Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Jeanne II de Navarre

dimanche 30 juin 2019, par ljallamion (Date de rédaction antérieure : 2 août 2012).

Jeanne II de Navarre (1311-1349)

Reine de Navarre de 1328 à 1349

La reine Jeanne II de Navarre, (Livre d'heures de Jeanne de Navarre de Jean Le Noir, v. 1336-1340).Fille du roi de France et de Navarre Louis X dit le Hutin et de Marguerite de Bourgogne, elle épousa son cousin Philippe d’Évreux.

Après les morts successives de sa mère en 1315 puis de son père et de son frère consanguin Jean 1er dit le Posthume, elle fut privée de ses droits à la couronne de France en 1317 et à la couronne de Navarre, sous prétexte d’une hypothétique illégitimité, elle passa pour être une enfant adultérine.

Mais, ceux-ci lui furent reconnus, en 1328, par le nouveau roi Philippe VI de Valois, après la mort de ses deux oncles Philippe V le Long et Charles IV le Bel, en échange de la renonciation aux droits sur la couronne de France et de l’abandon au domaine royal de France des comtés de Champagne [1] et de Brie [2] et contre une rente de 15 000 livres. Elle reçue également le comté d’Angoulême [3] et le comté de Mortain [4]. Cependant poursuivant ses tractation elle obtient une partie du Cotentin [5]. Enfin elle ne tarda pas à échanger le comté d’Angoulême contre des place dans le Vexin : Pontoise, Beaumont-sur-Oise et Asnière-sur-Oise.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Bruno Ramirez de Palacios, Charles dit le Mauvais : Roi de Navarre, comte d’Évreux, prétendant au trône de France, janvier 2015, 530 p. (ISBN 978-2-9540585-2-8).

Notes

[1] Le comté de Champagne et de Brie est issu de la réunion des terres de la dynastie des Thibaldiens, c’est-à-dire la branche issue de Thibaut « le Tricheur » (Thibaud 1er de Blois) : comté de Meaux, comté de Troyes. Le comté de Champagne est rattaché au domaine royal par le mariage de Jeanne de Navarre, comtesse de Champagne, et du dauphin Philippe le Bel en 1284. Le rattachement est rendu définitif par leur fils Louis X le Hutin.

[2] Sous les derniers Carolingiens, la Brie eut des comtes particuliers, qui portèrent le plus souvent le titre de comtes de Meaux, du siège de leur seigneurie. En 968, Herbert de Vermandois, comte de Meaux, devint comte de Troyes, et depuis ce moment-là Brie suivit les destinées de la Champagne. Certains comtes de Champagne prirent de ce fait le titre de « Comtes palatins de Champagne et de Brie ».

[3] Lorsque le comté était un fief qui eut sa propre maison, puis qui appartint à la maison de Valois, puis des ducs d’Angoulême qui furent créés dans la famille de Bourbon. Ce fief était à peu près équivalent à l’Angoumois. Il fut joint, lors de l’origine du système féodal, au comté de Périgord.

[4] Mortain est une commune française, située dans le département de la Manche. En 993, Guillaume Longue-Épée prend possession de Mortain, il est le probable fondateur du château (en bois à l’origine). C’est à l’époque de Guillaume Longue-Épée que fut mis en place le comté de Mortain. Le premier comte fut Mauger de Normandie (fils du duc Richard Ier).

[5] Le Cotentin est une péninsule française correspondant globalement aux limites de l’ancien pays normand du même nom autrefois appelé Pagus Constantiensis (pays de Coutances). Élément du Massif armoricain, il s’étend entre l’estuaire de la Vire et l’embouchure de l’Ay et jusqu’à Granville. En 1204, le Cotentin, à l’exception des îles Anglo-Normandes, revient à la France lors de la reconquête du duché de Normandie par Philippe Auguste. La guerre de Cent Ans ravage les campagnes et les châteaux de Cherbourg, Valognes, Bricquebec, Saint-Lô et Saint-Sauveur-le-Vicomte font l’objet de multiples sièges. La paix revenue, l’agriculture amène un essor important au 15ème et 16ème siècle, celui-ci se matérialisant dans le bocage par de nombreuses fermes-manoirs. Les grands seigneurs édifient des châteaux et hôtels de style Renaissance