créé plusieurs fois dans la pairie d’Irlande et du Royaume-Uni. Actuellement, le titre est un titre subsidiaire du duc de Gloucester, et est actuellement utilisé comme titre de courtoisie par Alexandre Windsor, fils aîné de Richard de Gloucester.

[2] Le comté de Down est un des six comtés qui forment l’Irlande du Nord. Il fait partie de la province d’Ulster. Sa capitale est Downpatrick. C’est à l’intérieur du comté que l’on trouve le point le plus à l’est de l’île d’Irlande. Le comté est entouré des comtés d’Antrim au nord, d’Armagh à l’Ouest, de Louth au Sud Ouest et par la mer d’Irlande à l’Est.

[3] Le Comté d’Antrim est un des six comtés qui forment l’Irlande du Nord. Il est le neuvième plus grand comté traditionnel irlandais en termes de superficie et le deuxième comté le plus peuplé après le comté de Dublin. C’est le comté le plus septentrional de la province d’Ulster. Les villes principales sont Antrim, Ballymena, Ballymoney, Carrickfergus, Larne, Lisburn et Portrush. Belfast, et Ballyclare se situe à cheval sur deux comtés (le Comté d’Antrim et le Comté de Down).

[4] Le titre de comte de Carrick a été créé plusieurs fois dans la pairie d’Écosse, et une fois dans la pairie d’Irlande. En Écosse, la première création intervint autour de 1186, quand Duncan de Galloway (dit aussi Donnchadh de Carrick) fut fait comte de Carrick. Le gros des terres associées à ce titre sont dans l’Ayrshire. Marjorie de Carrick, la petite-fille de Duncan, qui plus tard porta le titre de son propre droit, épousa Robert VI de Brus, qui devint plus tard le 6ème lord d’Annandale. Leur fils, aussi nommé Robert, et connu en tant que Robert le Bruce, allait ensuite régner sur l’Écosse sous le nom de Robert 1er d’Écosse, rattachant le titre à la couronne. Robert fut aussi créé baron dans la pairie d’Angleterre par acte de sommation en 1295 en tant que Baron Bruce d’Anandale. Le titre s’éteint avec la mort de son frère Édouard, puis de son fils David de Brus en 1371. Ensuite, les rois d’Écosse recréèrent le titre à plusieurs reprises, mais le firent non-héritable, spécifiant qu’il serait rattaché à la couronne à la mort de chaque porteur.

[5] Scone est un village d’Écosse, dans la région de Perth and Kinross. À Scone se trouvait la Pierre du destin, dite aussi Pierre de Scone, sur laquelle les rois d’Écosse étaient couronnés. La pierre fut emmenée comme butin de guerre à Westminster par le roi Édouard 1er d’Angleterre en 1296. Mais les rois écossais continuèrent à se faire couronner à Scone, jusqu’à Charles II, en 1651.

[6] Le château de Kildrummy est un château en ruine près de la ville de Kildrummy dans l’Aberdeenshire, région du nord de l’Écosse. Bien qu’en ruine, c’est probablement le château le plus complet du 13ème siècle à avoir survécu dans l’Écosse de l’Est. Il s’agissait du siège des comtes de Mar.

[7] Le titre de duc d’Atholl, nommé d’après Atholl, en Écosse, n’a été créé qu’une seule fois dans l’histoire britannique par la reine Anne en 1703, comme une promotion du très ancien titre de Mormaer ou comte d’Atholl. Il a une histoire très ancienne et très complexe.

[8] Les Orcades, sont un archipel situé au nord de l’Écosse à 16 km de la côte de Caithness. Cet archipel compte 67 îles légèrement vallonnées, dont 16 seulement sont habitées.

[9] Tain est une ville d’Écosse dans le comté de Ross, à l’embouchure du Tain, au nord d’Inverness. Tain est le plus vieux burgh royal d’Écosse, statut conféré par une charte royale en 1066. Cette charte, accordée par le roi Malcom III, confirme Tain comme un sanctuaire pour ceux qui sollicitent la protection de l’Eglise. Au Moyen Âge, Tain devient un lieu de pèlerinage consacré à Saint Duthac.

[10] Comte de Buchan est un titre dans la pairie d’Écosse. Le titre de comte de Buchan fait suite à celui de mormaer de Buchan, qui était donné au seigneur de la province médiévale de Buchan. Ce titre, ainsi que celui de comte de Mar, est lié à une ancienne province picte. Ces deux provinces appartiennent de nos jours à l’Aberdeenshire. À partir des donations enregistrées dans le « Book of Deer » on peut reconstituer la liste des premiers mormaer de Buchan dont la trace est conservée. Le titre de comte passe ensuite par mariage à la famille Comyn.

[11] Burstwick est un village et une paroisse civile de la région de Holderness de l’East Riding of Yorkshire, en Angleterre. Il est situé à environ 13 km à l’est du centre-ville de Hull.

[12] Le Yorkshire est un comté traditionnel d’Angleterre. Ce comté, le plus vaste du Royaume-Uni, est administrativement divisé entre quatre comtés cérémoniaux : le Yorkshire du Nord, le Yorkshire de l’Ouest, le Yorkshire du Sud et le Yorkshire de l’Est. Malgré cela, le Yorkshire est toujours considéré comme une entité culturelle et géographique unique.

[13] La tour de Londres est une forteresse historique située sur la rive nord de la Tamise à Londres en Angleterre à côté de Tower bridge. La tour se trouve dans le district londonien de Tower Hamlets situé à l’est de la Cité de Londres dans un espace appelé Tower Hill. Sa construction commença vers la fin de l’année 1066 dans le cadre de la conquête normande de l’Angleterre. La tour Blanche qui donna son nom à l’ensemble du château, fut construite sur l’ordre de Guillaume le Conquérant en 1078 et fut considérée comme un symbole de l’oppression infligée à Londres par la classe dirigeante. Le château fut utilisé comme prison dès 1100. Il servait également de grand palais et de résidence royale.

[14] Elle est créée en 888 par le roi Alfred le Grand, huit ans après la fondation du burh de Shaftesbury. Sa fille Æthelgifu en devient la première abbesse. L’abbaye reçoit les reliques d’Édouard le Martyr en grande pompe en 981, et de nombreux pèlerins s’y rendent dès lors, dans l’espoir d’être guéris par les reliques du roi-saint. Elle devient ainsi l’un des établissements religieux les plus riches du royaume d’Angleterre.

[15] Dorset est un comté en grande partie rural dans le sud-ouest de l’Angleterre, situé sur la Manche. La capitale est Dorchester. Le comté occupe une superficie de 2 652 km². Le Dorset touche le Devon à l’ouest, le Somerset et le Wiltshire au nord et le Hampshire à l’est.

[16] La bataille de Bannockburn est une écrasante victoire de l’armée écossaise menée par Robert Bruce sur les troupes anglaises dirigées par Édouard II d’Angleterre pendant la première guerre d’indépendance écossaise. Elle est marquée par l’utilisation par Robert Bruce de carrés de piquiers nommés schiltrons sur lesquels viennent s’écraser les charges de cavalerie anglaises. Cette bataille entraîne une remise en question tactique de l’armée anglaise, ce qui aura un impact majeur sur les tactiques de combat de la guerre de Cent Ans.

[17] Cullen est un village et ancien burgh royal de Moray, en Écosse, situé sur la côte de la mer du Nord, à 32 km à l’est d’Elgin.

[18] Banffshire, est une des régions de lieutenance d’Écosse. Le comté est resté largement catholique après la Réforme et a longtemps souffert des persécutions et des discriminations des protestants presbytériens.

[19] L’abbaye de Dunfermline est une imposante abbaye de l’ordre bénédictin dans la ville de Dunfermline, de la région de Fife en Écosse. Il s’agit d’un site historique important : à part Iona, c’est à Dunfermline que se trouvent le plus de tombes royales de Calédonie (nom donné par l’Empire romain à la partie nord de la Grande-Bretagne).