Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 1er siècle de notre ère > Tiberius Claudius Narcissus dit Narcisse

Tiberius Claudius Narcissus dit Narcisse

mercredi 7 juin 2017 (Date de rédaction antérieure : 1er août 2011).

Tiberius Claudius Narcissus dit Narcisse

Affranchi à la tête de la fonction publique sous l’empereur Claude. Il est décrit comme praepositus ab epistulis [1]. Homme de confiance de l’empereur, il amassa d’immenses richesses.

En 43, pendant les préparatifs de la conquête romaine de la Bretagne [2], il fit face à la révolte en s’adressant aux troupes. Voyant un ancien esclave en position de commandement, ils interrompirent leur révolte.

C’est grâce à son influence que le futur empereur Vespasien fut nommé légat de la légion Legio II Augusta en Germanie.

Quand Messaline, déjà épouse légitime de Claude, épousa son amant Gaius Silius en 48, c’est Narcisse qui le rapporta à Claude.

Devant les hésitations de l’empereur, il donna lui-même l’ordre de l’exécuter.

Quand Claude choisit sa nièce Agrippine la Jeune afin de consolider la famille des Julio-Claudiens, puis Néron pour remplir provisoirement le rôle d’héritier, Narcisse s’allia avec l’entourage de Britannicus afin d’assurer son avenir.

Mais, Claude lui faisait toujours confiance et le fit nommer préteur [3]. Il fut chargé de surveiller la construction d’un canal pour évacuer le lac Fucinus, mais la nouvelle épouse de Claude, Agrippine l’accusa de détourner les fonds du projet. En octobre 54, elle l’encouragea à aller en Campanie [4] profiter des bains chauds pour y soulager sa goutte.

Aussitôt après l’annonce de la mort de son protecteur, Narcisse retourna à Rome, mais ses heures étaient comptées. Agrippine commanda son exécution dans les semaines qui suivirent. Avant son emprisonnement et son exécution, il brûla toutes les lettres de Claude pour empêcher Néron d’utiliser leur contenu.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Imago Mundi/ Narcisse

Notes

[1] responsable de la correspondance.

[2] grande bretagne

[3] Le préteur est un magistrat de la Rome antique. Il était de rang sénatorial, pouvait s’asseoir sur la chaise curule, et porter la toge prétexte. Il était assisté par 2 licteurs à l’intérieur de Rome, et 6 hors du pomerium de l’Urbs. Il était élu pour une durée de 1 an par les comices centuriates. La fonction de préteur fut créée vers 366 av. jc pour alléger la charge des consuls, en particulier dans le domaine de la justice. Le premier préteur élu fut le patricien Spurius Furius, le fils de Marcus Furius Camillu. Égal en pouvoir au consul, auquel il n’a pas de compte à rendre, le préteur prêtait le même serment, le même jour, et détenait le même pouvoir. À l’origine, il n’y en avait qu’un seul, le préteur urbain, auquel s’est ajouté vers 242 av. jc le préteur pérégrin qui était chargé de rendre la justice dans les affaires impliquant les étrangers. Cette figure permit le développement du ius gentium, véritable droit commercial, par contraste avec le ius civile applicable uniquement aux litiges entre citoyens romain. Pour recruter, pour former ou pour mener des armées au combat ; sur le terrain, le préteur n’est soumis à personne. Les préteurs ont aussi un rôle religieux, et doivent mener des occasions religieuses telles que sacrifices et des jeux. Ils remplissent d’autres fonctions diverses, comme l’investigation sur les subversions, la désignation de commissionnaires, et la distribution d’aides. Lors de la vacance du consulat, les préteurs, avant la création des consuls suffects, pouvaient remplacer les consuls : on parle alors de préteurs consulaires.

[4] La région de Campanie, plus couramment appelée la Campanie, est une région d’Italie méridionale. Elle fut associée au Latium, une des 11 régions de l’Italie romaine créées par l’empereur Auguste au 1er siècle av.jc Érigée en province à part entière au début du 4ème siècle au temps de l’empereur Dioclétien, la Campanie fut ensuite sous domination lombarde puis byzantine. Elle fut ensuite morcelée par l’indépendance que quelques-unes de ses villes adoptèrent.