Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 17ème siècle > Guillaume II d’Orange-Nassau

Guillaume II d’Orange-Nassau

mercredi 6 mai 2015

Guillaume II d’Orange-Nassau (1626-1650)

Stathouder des Provinces-Unies de mars 1647 à novembre 1650

Né à La Haye [1], fils du stadhouder [2] Frédéric-Henri de Nassau et de Amelia von Solms-Braunfels , il eut pour précepteur le mathématicien Jan Stampioen , qu’il partagea à peu d’intervalle avec Christian Huygens .

Le 2 mai 1641 dans la chapelle royale du palais de Whitehall [3], à Londres, Guillaume épousa Marie Henriette Stuart, princesse royale, la fille la plus âgée du roi Charles 1er d’Angleterre et de Henriette de France.

En 1648, Guillaume II d’Orange-Nassau s’opposa au traité de Münster [4] malgré la reconnaissance par celui-ci de l’indépendance des Provinces-Unies. Secrètement Guillaume II d’Orange-Nassau ouvrit des négociations avec la France avec pour but de partager les Pays-Bas catholiques avec la France, mais il ne pu mettre son plan à exécution en 1650.

Il travailla pour la restauration de son beau-père Charles 1er sur le trône d’Angleterre. En 1650, il fut impliqué dans une querelle opposant la province de Hollande [5] à dLe grand pensionnaire était le titre officieux du pensionnaire des États de Hollande, c’est-à-dire du secrétaire de l’organe exécutif et législatif de la province de Hollande. Ce sont les Français qui, selon l’étiquette diplomatique de l’époque, ajoutèrent en préfixe le qualificatif grand au 17ème siècle afin de souligner la préséance de facto de la fonction hollandaise sur celles des autres provinces néerlandaises.e puissants négociants. Il s’opposa à la réduction des troupes de son armée qui diminuait son pouvoir, s’ensuivit un grand nombre d’incarcération de membres de l’assemblée provinciale qui furent emprisonnés au château de Loevestein [6]. Il envoya son cousin Guillaume-Frédéric de Nassau-Dietz à la tête d’une armée de dix mille hommes afin de s’emparer d’Amsterdam par la force. Le mauvais temps empêcha le déroulement de cette campagne.

Il vit l’indépendance des Provinces-Unies reconnues par l’Europe aux traités de Westphalie. Il se fit donner par les États généraux, à quatre voix contre trois, une autorité dictatoriale, mais il fut bientôt obligé de la déposer à la suite du triomphe momentané du parti républicain.

Après trois ans de règne, il mourut de la variole le 6 novembre 1650. Son fils, Guillaume , futur roi d’Angleterre est né huit jours après la mort de son père. La charge de stadhouder resta vacante et les pouvoirs furent confiés au grand pensionnaire [7] Johan de Witt.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Guillaume II d’Orange-Nassau/ Portail des Pays-Bas/ Stathouders et monarques des Pays-Bas/ Le petit mourre dictionnaire d’histoire universelle édition Bordas 2004 p 803

Notes

[1] La Haye est la ville siège du gouvernement des Pays-Bas, mais n’est cependant pas la capitale du pays. La Haye est située dans la province de la Hollande-Méridionale, dans l’ouest des Pays-Bas, province dont elle est également le chef-lieu. La Haye a été fondée en 1248 par Guillaume II, comte de Hollande et roi d’Allemagne, puis du Saint Empire romain germanique. À cette date il a ordonné la construction d’un château dans une forêt près de la mer en Hollande, dans lequel il avait l’intention de s’installer après son couronnement. Par la suite, La Haye a été le centre administratif des comtes de Hollande.

[2] Le stathoudérat était une fonction politique et militaire médiévale dans les anciens Pays-Bas. Le stathouder connaît aux 16ème et 17ème siècles une modification importante de son rôle avec le déclenchement de la guerre de Quatre-Vingts Ans, la sécession des Pays-Bas espagnols et l’accession à l’indépendance des Provinces-Unies. Dans l’histoire de la république néerlandaise, les fonctions et l’autorité du stathouder continuèrent de fluctuer grandement selon les circonstances politiques internes et externes. On remarque cependant deux constantes dans l’attribution du stathoudérat durant cette dernière période : l’hérédité de fait en faveur de la Maison d’Orange-Nassau et la sujétion de cette attribution aux États généraux des Provinces-Unies.

[3] Le palais de Whitehall fut la principale résidence des souverains anglais à Londres de 1530 jusqu’en 1698. Il était aussi devenu le plus grand palais d’Europe en comptant progressivement plus de 1 500 pièces. Il fut presque intégralement détruit en 1698 par un incendie, à l’exception de la maison des banquets d’Inigo Jones. Il se trouvait sur le site occupé aujourd’hui par le ministère de la Défense. Le palais donna son nom à la rue qui le longeait à l’ouest, et est aujourd’hui le centre administratif actuel du gouvernement du Royaume-Uni.

[4] Le traité de Münster, ou paix de Münster, est un traité de paix conclu le 30 janvier 1648 à Münster entre le roi d’Espagne et les Seigneurs États Généraux des Provinces-Unies. Ce traité officialise la scission des Pays-Bas espagnols en deux entités et octroie l’indépendance aux Provinces-Unies par rapport à leur souverain, le roi d’Espagne. Le traité fait partie de la paix de Westphalie qui mit fin à la guerre de Trente ans et à la guerre de Quatre-vingts ans.

[5] La Hollande est une région et une ancienne province des Pays-Bas. En 1840, elle a été divisée en deux entités distinctes : la Hollande-Septentrionale et la Hollande-Méridionale. Du fait de l’importance historique de celle-ci, le terme Hollande est aussi utilisé, par synecdoque, pour désigner l’ensemble des Pays-Bas, bien que cette appellation ne soit pas officielle. La Hollande fut successivement incluse dans la Francie médiane lors du traité de Verdun en 843, puis dans la Lotharingie en 855 ; un comté du Saint Empire romain germanique de 925 à 1430, mais le comté est assez autonome dès la fin du 10ème siècle ; une province des Pays-Bas bourguignons, de 1430 (héritage forcé de Jacqueline de Bavière au profit de Philippe le Bon) à 1482 ; une province des Pays-Bas espagnols, de la fin du 15ème siècle (1504 ?) à 1648 (indépendance des actuels Pays-Bas) ; la principale province des Provinces-Unies

[6] Le château de Loevestein est un château néerlandais situé dans l’extrême ouest du Bommelerwaard, sur la commune de Zaltbommel, à l’ouest des villages de Brakel et de Poederoijen, en Gueldre. Le château a été construit vers 1368 par le seigneur d’Altena, Thierry Loef de Horne. Le château occupe un endroit stratégique : la pointe située au confluent de la Meuse et du Waal, là où commence la Merwede supérieure. Historiquement, le château servait à la perception du péage sur les fleuves ; mais il a aussi servi de prison d’État. L’endroit forme la frontière historique entre les duchés de Hollande et de Gueldre et la frontière actuelle des trois provinces Hollande-Méridionale, Gueldre et Brabant-Septentrional. À partir du 17ème siècle, Loevestein fait partie de la Ligne de défense de la Hollande. Loevestein a été conservé en grande partie comme château fort médiéval. De nos jours, le château est un musée d’État, ouvert au public.

[7] Le grand pensionnaire était le titre officieux du pensionnaire des États de Hollande, c’est-à-dire du secrétaire de l’organe exécutif et législatif de la province de Hollande. Ce sont les Français qui, selon l’étiquette diplomatique de l’époque, ajoutèrent en préfixe le qualificatif grand au 17ème siècle afin de souligner la préséance de facto de la fonction hollandaise sur celles des autres provinces néerlandaises.