Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 2ème siècle > Caius Septicius Clarus

Caius Septicius Clarus

dimanche 22 mars 2015, par ljallamion

Caius Septicius Clarus

Haut chevalier romain

À la mort de Pline le Jeune, en 113, Suétone s'attache à Septicius Clarus Préfet du prétoire [1] sous Hadrien avant d’être démis de ses fonctions et de rester en disgrâce. Il est un des plus influents protecteurs et amis de Pline le Jeune et de Suétone.

Dans la première lettre de sa fameuse collection de correspondance, les Lettres, Pline crédite Septicius Clarus de ses constantes exhortations pour le motiver à recueillir et publier ses lettres

Par ailleurs, Pline a obtenu de l’empereur Trajan une place au Sénat pour le neveu de Septicius, Sextus Erucius Clarus , via la questure et il le soutient pour se présenter au tribunat de la plèbe [2]. L’amitié intime entre les deux est évidente dans une autre lettre où Pline réprimande, de manière espiègle, Septicius, de ne pas être venu à un dîner somptueux qu’il lui avait préparé et qu’il lui décrit par le menu.

À la mort de Pline le Jeune, en 113, Suétone se l’attache comme nouveau protecteur. Septicius Clarus lui obtient, sous Hadrien l’importante fonction de secrétaire ab epistulis latinis [3]. Cette charge permet notamment à Suétone d’avoir accès aux archives impériales. Entre 119 et 122, paraît l’œuvre de biographies des premiers empereurs, “la Vie des douze Césars”, point culminant de sa carrière, qu’il dédie à son protecteur Septicius Clarus.

Peu de temps après l’avènement de l’empereur Hadrien, son expérience et sa carrière lui permettent d’être nommé au poste de préfet du prétoire avec Quintus Marcius Turbo , remplaçant le trop puissant Publius Acilius Attianus .

Cependant, quelques années plus tard, Septicius est démis de son poste, “l’Histoire Auguste” nous rapportant que l’empereur allègue un manquement à l’étiquette de la cour vis-à-vis de l’impératrice Sabine. Son ami, l’historien Suétone, alors à la tête de la chancellerie impériale, est démis lui aussi pour les mêmes raisons. La formulation utilisée dans l’Histoire Auguste laisse les historiens perplexes, et il est possible que cela fasse suite à des intrigues à la cour impériale.

On considère généralement l’année de ce renvoi à 122 lorsque l’on considère qu’il est entré en fonction en 118-119 au plus tard. Mais selon les autres hypothèses, notamment pour une prise de fonction tardive en 123-125, l’année de disgrâce serait à dater de 128.

Il reste ensuite en disgrâce tout au long du règne de l’empereur Hadrien.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Caius Septicius Clarus/ Caius Septicius Clarus/ Personnalité du IIe siècle

Notes

[1] Le préfet du prétoire est l’officier commandant la garde prétorienne à Rome, sous le Haut Empire, et un haut fonctionnaire à la tête d’un groupe de provinces, la préfecture du prétoire, dans l’Antiquité tardive.

[2] Dans la Rome antique, les tribuns de la plèbe sont les représentants de la plèbe, élus pour une durée d’un an par le concile plébéien. Ils ne représentent pas le populus dans son entier, puisque la plèbe est le populus (l’ensemble du peuple de Rome, comprenant tous les citoyens de toutes les classes) sauf les patriciens. L’ensemble des moyens d’action passifs et actifs du tribun composent la tribunicia potestas, la puissance tribunitienne. Ils ne disposent ni des pouvoirs, ni des attributs d’un magistrat dans son acception romaine puisqu’ils ne disposent pas de l’imperium ni du droit de prendre les auspices, ils ne sont pas précédés de licteurs et siègent sur un banc et non sur un siège curule. Ils sont néanmoins habituellement caractérisés comme magistrats après que leurs moyens d’action, initialement issus de la plèbe, eurent été progressivement reconnus et étendus par le Sénat et le patriciat.

[3] c’est-à-dire responsable de la correspondance de l’empereur en langue latine