Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 14ème siècle > Pierre de Navarre ou Pierre de Mortain

Pierre de Navarre ou Pierre de Mortain

vendredi 18 novembre 2016, par ljallamion

Pierre de Navarre ou Pierre de Mortain (1366-1412)

Comte de Mortain

Statue de Pierre de Navarre (Musée du Louvre)Fils puîné de Charles II roi de Navarre] et comte d’Évreux [1] dit Charles le Mauvais, et de Jeanne de France .

Le royaume de Navarre, qui ne pratiquait pas la loi salique, était entré dans la Maison de France en 1284 par Jeanne 1ère de Navarre, épouse de Philippe le Bel.

Celui-ci le premier monta sur le trône avec le titre de roi de France et de Navarre. Sa petite-fille, Jeanne la future Jeanne II de Navarre, privée de la couronne de France par le truchement de la loi salique, garda du moins la Navarre, qu’elle porta par son mariage dans la Maison d’Évreux.

Laissé à la cour de France en gage d’une possible politique de réconciliation entre son père et le roi Charles V, il fut élevé avec le futur roi Charles VI, dont il devint l’inséparable compagnon. Il porta le titre de comte de Mortain [2] dès 1376-1377 qu’il semble abandonner cependant temporairement entre 1378 et 1401 et de lieutenant de toutes les terres du roi de Navarre son père au royaume de France. Ce comté saisi en 1378 et réuni à la couronne sera érigé pour lui en comté pairie par Charles VI, le 21 mai 1401.

Il épouse en 1411 Catherine d’Alençon, fille de Pierre II d’Alençon , comte d’Alençon [3], de Chartres [4] et du Perche [5], époux de Marie Chamaillard , vicomtesse héritière de Beaumont le Vicomte [6], Dame de Saosnois.

Pierre de Navarre, décède le 29 juillet 1412 à Sancerre [7], au retour du siège de Bourges [8] où il avait accompagné le roi Charles VI, laissa sa toute jeune veuve sans enfants.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Jürgen Klötgen, "Un précieux document inédit de Pierre de Navarre (1377)", in : Revue Historique et Archéologique du Maine, Le Mans 1996

Notes

[1] Le comté d’Évreux, créé au 11ème siècle, est commandé par un comte, c’est une partie du duché de Normandie, qui avait pour capitale la ville d’Évreux. Rattaché au domaine royal capétien en 1200, il en sortit pour former un apanage.

[2] Le titre de comte de Mortain fut porté par deux rois d’Angleterre, des rois de Navarre et de nombreux membres de diverses familles royales et ducales. Ce fut dans ses premiers siècles d’existence un titre très prestigieux, mais son importance décrut vers le 14ème siècle pour ne devenir qu’un titre accessoire. Le comté de Mortain fut un comté médiéval centré sur la ville de Mortain (Manche). Les ducs de Normandie y placèrent des membres de leur famille.

[3] Le comté d’Alençon relevait du duché de Normandie lorsqu’il fut acheté, en 1220, aux héritiers de Robert 1er d’Alençon, par le roi de France Philippe Auguste. En mars 1268, son petit-fils le roi saint Louis, le donna à son cinquième fils, Pierre. Ce dernier étant mort sans postérité en 1283, le comté d’Alençon revint alors à la couronne de France et fut donné, en 1286, par le roi Philippe le Bel, avec le comté du Perche, en apanage à son frère Charles, comte de Valois. En 1414, le comté d’Alençon fut érigé en duché-pairie.

[4] Suzerain du duc des Francs Hugues le Grand, un certain Thibaud de Blois profite de la jeunesse de l’héritier au titre ducal pour s’ériger en « comte de Blois » vers 960 alors que son père en était le vicomte. Bientôt, les terres personnelles du comte sont augmentées du comté de Chartres ainsi que la vicomté de Châteaudun. Le titre reste dans les mains de la famille de Thibault jusqu’en 1286, date à laquelle le comté est de nouveau fondu dans le domaine royal.

[5] Ce comté est né au 10ème siècle de terres bocagères qui n’avaient pas été incluses dans le duché de Normandie à sa formation. Plusieurs seigneurs furent alors installés à Mortagne et Nogent pour défendre les terres du Maine et du comté de Blois. Le comté du Perche était délimité au nord par la Marche d’Alençon, frontière avec le duché de Normandie, à l’est par le comté de Chartres, au sud par le Perche-Gouët et à l’ouest par le Maine. La capitale de ce comté fut d’abord Mortagne-au-Perche, puis Nogent-le-Rotrou.

[6] Beaumont-sur-Sarthe est une commune française, ancienne cité médiévale, située dans le département de la Sarthe. La vicomté de Beaumont entra dans la Maison de Brienne avant le mois de février 1253, par le mariage d’Agnès, vicomtesse de Beaumont, dame de La Flèche, de Fresnay, de Sainte-Suzanne et du Lude, sœur de Richard III, dernier descendant des premiers vicomtes, avec Louis, troisième fils de Jean de Brienne, roi de Jérusalem, empereur de Constantinople, et de Bérangère de Castille, sa seconde femme.

[7] Sancerre est une commune française située dans le département du Cher. Sancerre se situe à la limite orientale du département du Cher et de la région Centre-Val de Loire, limitrophe du département de la Nièvre et de la région Bourgogne dont elle est séparée par la Loire. Le canal latéral à la Loire traverse le territoire communal.

[8] Le siège de Bourges, en 1412, est un épisode de la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons. À la suite de l’assassinat de Louis d’Orléans en 1410, frère puîné de Charles VI, par son cousin Jean sans Peur, duc de Bourgogne, le duc Jean de Berry, oncle du défunt duc, rejoint les rangs de l’armée de son gendre, Bernard VII, comte d’Armagnac.