Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 7ème siècle > Ali Zayn al-`Âbidîn dit as-Sajâd ou le prosterné

Ali Zayn al-`Âbidîn dit as-Sajâd ou le prosterné

jeudi 29 mars 2018

Ali Zayn al-`Âbidîn dit as-Sajâd ou le prosterné (658-713)

Quatrième imam chiite

Né à Médine [1], sa mère est Shahr Banû [2] une des filles du dernier empereur sassanide de Perse Yazdgard III. Son père est Husayn et son grand-père est `Ali. Il épousa Fatima fille de Hasan, sa cousine germaine.

À la bataille de Karbala [3], il fut le seul survivant des enfants de Husayn. Lorsqu’on apporta le crâne de Husayn au calife omeyyade Yazîd 1er celui-ci fut effrayé.

Ensuite, Yazîd ordonna de traiter Ali Zayn al-Abidin avec égards. Le bruit du massacre des membres de la famille du Prophète par l’armée de Yazîd s’amplifiant dans la capitale, et celui-ci craignant une fronde, il annonça publiquement son désaveu des évènements et ordonna que les captifs soient escortés à Médine, qu’ils avaient quittée 6 mois plus tôt, aux côtés de Husayn.

À Médine, Ali Zayn al-Abidin resta à l’écart des intrigues politiques, ayant la vie consacrée à la religion, musulman exemplaire passant beaucoup de temps en prière ce qui lui valut son surnom as-Sajâd.

Sa succession va amener une première division dans le chiisme [4]. La majorité, les duodécimains [5], pensait que son successeur légitime était Muhammad al-Bâqir , mais une minorité, les zaydites [6], pensait que ce devait être l’autre fils d’`Ali Zayn al-`Âbidîn, Zayd ben `Alî.

Il est mort à Médine en 713 empoisonné. Il est enterré à Médine au cimetière d’al-Baqî` [7] et laissa de nombreux enfants.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Tabarî, traduit du persan par Hermann Zotenberg, La Chronique Histoire des prophètes et des rois, vol. II, Actes Sud / Sindbad, coll. « Thésaurus »,‎ 2001

Notes

[1] Médine est une ville d’Arabie saoudite, capitale de la province de Médine, située dans le Hedjaz. C’est là que vint s’installer en 622 à l’hégire le prophète de l’islam, Mahomet, après qu’il eut, selon le Coran, reçu l’ordre de Dieu de quitter La Mecque, ville distante de plus de 430 km. C’est aussi là qu’il mourut et fut enterré en 632. La ville abrite son tombeau dans la Masjid An Nabawi (mosquée du Prophète) ainsi que les premiers califes Abou Bakr et Omar, les autres personnes importantes de l’islam restant au cimetière Al-Baqi.

[2] dame de la cité

[3] La bataille de Kerbala eut lieu le 10 octobre 680 en Irak. Dans le calendrier musulman c’est le 10 de muharram 61 A.H. La commémoration de cette bataille est le deuil chiite d’Achoura. Cette commémoration se célèbre tous les 10 muharram, c’est-à-dire, en suivant le calendrier lunaire et non pas le calendrier grégorien. La bataille opposa la puissante armée de Yazid Ibn Mu’awiyya (environ 30 000 hommes) à l’armée des partisans de Husayn, fils d’Ali et petit-fils du prophète Mahomet, qui se réduisait à 72 hommes.

[4] Le chiisme constitue l’une des trois principales branches de l’islam avec le sunnisme et le kharidjisme. Il regroupe environ 10 à 15 % des musulmans, dont 90 % de la population iranienne.

[5] Le chiisme duodécimain désigne le groupe des chiites qui croient dans l’existence des douze imams. 90 % des chiites sont duodécimains et ils sont majoritaires parmi les écoles de la pensée chiite. Ils sont majoritaires en Azerbaïdjan, à Bahreïn, en Iran, en Irak, et constituent la communauté musulmane majoritaire au Liban.

[6] Le zaïdisme se veut l’école de pensée des Ahl al-Bayt par excellence et se réclame de la conception du chiisme enseignée par l’imam Zayd Ibn ’Alî Ibn Al Husayn Ibn ’Alî Ibn Abî Tâlib. Il s’agit d’un des trois grands courants chiites avec le chiisme duodécimain et l’ismaélisme, et le plus proche du sunnisme.

[7] Al-Baqî` souvent appelé Janna al-Baqî`, désigne le cimetière situé à Médine à l’angle sud-est de la mosquée du Prophète, le terme Al-Baqî` (parfois translittéré Bakhiah ?) était utilisé pour plusieurs lieux semblables à Médine : Baqî` al-Zubair, Baqî` al-Khail, et d’autres ; Celui-ci s’appelle Al-Baqî` al-Gharqad. Gharqad est le nom arabe du Lycium shawii un arbuste épineux qui poussait à cet endroit.