Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Artaban III ou Artabanus III

mardi 17 novembre 2015

Artaban III ou Artabanus III

Roi des Parthes de 12 à 38/40

Né d’une mère arsacide [1] et d’un prince parthe [2], il a été élevé chez les Dahes [3] et règne sur la Médie [4].

Lorsqu’il est proclamé roi, son prédécesseur Vononès 1er s’enfuit vers l’Arménie. La première partie de son règne est apparemment exempte de guerre contre Rome. Une lettre écrite de sa main à des magistrats de la ville de Suse est le seul document arsacide écrit qui existe.

À partir de 34, il entreprend une action militaire contre les Romains pour le contrôle de l’Arménie. À la mort d’ Artaxias III Zénon d’Arménie, Artaban met son fils Arsace 1er sur le trône d’Arménie. Après la mort de ce dernier, il tente ensuite d’imposer son autre fils Orodès 1er .

Deux nobles parthes, refusant l’autorité d’Artaban, demandent l’aide de Rome pour mettre sur le trône des descendants de Phraatès IV, Phraatès VI puis Tiridate III . Celui-ci devient roi grâce à l’appui du général romain Lucius Vitellius .

Artaban reprend cependant le trône un an plus tard. Cette lutte permet à un certain nombre de villes dont Séleucie [5] de devenir indépendantes. Vitellius reprend la lutte et Artaban se réfugie chez Izatès II roi d’Adiabène [6], théoriquement vassal du royaume d’Arménie, pendant qu’un certain Cinamus monte sur le trône. Artaban récupère celui-ci par la négociation, grâce à l’intervention d’Izatès II, mais meurt peu de temps après.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Artaban III/ Portail de l’Iran/ Roi parthe/

Notes

[1] Les Arsacides sont la dynastie des rois parthes ayant régné sur l’Iran pour former l’empire parthe. Fondée en 250 av. jc par Arsace 1er, elle conserve le trône jusqu’en l’an 224 de notre ère, et est remplacée par celle des Sassanides.

[2] La Parthie est une région historique située au nord-est du plateau iranien, ancienne satrapie de l’empire des Achéménides et berceau de l’Empire parthe qui domine le plateau iranien et par intermittence la Mésopotamie entre 190 av. jc et 224 ap. jc. Les frontières de la Parthie sont la chaîne montagneuse du Kopet-Dag au nord (aujourd’hui la frontière entre Iran et Turkménistan) et le désert du Dasht-e Kavir au sud. À l’ouest se trouve la Médie, au nord-ouest l’Hyrcanie, au nord-est la Margiane et au sud-est l’Arie. Cette région est fertile et bien irriguée pendant l’antiquité, et compte aussi de grandes forêts à cette époque.

[3] Dahae ou Dahaes était une confédération de trois anciennes tribus iraniennes vivant à l’est de la mer Caspienne.

[4] Les Mèdes sont un peuple de l’Iran ancien, voisin des Perses, avec lesquels ils ont souvent été confondus dans les témoignages antiques. Durant le 1er millénaire av. jc, ils occupaient un territoire recouvrant le Nord-ouest de l’actuel Iran, dans le Zagros occidental, autour de leur capitale Ecbatane (Hamadan de nos jours). Bien qu’une place importante dans l’histoire du Moyen-Orient antique lui soit généralement reconnue, ce peuple n’a laissé aucune source textuelle permettant de reconstituer son histoire.

[5] Séleucie du Tigre est une ville antique ruinée située en Irak, en face de Ctésiphon et à 35 kilomètres environ de Bagdad. Elle fut une des plus grandes cités de Mésopotamie à la fin de l’Antiquité, s’inscrivant dans l’histoire entre Babylone et Bagdad. Fondée par le successeur d’Alexandre le Grand, Séleucos 1er Nicator, elle devint rapidement une très grande ville et un centre commercial incontournable.

[6] L’Adiabène est une région de l’Assyrie en Mésopotamie située entre le Grand Zab et le Petit Zab, deux affluents du Tigre. Elle est située autour de la ville d’Arbèles (proche de l’actuelle Erbil en Irak). L’Adiabène est aussi le nom d’une satrapie de l’Empire perse, qui devint un royaume après sa conquête par l’Empire parthe. Le plus souvent le royaume d’Adiabène était vassal de l’Empire parthe, mais il a aussi parfois été vassal de l’Arménie. Située aux lisières de trois puissances (l’Empire romain, l’Empire parthe, l’Arménie), l’Adiabène a souvent su jouer sur ces trois grands « protecteurs » pour se ménager le plus grand espace d’indépendance. Au 1er siècle, le royaume d’Adiabène s’est peu à peu étendu vers l’ouest en empiétant surtout sur l’Arménie et l’Osroène, jusqu’aux villes de Carrhes et d’Édesse. À cette époque, il a peut-être aussi contrôlé Hatra (région au nord de l’Irak, près de Mossoul).