Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Ingelger 1er d’Amboise dit Ingelger d’Amboise ou Ingelger Le grand

Ingelger 1er d’Amboise dit Ingelger d’Amboise ou Ingelger Le grand

lundi 6 janvier 2020, par ljallamion

Ingelger 1er d’Amboise dit Ingelger d’Amboise ou Ingelger Le grand (vers 1300-1373)

Seigneur d’Amboise, Bléré, Rochecorbon, Civray

Blason Famille d'Amboise (image de Jimmy NICOLLE, Montbert)Fils aîné de Pierre 1er d’Amboise, fondateur de la branche aînée des seigneurs d’Amboise [1].

Après le décès de son père, Ingelger 1er devint seigneur d’Amboise, Bléré [2], Rochecorbon [3], Civray [4], en Indre et Loire, de Montrichard [5], en Loir et Cher, de Berrie [6] et Leugny [7], dans la Vienne, et de Château-Gontier [8] dans la Mayenne.

Toute sa vie il se battit contre les anglais qui avaient envahi la partie ouest de la France. Il fit campagne aux côtés des rois de France Philippe VI et Jean II le Bon pendant la guerre de Cent Ans [9].

Ingelger 1er épousa en premières noces, en 1334, Marie de Flandres-Dampierre, vicomtesse de Châteaudun [10], Dame de Mondoubleau [11], de Terremonde,  [12], de Nesle [13], et de Saint-Calais [14]). Marie de Flandres était la fille de Jean de Flandres-Dampierre, seigneur de Crèvecœur [15] et d’Alleux, et de Béatrix de Châtillon-Saint-Pol.

En 1356, il épousa, en secondes noces, Isabeau de Thouars [16], comtesse de Dreux [17], et de Benon [18], Dame de Talmond [19] et Mauléon [20], fille du vicomte Louis de Thouars , et de Jeanne II de Dreux , princesse issue de sang royal, comtesse de Braine [21], de Nevers [22], de Grignon, de Tonnerre [23], et de Joigny. Isabeau de Thouars était veuve depuis peu de temps de Guy II de Nesle , seigneur de Mello [24].

Le 19 septembre 1356 il est fait prisonnier en même temps que le roi Jean II le Bon à la Bataille de Poitiers [25] et comme lui, il se retrouve prisonnier en Angleterre.

Son épouse participe à la rançon de quatre millions d’écus demandés par Édouard III, roi d’Angleterre, pour libérer le roi de France. Puis, pour payer la rançon de son mari, elle vend sa terre de Chevreuse [26], près de Paris.

A peine rentré en France, Ingelger 1er reçoit une lettre du nouveau roi de France Charles V qui lui écrit de Vincennes, le 17 mai 1357 et lui donne l’ordre de se constituer prisonnier, une nouvelle fois, pour aller prendre la place de Guy II de Blois-Châtillon , comte de Blois [27], prisonnier, lui aussi, d’Édouard III. Dans cette lettre, il menace Ingelger 1er d’Amboise de lui confisquer ses biens, s’il refuse de repartir.

Malgré la menace il refuse de repartir comme prisonnier en Angleterre. Il adresse un courrier au roi pour lui donner les raisons de son refus. Le 11 novembre 1355, Ingelger 1er d’Amboise adressa une lettre de sa forteresse de Mondoubleau [28], à Macé de Valaines, et à son cousin Hugues d’Amboise. Il les nomme ses procureurs et leur demande de réceptionner, et de porter le nouvel évêque, Michel de Brèche, au cours de son entrée dans la ville du Mans.

Ingelger 1er d’Amboise mourut dans son château d’Amboise, en 1373.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Histoire de Touraine de L-L Chalmel - Marseille - 1981

Notes

[1] La maison d’Amboise était une des plus anciennes familles de la noblesse française dont la filiation suivie remontait au début du 12ème siècle. Elle tirait son nom de la ville d’Amboise en Touraine, dont elle a possédé la seigneurie.

[2] Bléré est une commune française située dans le département d’Indre-et-Loire. La ville borde les rives du Cher et est dans l’arrondissement de Loches.

[3] Rochecorbon (autrefois La Roche Corbon) est une commune française du département d’Indre-et-Loire. Rochecorbon est situé dans la partie centro-nord-orientale du département d’Indre-et-Loire et au nord-est de Tours

[4] Civray-de-Touraine est une commune française du département d’Indre-et-Loire. Le 23 décembre 1954, Civray sur Cher est devenu Civray de Touraine

[5] Montrichard est une ancienne commune française située dans le département de Loir-et-Cher. Sa tour maîtresse (ou "donjon") carrée atteste la présence d’un château du 11ème siècle, dont la construction est attribuée au comte d’Anjou Foulques Nerra. La tour actuelle est plutôt attribuée à Hugues de Chaumont. Plusieurs maisons à colombages sont présentes dans cette ville.

[6] Berrie est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne. Au 11ème siècle Centule de Berrie est Seigneur de Berrie. Son fils Pierre époux de Sarazine lui a succédé. Vers 1200 Isabelle de Berrie épouse Hugues d’Amboise.

[7] Leugny est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne.

[8] La baronnie de Château-Gontier, est une ancienne baronnie médiévale, érigée en marquisat en 1656. Elle offre cette particularité historiquement intéressante que sa limite nord était comme indécise entre le comté de Laval, le comté du Maine et l’Anjou. L’autorité civile et féodale du comte d’Anjou avait empiété par droit de conquête sur le territoire du Maine, avant le 11ème siècle, mais à une époque où les paroisses étaient déjà constituées. Aussi l’évêque du Mans avait-il maintenu sa juridiction sur l’étendue de son diocèse. C’est ainsi, du moins, que l’abbé Angot croit devoir comprendre et expliquer ce phénomène anormal.

[9] La Guerre de Cent Ans est un conflit entrecoupé de trêves plus ou moins longues, opposant, de 1337 à 1453, la dynastie des Plantagenêt à celle des Valois et, à travers elles, le royaume d’Angleterre et celui de France.

[10] Châteaudun est une commune française, chef-lieu d’arrondissement d’Eure-et-Loir.

[11] près de Châteaudun

[12] Flandres

[13] Somme

[14] Sarthe

[15] Crèvecœur-sur-l’Escaut est une commune française située dans le département du Nord (59). Crèvecœur est une baronnie du Cambrésis associée à la châtellenie de Cambrai. Avec Oisy-le-Verger, elle passe aux Montmirail puis aux Coucy. Enguerrand III et sa femme Marie vendent au comte de Flandre Guy de Dampierre, qui transmet à son fils cadet Guillaume 1er de Termonde et Richebourg, puis à son petit-fils Jean. La veuve de ce dernier, Béatrice de Châtillon-St-Pol, fille de Jacques, vend Crèvecœur et la châtellenie de Cambrai au roi Philippe VI en 1340

[16] C’est à la fin du 9ème siècle qu’apparaissent les premiers vicomtes de Thouars, avant même ceux de Châtellerault, Lusignan, etc. Ils représentaient le comte de Poitiers (aussi duc d’Aquitaine) dans le territoire que celui-ci a confié à leur garde. Avec les branches puinées établies en Vendée, ils forment la maison de Thouars.

[17] Le comté de Dreux est un ancien comté de France, nommé d’après la ville de Dreux, sa capitale, située au nord du pays chartrain, sur les confins de la Normandie et de l’Île-de-France, et dépendait originairement du duché de Normandie.

[18] Benon est une commune du Sud-Ouest de la France, située dans le département de la Charente-Maritime.

[19] Talmont est une ancienne commune française située dans le département de la Vendée.

[20] Mauléon est une commune du centre-ouest de la France située dans le département des Deux-Sèvres. Mauléon est située sur un éperon rocheux entouré de la vallée de l’Ouin et qui s’oppose au Mont-Gaillard (Château-Gaillard) et au quartier de Saint-Jouin. En 1080, le nom de Mauléon apparaît dans les premières chartes de l’abbaye de la Trinité. Mauléon est un fief de la famille qui porte le même nom, Le plus connu est Savary 1er, sénéchal du Poitou, troubadour, poète, corsaire et preneur de ville. Notamment, il s’empara de Niort en 1205 pour Jean sans Terre. Au 13ème siècle, Mauléon appartient aux vicomtes de Thouars, et plus tard au 15ème siècle, à la famille d’Amboise, puis à leurs héritiers les La Trémoille.

[21] Au début du xiiie siècle, Robert II de Dreux, comte de Braine y établit un château ; château de la Folie d’Aigremont aujourd’hui sur la commune de Cerseuil. De plan rectangulaire, il dominait la vallée de la Vesle et le bourg. Le château dans sa longueur suivait l’à-pic. Son accès face au plateau, couvert d’une profonde forêt, était protégé par un profond fossé artificiel, qui le protégeait des trois côtés

[22] Le Comté de Nevers est un comté historique au centre de la France. Sa principale ville était Nevers. Il correspond sensiblement à l’ancienne province du Nivernais et au département moderne de la Nièvre. Le comté lui-même date approximativement du début du 10ème siècle. Le comté a été fréquemment associé au Duché de Bourgogne voisin ; il faisait partie des terres et des titres détenus par Henri 1er de Bourgogne. En 1032, le Comté de Nevers est joint au Comté d’Auxerre, mais entre en conflit rapidement avec l’évêque d’Auxerre. Son premier titulaire a été Renaud 1er de Nevers. Nevers est passé sous la domination des comtes de Flandre au 14ème siècle, et à partir de là, est devenu possession de Philippe II le Hardi, Duc de Bourgogne, qui a brièvement réuni les deux terres. Philippe de Bourgogne, le plus jeune fils de Philippe le Hardi, a reçu le comté de Nevers qui est devenu plus tard possession d’une branche cadette des ducs de Clèves. À partir de 1521, les dirigeants de Nevers se sont appelés ducs de Nivernais.

[23] Le comté de Tonnerre est un ancien fief situé dans le nord de la Bourgogne, autour de la ville de Tonnerre. Les comtes de Tonnerre frappèrent monnaie du 11ème siècle jusqu’en 1315. Le comté avait la particularité de dépendre de trois suzerains : de l’évêque de Langres, pour les châtellenies de Tonnerre, d’Argenteuil, de Ligny le Châtel et les fiefs qui en dépendaient ; du duc de Bourgogne pour celles de Cruzy-le-Châtel, Griselles et Pothières et leurs fiefs, et de l’évêque de Châlon pour celle de Channes. Il fut érigé en duché en 1572, en faveur d’Henri Antoine de Clermont, mais cette érection n’eut pas d’effet faute de l’enregistrement du brevet. Jusqu’en 1789, le comté de Tonnerre était le plus ancien de France. Il n’a jamais été réuni à la couronne, ni érigé en marquisat ou duché

[24] Mello est une commune française située dans le département de l’Oise. Le 9 juin 1358 se déroule à Mello la bataille qui met fin à la Grande Jacquerie.

[25] Lors de la guerre de Cent Ans, après leur éclatante victoire à la bataille de Crécy (1346), les Anglais se sont solidement établis en Guyenne et mènent régulièrement des raids dans le Sud de la France4. En 1355 déjà, le roi de France Jean II manquant de fonds n’avait pu les combattre. Il réunit en 1356 les états généraux qui lui accordent ce dont il a besoin pour lever une armée. La bataille a lieu à Nouaillé-Maupertuis près de Poitiers. Quoique numériquement très supérieures, Jean II conduit ses troupes par une tactique irréfléchie et se fait prendre.

[26] Chevreuse est une commune française située dans le département des Yvelines. Chevreuse héberge le siège du parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse. Le château de la Madeleine de Chevreuse était jadis un des châteaux les plus forts des environs de Paris. Au 10ème siècle, un seigneur de Chevreuse soutint plusieurs guerres contre Louis le Gros et le comte de Montfort l’Amaury. Au 11ème siècle, Guy 1er, seigneur de Chevreuse, commence l’édification d’un château fort qui domine le village, le château de la Madeleine. On lui doit sans doute le donjon construit de 1030 à 1090 qui, à l’époque, était entouré d’une palissade de bois. Les murailles n’apparaîtront qu’au 12ème siècle probablement vers 1146. Le village grossit. On y pratique la draperie, puis la tannerie. Le village sera par la suite protégé par une enceinte.

[27] Le comté de Blois est un ancien comté du Nord de la France. Le comté de Blois était une juridiction féodale du Royaume de France née vers 900. Le premier vicomte est Garnegaud, décédé en 906. Son successeur était le chevalier bourguignon Thibaud l’Ancien qui reçut également la vicomté de Tours en 908 et en 940, il devint vicomte de Blois et de Tours. Il mourut en 943 et son fils Thibaut le Tricheur prend le titre de Comte de Blois et s’empare du comté de Chartres. Son fils Eudes 1er devient Comte de Blois et de Chartres, de Tours, de Châteaudun, de Provins et de Reims. Son fils Thibaut II lui succède de 996 à 1004 . Son frère Eudes II rajoute à son domaine le comté de Meaux et le comté de Troyes. Il meurt en 1019, date à laquelle les domaines sont divisés. La dynastie continua jusqu’à la mort de Thibaut VI, donnant le comté à sa fille Marguerite de Blois. Le comté passe alors dans la Maison d’Avesnes puis de Blois-Châtillon. En 1397, le comté est intégré au Duché d’Orléans par manque de descendance.

[28] Mondoubleau est une commune française située dans le département de Loir-et-Cher. Mondoubleau est aussi une ancienne ville fortifiée, dont le château fut construit dans la première moitié du 11ème siècle au point le plus haut par Hugues Doubleau (d’où le nom). Un monastère bénédictin dont elle était le siège fut détruit au 13ème siècle.