Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Pythagore

mardi 6 janvier 2015

Pythagore (vers 580 av. jc- vers 495 av. jc)

Réformateur religieux et philosophe présocratique-Mathématicien et scientifique

Né à Samos, une île de la mer Égée au sud-est de la ville d’Athènes.

Sa vie énigmatique permet difficilement d’éclaircir l’histoire de ce réformateur religieux, mathématicien, philosophe et thaumaturge.

Le néopythagorisme [1] est néanmoins empreint d’une mystique des nombres, déjà présente dans la pensée de Pythagore.

D’après un écho marquant d’Héraclide du Pont, Pythagore serait le premier penseur grec à s’être qualifié lui-même de philosophe.

Son père, Mnésarque, ciseleur de bagues, et sa mère, Parthénis, dont le mythe dit qu’elle était la plus belle des Samiennes, descendraient tous deux du héros Ancée, fils de Zeus, qui avait fondé la ville de Samos.

Pythagore est un athlète. Selon une tradition, Pythagore participe aux Jeux olympiques à l’âge de 17 ans. Ce serait la 57e olympiade. Il remporte toutes les compétitions de pugilat [2].

À 18 ans, en 551, il quitte Samos. Il va s’instruire à Lesbos [3] auprès de Phérécyde de Syros , un sage.

En Syrie ou Phénicie. Il rencontre les descendants du prophète et naturaliste Môchos de Sidon. Il fréquente des hiérophantes. Il se fait initier à Tyr [4] et à Byblos [5] et ailleurs. Il revient à Samos, une première fois, suivre les enseignements d’Hermodamas de Samos, un lettré en matière homérique.

Dès Hécatée d’Abdère, les historiens soutiennent que Pythagore part en Égypte vers 547, vers Memphis et Diospolis [6], pour plusieurs années. Dans cette ville se trouve le sanctuaire de Zeus Ammon. Il est reçu par les prêtres, sous Amasis , pharaon de 568 à 526 et connu de Polycrate de Samos. Il apprend la langue à Memphis dans un centre d’interprétariat fondé par Psammétique 1er pharaon en 663. Il étudie la géométrie, l’astronomie des Égyptiens. Il est initié aux Mystères de Diospolis et à la doctrine de la résurrection d’Osiris.

Pythagore se rend en Crète, dans l’antre de l’Ida, haut lieu ésotérique, sous la conduite, dit-on, d’ Épiménide de Crète , et des initiés du Dactyle [7], Morgès. Puis il va en Thrace [8], pour rencontrer les orphiques.

Il revient à Samos une seconde fois. Il commence à enseigner dans un amphithéâtre à ciel ouvert, l’Hémicycle, sans grand succès.

Banni par Polycrate, tyran de Samos, ou bien fuyant, selon Aristoxène, la tyrannie de Polycrate, il quitte Samos vers 535, il part avec son vieux maître Hermodamas. Il va en Grande-Grèce et débarque à Sybaris [9], ville riche et voluptueuse sur le golfe de Tarente.

Il préfère s’installer à Crotone [10], toujours sur le golfe de Tarente, en Calabre, car la ville a un culte pour Apollon et une école de médecine célèbre. Le célèbre athlète Milon de Crotone , 6 fois champion aux jeux Olympiques, et prêtre d’Héra Lacinia, épouse sa fille, Myïa. Son influence sur Crotone s’étend de l’assemblée aux enfants en passant par les adolescents et les femmes qui venaient tous l’écouter. Il ne donne sans doute pas des lois aux Crotoniates, mais il appuie un régime politique de type oligarchique, c’est-à-dire aristocratique, réservé à une élite. Antidémocrate, il pense que c’est une chose insensée de tenir compte de l’opinion du grand nombre.

Il fonde son école à Crotone en 532. C’est une communauté, quasiment une secte, à la fois philosophique, scientifique, politique, religieuse, initiatique. Il fonde d’autres communautés dans les villes d’Italie et de Grèce, Tarente, Métaponte, Sybaris, Caulonia, Locres, et, en Sicile, Rhégium, Tauroménium, Catane, Syracuse. Il ne semble pas qu’il veuille fonder une fédération politique des cités du golfe de Tarente. À Crotone, il ferait la rencontre d’ Abaris le Scythe , grand magicien et “chamane”.

En 510, une révolution populaire à Sybaris, sous la conduite d’un orateur démocrate, Télys, massacre des pythagoriciens, et 500 aristocrates se réfugient à Crotone. Une guerre s’ensuit entre Sybaris et Crotone. L’aristocratie de Crotone, sous la conduite de Milon de Crotone, l’emporte avec 100 000 hommes contre 300 000. Elle massacre à son tour la population et rase Sybaris.

Il s’inquiète du progrès du parti démocratique. Il annonça à ses disciples qu’un soulèvement allait éclater, et de partir pour Métaponte, port de la Lucanie, toujours sur le golfe de Tarente. Sans doute il y trouve une communauté pythagoricienne déjà installée. Il a des disciples qui deviennent illustres, dont le médecin Alcméon de Crotone, le mathématicien Hippase de Métaponte. Les habitants de Métaponte appelaient sa maison « le temple de Déméter », et sa ruelle « temple des Muses ».

Peut-être, en 499, il va enterrer à Délos, grand centre religieux, son vieux maître Phérécyde de Syros.

Pythagore meurt à Métaponte.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Pythagore/ Portail des mathématiques/ Mathématicien de la Grèce antique/

Notes

[1] Le néopythagorisme est un courant philosophique et ésotérique, dérivant de Pythagore, commençant au 1er siècle av. jc à Rome grâce à Nigidius Figulus et à Alexandrie grâce à Eudore d’Alexandrie, divisé en diverses écoles.

[2] sport de l’Antiquité comparable à la boxe

[3] Lesbos est une île grecque de la périphérie d’Egée Septentrionale, souvent aussi appelée du nom de sa capitale Mytilène. L’île présente plusieurs centres d’intérêt, notamment culturel (vestiges antiques), géologique, gastronomique et religieux. Lesbos est aussi connue dans le monde antique pour la qualité de ses vins et de son bois de construction pour les navires et pour son marbre bleu clair.

[4] Tyr se situe dans la Phénicie méridionale, à un peu plus de 70 km au sud de Beyrouth et à 35 km au sud de Sidon, presque à mi-chemin entre Sidon au nord et Acre au sud, et à quelques kilomètres au sud du Litani.

[5] Byblos est une ville du Liban. Les Grecs la nommèrent Byblos, car c’est de Gebal que le papyrus était importé en Grèce. Elle se situe aujourd’hui sur le site de la ville moderne de Jbeil, dans le gouvernorat du Mont-Liban (actuel Liban), sur la côte méditerranéenne, à environ quarante kilomètres au nord de Beyrouth. Elle aurait été fondée vers 5000 av. jc.

[6] Thèbes d’Égypte

[7] magicien

[8] La Thrace désigne une région de la péninsule balkanique partagée entre la Grèce, la Bulgarie et la Turquie ; elle doit son nom aux Thraces, la peuplade qui occupait la région dans l’Antiquité. Au 21ème siècle, la Thrace fait partie, à l’ouest, de la Grèce, Thrace occidentale, au nord, de la Bulgarie et, à l’est, de la Turquie, Thrace orientale.

[9] Sybaris, cité de la Grande-Grèce, fut une colonie grecque du sud de l’Italie (en Calabre actuelle). Fondée par des Achéens du Péloponnèse vers 720 av. jc, Sybaris est située sur le golfe de Tarente, dans un site protégé par les embouchures de deux fleuves : le Crathis (actuel Crati) et le Sybaris (actuel Coscile).

[10] Crotone est une cité située dans le Bruttium sur la côte occidentale du golfe de Tarente sur un promontoire qui s’avance dans la mer Ionienne. Elle est fondée en 710 av. jc par des Achéens et des Spartiates. Assez rapidement elle devient prospère et s’oppose à Sybaris la grande rivale dont les mœurs relâchées contrastent avec Crotone.