Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 1er siècle de notre ère > Tiberius Claudius Balbillus Modestus dit Tiberius Claudius Balbilus

Tiberius Claudius Balbillus Modestus dit Tiberius Claudius Balbilus

samedi 8 novembre 2014

Tiberius Claudius Balbillus Modestus dit Tiberius Claudius Balbilus (3-79)

Savant, politicien et astrologue romain-Préfet d’Égypte de 55 à 59

Inscription d'Éphèse donnant la carrière d'un procurateur du règne de Claude : Tiberius Claudius Babillus.Le lieu de naissance présumé de Balbilus est Alexandrie, dans la province romaine d’Égypte, il est un noble romano-égyptien avec des ascendants grecs mais aussi arméniens et mèdes.

Fils de Tiberius Claudius Thrasyllus dit Thrasylle de Mendès , savant et astrologue grec du début du siècle qui devient l’ami personnel de l’empereur Tibère et d’ Aka II de Commagène , arrière-petite-fille de Antiochos 1er de Commagène.

Il est membre de l’ordre équestre de Rome et ami du neveu de Tibère, Claude.

Un papyrus daté du 26 août 34 mentionne Balbilus comme l’un des propriétaires d’un établissement de bains situées dans la ville de Theogonis en Égypte ainsi que le bail des bains et les taxes à payer pour ses revenus.

Sous le règne de l’empereur Caligula, il quitte Rome et retourne à Alexandrie.

Après l’assassinat de Caligula le 24 janvier 41, son oncle paternel Claude lui succède comme empereur romain. La carrière politique de Balbilus commence sous le règne de ce dernier. Il quitte Alexandrie pour Rome, et soutient Claude comme un ami quand il devient empereur. Il l’accompagne dans son expédition sur l’île de Britannia en 433, servant comme officier de la legio XX Valeria Victrix.

Il est tribun militaire et commandant de l’ingénierie militaire et est probablement un des premiers Grecs à venir en Grande-Bretagne. Quand Claude et ses légions retournent à Rome, Balbilus est récompensé d’une couronne d’honneur.

Il est l’un des plus hauts magistrats de rang équestre qui sert à Rome. Après son retour à Rome, il reçoit un important poste en Égypte. À Alexandrie, Balbilus est nommé grand prêtre du temple d’Hermès et directeur de la bibliothèque d’Alexandrie, et il partage son temps entre cette ville et Rome. Peu de temps après, il sert comme procurateur dans la province d’Asie.

En octobre 54, Claude meurt et Néron lui succède comme empereur. Sous Néron, Balbilus est nommé préfet d’Égypte de l’an 55 à 593. Après sa préfecture, il continue de vivre à Alexandrie.

Balbilus succède à son père dans ses compétences en astrologie.

Il devient un astrologue éminent à Rome. Pendant le règne de Claude, il est son conseiller, après avoir fait passer un décret expulsant tous les astrologues de la ville et prédit une éclipse qui tomberait le jour d’un anniversaire de l’empereur. Pendant le règne de Néron, Balbilus sert comme conseiller astrologue de l’empereur et de sa mère, Agrippine la Jeune. Une comète passe dans le ciel en 60 ou 64, signalant la mort d’un grand personnage.

Balbilus tente de calmer les craintes de Néron en notant que la solution habituelle est d’assassiner des citoyens éminents, apaisant ainsi les dieux. Néron en convient, tuant de nombreux nobles. Comme Balbilus s’est avéré être un éminent astrologue, il évite la mort de nombreux astrologues sous Néron.

Sous le règne de Vespasien, il revient à Rome depuis Alexandrie et sert d’astrologue à l’empereur, auprès duquel il est en faveur.

Sénèque le Jeune le décrit comme « un excellent homme de savoir sur de nombreuses branches d’études ». Il écrit un traité d’astrologie, titré “Astrologumena”, dont des fragments ont survécu. Ce livre s’adresse à Hermogenes.

Balbilus meurt en 79, peut-être en juin, avant l’empereur Vespasien. Dans ses dernières années, Balbilus vit à Éphèse [1].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia Tiberius Claudius Balbilus/ Portail de la Rome antique/ Personnalité du Ier siècle

Notes

[1] Éphèse est l’une des plus anciennes et plus importantes cités grecques d’Asie Mineure, la première de l’Ionie. Bien que ses vestiges soient situés près de 7 kilomètres à l’intérieur des terres, près des villes de Selçuk et Kuşadası dans l’Ouest de l’actuelle Turquie, Éphèse était dans l’Antiquité, et encore à l’époque byzantine, l’un des ports les plus actifs de la mer Égée ; il est situé près de l’embouchure du grand fleuve anatolien Caystre. L’Artémision, le grand sanctuaire dédié à Artémis, la déesse tutélaire de la cité, qui comptait parmi les Sept merveilles du monde et auquel Éphèse devait une grande part de sa renommée, était ainsi à l’origine situé sur le rivage.