Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 11ème siècle > Marguerite d’Écosse dite sainte Marguerite

Marguerite d’Écosse dite sainte Marguerite

mercredi 20 novembre 2019

Marguerite d’Écosse dite sainte Marguerite (morte en 1093)

Princesse anglo-saxonne de la maison de Wessex-Reine d’Écosse

Vitrail de la chapelle Sainte-Marguerite d'Édimbourg.En épousant le roi Malcolm III vers 1069-1070 elle devient reine d’Écosse [1], après la conquête normande de l’Angleterre. Elle lui donne huit enfants, dont trois futurs rois d’Écosse. Ayant fait preuve d’une grande piété tout au long de sa vie, elle est canonisée en 1250. C’est la sainte patronne de l’Écosse.

La principale source littéraire concernant Marguerite est une hagiographie [2] rédigée après sa mort par son chapelain Turgot de Durham , devenu prieur à Durham [3]. Rédigée vers 1100-1106 à la demande de sa fille, la reine Mathilde d’Angleterre, elle lui attribue plusieurs miracles, et il est difficile pour les historiens d’y démêler le vrai du faux.

En 1016, la mort du roi Edmond II d’Angleterre permet au Danois Knut le Grand de régner sur toute l’Angleterre. Les deux jeunes fils d’Edmond, Édouard l’Exilé et Edmond AEtheling , sont envoyés sur le continent ou exilés par Knut. Ils finissent en Hongrie, où est vraisemblablement née Marguerite, la fille d’Édouard et de son épouse Agathe .

Ce n’est qu’en 1057 qu’Édouard peut rentrer en Angleterre, mais il meurt peu de temps après, laissant trois enfants. Après la conquête normande de l’Angleterre en 1066, la fratrie se réfugie au nord, à la cour d’Écosse. Quelques années plus tard, en 1069 ou en 1070, Marguerite épouse le roi Malcolm III Canmore à Dunfermline [4].

D’après l’hagiographie de Turgot, Marguerite mène une vie exemplaire et s’intéresse particulièrement aux rites de l’Église, tentant de mettre les pratiques écossaises en conformité avec celles observées dans le reste de la chrétienté, tout en respectant certaines spécificités du pays, comme les ermites Céli Dé [5].

Elle meurt le 16 novembre 1093, trois jours après la mort de son époux et de leur fils aîné Édouard lors d’un raid sur le Northumberland [6].

Elle est inhumée auprès de Malcolm en l’abbaye de Dunfermline [7].

Marguerite est canonisée un siècle et demi après sa mort, en 1250, par le pape Innocent IV. En 1673, Clément X la nomme sainte patronne de l’Écosse. Entre-temps, ses restes et ceux de son époux ont été transférés à l’Escurial [8] par le roi Philippe II d’Espagne.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de G. W. S. Barrow, « Margaret [St Margaret] (d. 1093) », dans Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press,‎ 2004

Notes

[1] Le royaume d’Écosse était un État souverain situé en Europe de l’Ouest. Il occupait le tiers nord de la Grande-Bretagne, et partageait au sud une frontière commune avec le royaume d’Angleterre. Il a existé de 843 jusqu’à l’acte d’Union de 1707, qui l’a uni au royaume d’Angleterre pour former le royaume de Grande-Bretagne. Édimbourg, la plus grande ville du pays, a été précédée comme capitale du pays par les villes de Scone, Dunfermline et Stirling. Le royaume d’Écosse naît en 843 par l’union des royaumes scot et picte sous le sceptre de Kenneth 1er. Depuis plusieurs siècles, les Scots (ou Gaels), grignotent petit à petit les territoires des autres peuples, notamment des Britons. Seul le royaume picte parvient à résister aux conquêtes scots. Au début du 9ème siècle, Oengus II règne sur les deux peuples, son fils Eòganán lui succède et en 839, il trouve la mort lors d’une grande défaite militaire contre des Vikings venus d’Irlande. Sa mort prématurée provoque une crise de succession dans les deux royaumes. Pour des raisons obscures, Kenneth Mac Alpin devient roi des Scots, puis quelques années plus tard, celui des Pictes (il était peut-être le fils d’une princesse picte et les règles de succession du royaume étaient matrilinéaires, ou peut-être le devint-il par la ruse ou la violence). Hormis quelques zones occupées par les Anglo-Saxons et les Vikings, l’ensemble de l’Écosse est placé sous l’autorité d’un seul roi

[2] L’hagiographie est l’écriture de la vie et/ou de l’œuvre des saints. Pour un texte particulier, on ne parle que rarement d’« une hagiographie », mais plutôt d’un texte hagiographique ou tout simplement d’une vie de saint. Le texte hagiographique étant destiné à être lu, soit lors de l’office des moines soit en public dans le cadre de la prédication. Un texte hagiographique recouvre plusieurs genres littéraires ou artistiques parmi lesquels on compte en premier lieu la vita, c’est-à-dire le récit biographique de la vie du saint. Une fresque à épisode est également une hagiographie, de même qu’une simple notice résumant la vie du bienheureux. Par rapport à une biographie, l’hagiographie est un genre littéraire qui veut mettre en avant le caractère de sainteté du personnage dont on raconte la vie. L’écrivain, l’hagiographe n’a pas d’abord une démarche d’historien, surtout lorsque le genre hagiographique s’est déployé. Aussi les hagiographies anciennes sont parsemées de passages merveilleux à l’historicité douteuse. De plus, des typologies de saints existaient au Moyen Âge, ce qui a conduit les hagiographes à se conformer à ces modèles et à faire de nombreux emprunts à des récits antérieurs.

[3] Durham est une ville du nord-est de l’Angleterre. C’est la capitale du comté de Durham et le chef-lieu du Diocèse de Durham. La ville est connue pour sa cathédrale, son château, ainsi que son université qui est la cinquième du pays. Elle a le statut de Cité.

[4] Dunfermline, est une ville (et ancien burgh royal) écossaise située dans le council area et région de lieutenance du Fife. De 1975 à 1996, elle était la capitale administrative du district de Dunfermline, au sein de la région du Fife.

[5] Les Culdee (ou Céli Dé, compagnons de dieu) sont des moines ayant vécu au Moyen Âge dans les Îles Britanniques. Ils ont maintenu la tradition du christianisme irlandais en Irlande, en Écosse et en Angleterre.

[6] Le comté de Northumberland est un important comté du nord de l’Angleterre qui remonte à l’époque anglo-saxonne. Il succède à l’ancien royaume de Northumbrie dont il n’occupe qu’une portion septentrionale.Le comté de Northumberland est un important comté du nord de l’Angleterre qui remonte à l’époque anglo-saxonne. Il succède à l’ancien royaume de Northumbrie dont il n’occupe qu’une portion septentrionale.

[7] L’abbaye de Dunfermline est un ancien monastère de moines bénédictins sis dans la ville de Dunfermline, de la région de Fife en Écosse. Il s’agit d’un site historique important : à part Iona, c’est à Dunfermline que se trouve le plus grand nombre de sépultures royales de Calédonie (nom donné par l’Empire romain à la partie nord de la Grande-Bretagne).

[8] Le site royal de Saint-Laurent-de-l’Escurial est un grand complexe (monastère, musée, collège bibliothèque, et palais) qui se trouve sur le territoire de la commune de San Lorenzo de El Escorial, située à 45 kilomètres au nord-ouest de Madrid, dans la Communauté autonome de Madrid (Espagne). C’est une ancienne résidence du roi d’Espagne. La Bibliothèque sera la source de tensions diplomatiques entre l’Espagne et le Maroc, après que la précieuse collection du Sultan du Maroc Zaidan El-Nasir a été capturée par des vaisseaux espagnols au large du Maroc, elle sera offerte au roi Philippe II qui, sans doute, connaissait l’importance d’un tel trésor et qui l’incorporera dans la bibliothèque de l’Escurial, mais une grande partie de la collection est perdue après l’incendie de 1671