Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 8ème siècle > Zayd ben Ali ou Zayd ibn Ali

Zayd ben Ali ou Zayd ibn Ali

mercredi 20 juin 2018 (Date de rédaction antérieure : 2 octobre 2011).

Zayd ben Ali ou Zayd ibn Ali

Petit fils de Husayn et arrière petit fils de Ali. En 713, à la mort de son père Alî Zayn al-Abidin la majorité des chiites considérait que Muhammad al-Baqir était le successeur légitime, mais une minorité, les zaydites [1] pensait que ce devait être Zayd ben Ali. Cette succession va amener une division dans le chiisme [2].

Zayd prétendait que l’on ne peut être imam que si l’on se déclare publiquement, et Muhammad al-Baqir ne voulait pas se déclarer publiquement imâm et il objecta à son frère que leur père ne s’était pas déclaré publiquement et qu’il n’en avait pas moins été imam. Finalement la majorité récusa Zayd car il avait déclaré reconnaître la légitimité de l’imamat d’Abû Bakr et d’Umar, ce que les chiites rigoureux refusaient.

Il fut tué, son cadavre fut exhumé et décapité puis mis en croix à Koufa [3] sous le règne du calife omeyyade [4] Hichâam ben Abd al-Malik son fils Yahya ben Zayd lui succède.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Zayd ibn Ali/ Portail de l’Irak/ Catégories : Théologien musulman/ Imam chiite

Notes

[1] Le zaïdisme se veut l’école de pensée des Ahl al-Bayt par excellence et se réclame de la conception du chiisme enseignée par l’imam Zayd Ibn ’Alî Ibn Al Husayn Ibn ’Alî Ibn Abî Tâlib. Il s’agit d’un des trois grands courants chiites avec le chiisme duodécimain et l’ismaélisme, et le plus proche du sunnisme.

[2] Le chiisme constitue l’une des trois principales branches de l’islam avec le sunnisme et le kharidjisme. Il regroupe environ 10 à 15 % des musulmans, dont 90 % de la population iranienne.

[3] Koufa ou Kûfa est une ville d’Irak, environ 170 km au sud de Bagdad, et à 10 km au Nord-est de Nadjaf. Elle est située sur les rives du fleuve Euphrate. C’est la deuxième ville de la province de Nadjaf. Avec Kerbala, et Nadjaf, Koufa est une des trois villes irakiennes de grande importance pour les musulmans chiites. Sur une décision du calife `Omar, Koufa a été construite pour être un pôle d’immigration arabe dans le sud de la Mésopotamie, et de devenir la capitale. Les Arabes recherchaient un endroit où ils ne souffriraient pas de maladies. À l’emplacement de Koufa, il y avait une ville Sassanide qui faisait partie d’une province perse. Les quartiers arabes de la ville ont été construits en 638, à peu près au même moment qu’à Bassora, quand les armées arabes combattaient les Sassanides. La ville fut construite en briques cuites. On commença par construire la mosquée au centre de la ville à 1,5 km de l’Euphrate. On creusa un réservoir d’eau prévu pour 20 000 habitants. La population de Koufa était formée d’immigrants arabes venant soit de la région de La Mecque, soit du sud de l’Arabie, Yémen et Hadramaout, certains d’entre eux étaient chrétiens ou juifs. En 655, les habitants de Koufa soutiennent `Alî contre le calife `Uthman.

[4] Les Omeyyades, ou Umayyades sont une dynastie arabe de califes qui gouvernent le monde musulman de 661 à 750. Ils tiennent leur nom de leur ancêtre Umayya ibn Abd Shams, grand-oncle de Mahomet. Ils sont originaires de la tribu de Quraych, qui domine La Mecque au temps de Mahomet. À la suite de la guerre civile ayant opposé principalement Muʿāwiyah ibn ʾAbī Sufyān, gouverneur de Syrie, au calife ʿAlī ibn ʾAbī Ṭalib, et après l’assassinat de ce dernier, Muʿāwiyah fonde le Califat omeyyade en prenant Damas comme capitale, faisant de la Syrie la base d’un Califat qui fait suite au Califat bien guidé et qui devient, au fil des conquêtes, le plus grand État musulman de l’Histoire.