Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 4ème siècle > Aèce d’Antioche ou Aétius d’Antioche

Aèce d’Antioche ou Aétius d’Antioche

dimanche 22 février 2015

Aèce d’Antioche ou Aétius d’Antioche (mort vers 365)

Diacre puis évêque de la communauté anoméenne d’Antioche

Originaire de Cœlé-Syrie [1], il fut le fondateur du mouvement chrétien anoméen [2], de tendance arienne. Il est l’auteur d’un “Syntagmation”.

Aétius grandit dans la pauvreté et l’esclavage. Il travaille comme orfèvre à Antioche [3] pour subvenir au besoin de sa mère, devenue veuve, et étudie la philosophie. Après la mort de sa mère, Aétius poursuit son commerce et étend son champ d’études aux écrits chrétiens, à la théologie chrétienne et à la médecine.

Après avoir travaillé comme vigneron puis de nouveau orfèvre, il se fait médecin ambulant et fait montre d’une grande habileté dans les discussions ayant trait aux sujets médicaux. Cependant, sa capacité de controverse trouve rapidement un nouveau champ d’exercice dans les grandes questions théologiques de l’époque. Il étudie successivement auprès des ariens, de Paulinus, évêque d’Antioche, d’ Athanase d’Anazarbe et du prêtre Antoine de Tarse.

En 350, il est ordonné diacre [4] par Léonce d’Antioche mais est, peu de temps après, contraint de quitter la ville sous la pression des partisans du trinitarisme. Au premier synode de Sirmium [5], il remporte une victoire dialectique sur les évêques homoiousiens [6] Basilius et Eustathius, qui cherchent en conséquence à lui attirer l’inimitié de l’empereur Constantius Gallus.

En 356, il part pour Alexandrie avec Eunomius afin de défendre l’arianisme [7], mais est banni par Constance II. Julien le rappelle d’exil, lui octroie une résidence sur l’île de Lesbos [8] et l’accueille un temps en sa cour de Constantinople.

Ordonné évêque, il use de son autorité en faveur de l’arianisme en ordonnant à son tour d’autres évêques de cette mouvance. Lors de l’accession au pouvoir de Valens, en 364, il se retire dans sa résidence de Lesbos mais revient rapidement à Constantinople, où il meurt en 367.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Aèce d’Antioche/ Portail du christianisme/ Théologien byzantin

Notes

[1] Syrie méridionale et la Palestine

[2] L’anoméisme est un courant du christianisme ancien apparu au 5ème siècle dont les principaux représentants sont Aèce d’Antioche et Eunome. L’anoméisme considère que Dieu le Père et le Fils - Jésus de Nazareth - sont totalement dissociables car l’essence de Dieu est d’être inengendré. Les Anoméens sont parfois appelés Aétiens, Eunomiens, Hétérousiens, ou encore Exoucontiens.

[3] Antioche est une ville de Turquie proche de la frontière syrienne, chef-lieu de la province de Hatay.

[4] Fonction créée par les Apôtres pour se décharger des soucis matériels. Ainsi, le diacre est chargé de distribuer les aumônes à leur place. Peu à peu, il assiste le prêtre dans des tâches spirituelles telles que la distribution de l’eucharistie et le baptême. Saint Etienne a été le premier diacre.

[5] Ce concile se serait tenu à Sirmium en 349 pour condamner l’évêque anti-arien de la ville Photin, disciple de Marcel d’Ancyre. Il n’est mentionné qu’une fois dans la littérature antique et il est probable qu’il s’agisse en fait d’une confusion de dates remontant à l’antiquité avec le concile de 351

[6] Doctrine chrétienne apparue au 4ème siècle contestant l’homoousisme, (la consubstantialité du Père avec le Fils) formulée au concile de Nicée.

[7] Hérésie chrétienne qui a cours du 4ème au 6ème siècle sur l’instigation d’Arius, condamné par l’Eglise en 325 et en 381. Cette doctrine niant la consubstantialité du Fils avec le Père , c’est-à-dire niant l’essence divine de Jésus, se scinde ensuite en plusieurs tendances qui rencontrent un vaste écho dans l’Empire et hors de celui-ci.

[8] Lesbos est une île grecque de la périphérie d’Egée Septentrionale, souvent aussi appelée du nom de sa capitale Mytilène. L’île présente plusieurs centres d’intérêt, notamment culturel (vestiges antiques), géologique, gastronomique et religieux. Lesbos est aussi connue dans le monde antique pour la qualité de ses vins et de son bois de construction pour les navires et pour son marbre bleu clair.