Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Xénophane

vendredi 16 novembre 2018, par ljallamion

Xénophane (vers 570 av.jc-475 av. jc)

Philosophe pré-socratique-Poète et scientifique grec

Gravure de Xénophane dans le livre de Thomas Stanley, History of PhilosophyExilé de Colophon [1] tombé sous la domination perse, il semble avoir émigré en Sicile et s’être réfugié d’abord à Zancle [2] et à Catane [3], avant de se rendre à Élée [4] dont il fonde probablement l’école éponyme [5].

Il s’oppose fortement à l’anthropomorphisme [6] et s’applique à démontrer l’unicité divine. Ses concepts philosophiques se retrouvent également chez Parménide dont il fut le maître ou l’élève.

Seuls quelques fragments de ses poèmes ont subsisté, ils ont été recueillis par Hermann Diels dans son ouvrage de référence, Die Fragmente der Vorsokratiker en 1903. Les quelques vers de sa plume amènent à penser qu’il aurait vécu fort vieux.

Fils de Dixios ou d’Orthomène de Colophon, Xénophane aurait été vendu comme esclave par un riche citoyen, le pythagoricien [7] Parmicos de Métaponte [8]. En raison de l’invasion de l’Asie Mineure [9] par les Mèdes [10] qui provoqua la chute de Colophon, Xénophane passa près de 70 ans dans le monde grec occidental, visitant de multiples cités sans trouver de foyer, et restant solitaire.

Il fut reçu cependant à la table des riches et des grands, comme le montre l’anecdote de sa conversation avec le tyran [11] Hiéron de Syracuse. Tout en vagabondant à travers la Grèce, il récitait ses poèmes, que le public admirait et on écoutait ses enseignements avec un intérêt passionné.

Employant la langue d’Homère qui était panhellénique [12] à cette époque, Xénophane réalisait ainsi son vœu que ses poèmes fussent compris de l’ensemble de la Grèce. Il apparaît d’ailleurs comme un pionnier par le fait d’avoir présenté ses raisonnements philosophiques sous forme de poèmes.

Les dates relatives à la période où il vécut restent très discutées, et la plupart des ouvrages qu’il aurait écrits ont été malheureusement perdus.

On sait par Diogène Laërce que Xénophane combattit avec vigueur les doctrines des physiciens ioniens [13], en particulier les systèmes d’Épiménide et de Thalès , ainsi que le système de Pythagore*.

Il a attaqué les idéaux culturels à la mode qui se répandaient à travers l’enseignement des œuvres d’Homère et d’Hésiode.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Laetitia Reibaud, Œuvre poétique : Xénophane de Colophon, Les Belles Lettres,‎ 2012

Notes

[1] Colophon est une cité grecque d’Ionie (Asie mineure), située au nord-ouest d’Éphèse, dont le nom a donné naissance à un terme d’imprimerie. Elle se situe entre Lébédos et Éphèse. Les ruines de l’antique cité se trouvent aujourd’hui à Castro de Ghiaour-Keui, un village de mineurs d’İzmir.

[2] Messine est une ville italienne, chef-lieu de la province de Messine en Sicile. Selon Thucydide, l’ancienne cité de Zancle a été fondée par des pirates venant de la cité grecque de Kymé (Cumes) entre 750 et 730 av. jc. Le nom de la cité serait d’origine sicule. Messine a atteint son apogée entre la fin du Moyen Âge et le milieu du 17ème siècle. Elle a été détruite plusieurs fois

[3] Catane est une ville de la province du même nom en Sicile en Italie. C’est la deuxième ville la plus peuplée de l’île derrière Palerme. Catane est située sur la côte orientale de la Sicile, sur la mer Ionienne, à mi-chemin entre les villes de Messine et Syracuse, au pied du volcan Etna.

[4] Élée ou Vélia pour les Romains était une cité grecque de la côte tyrrhénienne, en Campanie, près du golfe de Salerne. C’est ici que fut créée l’école éléatique, école philosophique fondée par Parménide et Xénophane et suivie par Zénon d’Élée et Mélisse.

[5] école philosophique fondée par Parménide et Xénophane et suivie par Zénon d’Élée et Mélisse

[6] L’anthropomorphisme est l’attribution de caractéristiques du comportement ou de la morphologie humaine à d’autres entités comme des dieux, des animaux, des objets, des phénomènes, voire des idées. Le terme a été crédité au milieu des années 1700

[7] Il s’agit d’une fraternité philosophique, religieuse et scientifique, proche de l’orphisme. On dirait aujourd’hui un Ordre, au sens où la Franc-maçonnerie ou la Rose-Croix sont des Ordres. La communauté s’échelonne sur quatre degrés initiatiques et hiérarchiques, comme dans de nombreuses organisations initiatiques. Les femmes et les étrangers sont admis. Les profanes sont « les gens du dehors », les gens du commun, auxquels rien n’est révélé.

[8] Métaponte ou Metapontion ou Metapontum, aujourd’hui Metaponto / Bernalda, dans la province de Matera, en Basilicate, était une cité grecque du sud de l’Italie antique, aux confins orientaux du golfe de Tarente. Il s’agissait d’une des plus importantes colonies grecques de la Grande Grèce, fondée vers la fin du 8ème siècle av. jc. Florissante et parée de nombreux monuments, Métaponte fut à la pointe des relations entre Grecs et Indigène d’Italie méridionale, notamment avec les Oenotres, puis les Lucaniens à la suite de leur formation au 5ème siècle. Les Romains s’emparèrent de la ville en 270 av. jc, après avoir conquis toute l’Italie méridionale au cours des guerres l’opposant à Pyrrhus d’Epire et la prise de Tarente en 272 av. jc. Pendant la deuxième guerre punique, elle se rallia à Hannibal en 215 av. jc, et fut de nouveau prise par les Romains en 207 av. jc. Les esclaves révoltés dirigés par Spartacus la saccagèrent en 73 ou 72 av. jc.

[9] L’Anatolie ou Asie Mineure est la péninsule située à l’extrémité occidentale de l’Asie. Dans le sens géographique strict, elle regroupe les terres situées à l’ouest d’une ligne Çoruh-Oronte, entre la Méditerranée, la mer de Marmara et la mer Noire, mais aujourd’hui elle désigne couramment toute la partie asiatique de la Turquie

[10] Les Mèdes sont un peuple de l’Iran ancien, voisin des Perses, avec lesquels ils ont souvent été confondus dans les témoignages antiques. Durant le 1er millénaire av. jc, ils occupaient un territoire recouvrant le Nord-Ouest de l’actuel Iran, dans le Zagros occidental, autour de leur capitale Ecbatane (Hamadan de nos jours). Bien qu’une place importante dans l’histoire du Moyen-Orient antique lui soit généralement reconnue, ce peuple n’a laissé aucune source textuelle permettant de reconstituer son histoire. Il n’est connu que par des sources extérieures, assyriennes, babyloniennes et grecques, ainsi que par quelques sites archéologiques iraniens qui sont supposés avoir été occupés par des Mèdes.

[11] Dans la Grèce antique, un tyran était un homme qui disposait d’un pouvoir assuré par la force ; ce pouvait être un ancien magistrat, parfois même un esclave, arrivé au pouvoir après un coup d’État, par ruse plus que par violence. Les tyrans ne prirent jamais officiellement le titre de tyran, et il n’y eut pas de titre général et officiel pour les désigner, c’est pourquoi on leur donne le nom dont leurs ennemis les stigmatisaient.

[12] Le panhellénisme est la volonté de réunir tous les Grecs au sein d’un même ensemble. Ce courant de pensée tire principalement son origine des guerres médiques, pour lutter contre l’empire perse.

[13] L’Ionie est une région du monde grec antique située à l’ouest de l’Asie mineure, entre Phocée et Milet. Elle correspond à la région située dans un rayon de 170 km autour de la ville actuelle d’Izmir. Elle emprunte son nom à Ion, ancêtre légendaire des peuples de cette région. C’est en Ionie que se sont développées les premières formes de science de la philosophie en Occident, chez les penseurs appelés Présocratiques. Les côtes ioniennes présentent beaucoup d’avantages économiques : de bons abris naturels facilitant l’établissement de ports pour le commerce avec des communications aisées vers l’arrière-pays, un climat agréable, des vallées ouvertes pour la culture des céréales et l’élevage des chevaux, des plateaux pour l’élevage des moutons, des collines pour les arbres fruitiers et les oliviers. Dans l’Antiquité, elle fédérait douze cités grecques, du continent et des îles : Chios, Éphèse, Érythrée, Clazomènes, Colophon, Lébédos, Milet, Myonte, Phocée, Priène, Samos et Téos. Halicarnasse les rejoignit après. Brillant foyer de la civilisation hellénique aux 7ème et 6ème siècle av. jc, elle appartient à une ensemble plus vaste appelé « Grèce d’Asie » ou « Grèce de l’Est ».