Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Marie 1ère de Sicile

jeudi 3 janvier 2019, par ljallamion

Marie 1ère de Sicile (1362-1401)

Reine de Sicile de 1377 à sa mort

Marie 1ère de SicileIssue de la maison de Barcelone [1] à la fois du côté paternel et du côté maternel, elle était la fille et héritière du roi Frédéric III de Sicile et de son épouse l’infante Constance, fille dePierre IV d’Aragon.

Quand elle accéda au trône en 1377, Marie n’avait que 14 ans et le gouvernement fut assuré par le vicaire Artál d’Alagón, assisté de Manfred III Chiaromonte , de Guillaume de Peralta et de François Ventimiglia.

Marie avait succédé à son père selon les dernières volontés de ce dernier, en contradiction avec les dispositions du testament de Frédéric II qui excluait les femmes de la succession, et elle dut faire face à la contestation de son oncle et grand-père le roi Pierre IV d’Aragon.

Pour éviter un mariage projeté avec Jean Galéas Visconti , Pierre IV la fit enlever à Catane [2] le 23 janvier 1379 par le comte Guglielmo Raimondo III Moncada , qui la séquestra dans le château d’Augusta [3]. De là elle fut conduite en Sardaigne, puis à Barcelone à la cour du roi.

En 1380, Pierre IV donna la vicairerie de l’île à son fils l’infant Martin d’Aragon. Marie épousa en 1390 son fils, Martin d’Aragon dit le jeune.

Le couple royal, flanqué de Martin le vieux débarqua en Sicile mais eut de grandes difficultés à se faire reconnaître.

Entre 1393 et 1398 une révolte aristocratique fit rage, matée grâce à l’aide du roi Jean 1er d’Aragon, frère de Martin le vieux.

À la mort du roi Jean 1er en 1396, Martin le vieux accéda à la couronne d’Aragon, dont Martin le jeune devint alors l’héritier.

Lui et Marie eurent un fils, Pierre, qui mourut en 1403 mais qui ne succéda pas à sa mère. À la mort de Marie, Martin le jeune devint roi de Sicile et reçut de son père la procurerie du royaume de Sardaigne [4].

Marie 1ère et inhumée à Cagliari [5] aux côtés de son époux.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Marie Ire de Sicile/ Portail de la Sicile/ Reine de Sicile

Notes

[1] La Maison de Barcelone parfois nommée Maison de Catalogne est le nom de la dynastie fondée par Guifred le Velu comte de Barcelone et qui devint roi d’Aragon. L’historiographie traditionnelle date l’extinction de la dynastie à la mort sans descendance masculine de Martin l’Humain en 1410. Cependant la succession légitime a été remise en cause et une extinction en 1137 a été proposée. La maison de Barcelone descend d’une famille wisigothe de la région des Pyrénées, qui, après une alliance avec les armées franques de Charlemagne lors des guerres contre Al-Andalus, gouverna plusieurs territoires de la marche d’Espagne carolingienne après la construction de l’empire carolingien. L’hypothèse de Ramón de Abadal, qui affirme que les comtes de Barcelone descendent par voie masculine d’une lignée du comte de Carcassonne ne trouve pas de consensus historiographique.

[2] Catane est une ville de la province du même nom en Sicile en Italie. C’est la deuxième ville la plus peuplée de l’île derrière Palerme. Le 4 février 1169, un séisme provoqua la mort de milliers de personnes. L’empereur Frédéric II fit construire le Castello Ursino (fort militaire) entre 1239 et 1250. La ville subit des destructions lors de la guerre des Vêpres siciliennes en 1282. À partir de 1282, sous l’influence aragonaise, Catane devint la capitale du royaume de Sicile. En 1376, les reliques de sainte Agathe furent déposées dans la cathédrale de Catane. La première université sicilienne fut fondée à Catane en 1434.

[3] Augusta est une ville italienne, située dans la province de Syracuse en Sicile. C’est sur les ruines de Xiphonia, qu’est fondé en 1232 le port fortifié d’Augusta, par Frédéric II (roi de Sicile en 1197, roi des Romains en 1212, empereur du Saint-Empire romain germanique en 1220). Ce dernier peut se maintenir en Sicile grâce à l’appui du pape Innocent III jusqu’à ce que la bataille de Bouvines fasse de lui le maître de l’Allemagne. C’est une personnalité originale, défenseur des arts et des lettres. Disciple d’Averroès, il laisse à la Sicile et à ses villes l’empreinte de son œuvre et de son goût pour l’art et la philosophie arabe. Le château date de la fondation de la ville

[4] Le Regnum Sardiniæ et Corsicæ (royaume de Sardaigne et de Corse) est créé le 4 avril 1297 par le pape Boniface VIII afin de résoudre les conflits entre les maisons d’Anjou et d’Aragon au sujet du royaume de Sicile, conflits déclenchés par les fameuses Vêpres siciliennes. C’est donc un royaume de compensation, attribué à Jacques II le Juste d’Aragon. La Sardaigne reste toutefois soumise à de puissants seigneurs portant le titre de judex, elles-mêmes sous l’influence des cités de Pise et de Gênes. En 1323, Jacques II forme une alliance avec le juge d’Arborée, d’origine catalane, et la ville de Sassari, et contrôle les judicats de Cagliari et de Gallura, éliminant de l’île les Pisans. Le contrôle royal n’est toutefois définitif qu’au début du 15ème siècle, quand Martin le Jeune, roi de Sicile et procureur de Sardaigne pour le compte de son père le roi d’Aragon Martin le Vieux, défait les derniers juges d’Arborée, dont Éléonore d’Arborée, célèbre pour sa novatrice charte appelée Carta de Logu, et achète les droits sur le Royaume. La Corse n’est pas conquise et les rois d’Aragon cessent d’y prétendre en 1479, après que la mention et Corsicæ est retirée de l’appellation officielle du royaume. La Sardaigne, rattachée à la couronne d’Aragon, passe avec cette dernière, dans la monarchie espagnole au 16ème siècle.

[5] Cagliari ou Caglier est une ville italienne, capitale de l’île de Sardaigne, région autonome d’Italie. Le nom sarde de Cagliari, Casteddu, signifie « château ». De 1324 à 1848, Cagliari fut la capitale du royaume de Sardaigne, devenu royaume d’Italie en 1861, quand Turin fut érigée en capitale officielle.