Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 10ème siècle > Arnould de Valenciennes

Arnould de Valenciennes

vendredi 25 octobre 2019

Arnould de Valenciennes (mort vers 1011)

Comte de Cambrai-Investi de la marche de Valenciennes de 973 à sa mort

Il est probablement le petit-fils du comte Isaac de Cambrai . On suppose qu’il est le fils du comte Arnould de Cambrai et d’une certaine Bertha, qui appartiendrait à la famille des comtes de Looz [1].

Il avait une épouse nommée Liutgarde peut-être une sœur d’ Albert 1er de Namur et un fils nommé Adalbert mort en 998.

En 973, Régnier IV de Mons, fils du comte Régnier III de Hainaut , dépossédé de son comté et exilé par Brunon de Cologne, tue les comtes Renaud de Mons et Garnier de Valenciennes , qui s’étaient partagé le Hainaut. L’empereur Otton II fit alors appel à Arnould, qu’il investit de la marche de Valenciennes [2], tandis que Godefroid de Verdun recevait le reste du Hainaut.

En 979, Lothaire roi des Francs [3] menace Cambrai [4], tandis qu’Otton II se trouve en Pologne. C’est alors le comte Arnould de Valenciennes, aidé du comte Godefroid du Hainaut, qui s’occupe de la défense du territoire et fait appel au duc Charles de Basse Lotharingie.

De même, Rothard, évêque de Cambrai [5], invoque l’assistance d’Arnould de Valenciennes et de Godefroid contre Eudes de Vermandois qui construisait un château fort à Vinchy [6], à quatre mille [7] de la cité.

Lorsque Godefroid fut retenu prisonnier par Lothaire de 985 à 987, il est possible que ce soit Arnould qui ait administré tout le Hainaut. En 998, l’empereur rendit Mons [8] à Régnier IV, mais Arnould conserva Valenciennes [9].

Vers la fin de sa vie, il fut constamment harcelé à Valenciennes par Baudouin IV de Flandre. Ainsi, le comte de Flandre s’empara en 1006 de la citadelle. Vers cette époque, il renonça probablement au comté de Cambrai, qu’il céda à l’évêque pour obtenir son appui dans sa lutte.

En 1007 l’empereur Henri II conféra à l’évêque Erluin l’autorité comtale sur le territoire entier. Arnould ne survécut que peu de temps à cet abandon.

Après la mort d’Arnould de Valenciennes, la marche de Valenciennes passa à ses collatéraux, qui reconnurent probablement la suzeraineté flamande.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Arnould de Valenciennes/ Portail du Nord-Pas-de-Calais/ Comte de Hainaut

Notes

[1] Le comté de Looz apparaît aux alentours de l’an mil, fondé par des seigneurs originaires de Betuwe. Le comté de Looz, parfois encore comté de Los ou Loos, en prononçant Lau, est un ancien comté du Saint Empire romain germanique qui s’étendait approximativement à la fin de l’ancien régime sur la province belge actuelle du Limbourg, sans comprendre ni Tongres ni Saint-Trond

[2] La Marche de Valenciennes ou le margraviat de Valenciennes était une marche qui a été créée en 957, lorsque l’empereur Otton 1er le Grand détachait la zone autour de Valenciennes du Hainaut (Henegouw) et elle est confiée à Amaury, gendre d’Isaac de Cambrai. Le domaine est situé sur l’Escaut, lequel était la frontière entre le Saint Empire romain germanique et la France. En 1071, après la Bataille de Cassel, la marche est unie avec Mons et Chièvres sous le nom de comté de Hainaut, se référant au Hainaut (Henegouw) qui existe jusque à 957.

[3] Les royaumes francs sont les différents royaumes barbares qui se sont succédé ou ont cohabité en Europe occidentale durant le Haut Moyen Âge après le déclin de l’Empire romain d’Occident et la conquête de ces territoires par les Francs au cours du 5ème siècle. Ces royaumes, formant ensemble une entité appelée le royaume des Francs (en latin : Regnum Francorum), perdurent pendant tout le Haut Moyen Âge, du 5ème siècle au 9ème siècle. À partir de 911, sous Charles III le Simple, le plus occidental des royaumes francs, issu du partage de Verdun en 843 et que certains historiens qualifient de Francie occidentale, revendique seul de façon continue l’héritage du royaume des Francs de Clovis et Charlemagne par la titulature permanente de ses rois se proclamant tous rois des Francs.

[4] Cambrai est une commune française située dans le département du Nord, Vers la fin de l’Empire romain, Cambrai remplace Bavay comme « capitale » de la cité des Nerviens. Au début de l’époque mérovingienne, Cambrai devient le siège d’un vaste évêché s’étendant sur toute la rive droite de l’Escaut et le centre d’une petite principauté ecclésiastique qui dépendra du Saint Empire romain germanique jusqu’à l’annexion à la France en 1678. Fénelon, surnommé « le Cygne de Cambrai », en fut le plus illustre des archevêques.

[5] Le diocèse puis archidiocèse de Cambrai est une circonscription de l’Église catholique de France dont le siège est à la cathédrale de Cambrai. C’est en 1094, à l’initiative d’Urbain II, au cours de la querelle des Investitures, que l’ancien diocèse d’Arras, uni pendant longtemps à celui de Cambrai, en fut séparé et considéré comme un ressort distinct. Le roi de France et le comte de Flandre avaient tous deux intérêt à se débarrasser de l’ingérence d’un évêque allemand. Le 12 mai 1559, la bulle Super universas érigea Cambrai en archevêché, avec quatre évêchés suffragants : Arras, Tournai, Namur, Saint-Omer. Mais la réorganisation des évêchés des Pays-Bas espagnols lui retira une partie importante de son territoire au profit des nouveaux diocèses de Malines et d’Anvers. Il ne conserva que quatre archidiaconés : Cambrai, Brabant, Hainaut et Valenciennes.

[6] La commune est située dans la vallée de Vinchy sur le Canal de Saint-Quentin, à douze kilomètres au sud de Cambrai. La commune des Rues des Vigness est peuplée depuis la période gallo-romaine. À l’époque mérovingienne, le village fut appelé Vinchy. La commune fut le théâtre d’une bataille opposant Charles Martel et Rainfroi, Maire du palais de Chilpéric II, roi de Neustrie. Après cette bataille de Vinchy, le pouvoir passa définitivement des mains des Mérovingiens à celles des Carolingiens. Charles Martel remporta la victoire le 20 ou le 27 mars 717.

[7] Un mille est une unité de mesure de longueur très ancienne, de valeur variable. De nos jours, on emploie dans le système impérial le mille terrestre d’une longueur d’environ 1 609 mètres et dans la navigation maritime et aérienne le mille nautique de 1 852 mètres.

[8] Mons est une ville francophone de Belgique située en Région wallonne. Ancienne capitale des comtes de Hainaut, chef-lieu de la province de Hainaut, ville principale de l’arrondissement de Mons, elle est le siège d’une des cinq cours d’appel du pays.

[9] Valenciennes est une commune française, historiquement capitale du comté du Hainaut français et aujourd’hui sous-préfecture du département du Nord. Elle est située au confluent de l’Escaut avec la Rhônelle. En 1285, la monnaie du Hainaut fut remplacée par la monnaie de France : l’écu. Valenciennes est une ville en pleine activité, forte de ses nombreuses corporations. À l’abri de son enceinte, un grand nombre de couvents se développe, à l’instar des Dominicains. Au 14ème siècle Albert de Bavière fait construire la tour de la Dodenne, où encore aujourd’hui la cloche sonne en l’honneur de Notre-Dame-du-Saint-Cordon. Au 15ème siècle, le Hainaut, rattaché au duché de Bourgogne, perd de son autonomie, mais Valenciennes jouit d’une grande renommée grâce aux artistes qu’elle protège en ses murs. L’économie de la ville repose essentiellement sur la draperie et le commerce, principalement du vin et des céréales des campagnes environnantes.