Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Reinhard Keiser

jeudi 15 septembre 2016 (Date de rédaction antérieure : 30 juin 2013).

Reinhard Keiser (1673-1739)

Compositeur allemand d’opéra baroque

Reinhard Keiser (1673-1739) Compositeur allemand d'opéra baroque

Principal représentant de l’opéra baroque allemand au début du 18ème siècle, Reinhard Keiser naît à Teuchern [1] près de Weissenfels [2], aux confins de la Saxe [3] et de la Thuringe [4].

Élève de son père organiste à Weissenfels, de Johann Schelle à Saint-Thomas de Leipzig [5], et du compositeur d’opéras Johann Sigismund Kusser .

À l’âge de 11 ans, il quitte sa famille pour entrer à la Thomasschule de Leipzig [6], où il a comme maîtres Johann Schelle et Johann Kuhnau , prédécesseur direct de Johann Sebastian Bach .

En 1694, il devient compositeur de chambre à la cour du duc de Braunschweig-Wolfenbüttel [7], mais il était probablement déjà sur les lieux dès 1692 pour étudier l’opéra. Depuis 1691, la ville de Braunschweig possédait une salle d’opéra de 1200 places, dans laquelle on avait interprété son opéra “Procris und Cephalus”. Par ailleurs, la même année, son opéra “Basilius” avait été donné à Hambourg [8].

En 1697 il s’installe définitivement à Hambourg, pour devenir maître de chapelle [9] à l’opéra am Gänsemarkt [10]. Débute alors une période fructueuse où il compose de nombreuses œuvres pour les besoins de la ville. À côté des opéras, d’autres œuvres voient le jour, des arias, des duos, des cantates, des sérénades, de la musique d’église et de grands oratorios, de la musique de chambre et des suites pour orchestre.

Keiser y règne bientôt en maître incontesté, influencé par l’Italie et, dans une moindre mesure, par la France sur le plan littéraire, mais il est beaucoup plus libre sur le plan musical. Il prend la direction de l’établissement en 1703

De 1703 à 1709, il assure la direction de la Oper am Gänsemarkt, institution publique à but commercial, contrairement aux opéras de cour destinés à la noblesse. Deux à trois représentations y sont données chaque semaine.

Les thèmes des opéras de Keiser sont généralement tirés de la mythologie gréco-romaine, plus de 20 librettistes travaillent successivement pour lui. Parmi plus de 70 opéras qu’il a composés, 8 ont été intégralement conservés.

En 1718, à cause de l’état désolé de la Gänsemarkt-Oper, Keiser quitte Hambourg pour chercher un autre emploi. Pour cela, il se rend en Thuringe [11], mais peu après, on le trouve à la cour de Stuttgart [12]. De cette période existent 3 manuscrits de sonates en trio pour flûte, violon et basse continue. Pendant l’été 1721, Keiser est de retour à Hambourg, mais à peine quelques semaines plus tard, il se rend à Copenhague avec une troupe d’opéra hambourgeoise.

Cet exil aussi rapide de Hambourg s’explique probablement par l’influence grandissante de Georg Philipp Telemann, engagé pendant l’absence de Keiser par le magistrat de la cité hanséatique. Entre 1721 et 1727, Keiser voyage régulièrement entre Hambourg et Copenhague, et reçoit le titre de Maître de la Chapelle royale danoise.

Après la dissolution de la troupe d’opéra, il s’installe de nouveau à Hambourg, mais, à cause des changements de mode, il éprouve des difficultés à reproduire les succès du passé. 3 opéras de la période entre 1722 et 1734 nous sont parvenus. Les relations personnelles avec Telemann sont assez bonnes, Telemann programmant plusieurs représentations des opéras de Keiser.

Au moment où Mattheson est atteint de surdité, Keiser lui succède au poste de cantor [13] de la cathédrale.

Quand Keiser meurt, l’opéra allemand est déjà en plein déclin, face à l’opéra italien bientôt personnifié, dans les pays germaniques, par Johann Adolf Hasse .

Il faudra attendre près d’un demi-siècle, et surtout Mozart , pour le voir renaître.

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Imago Mundi/ Reinhard Keiser

Notes

[1] Teuchern est une ville allemande de l’arrondissement du Burgenland, dans le land de Saxe-Anhalt. Elle se situe à environ 10 km au sud-est de Weißenfels.

[2] Weißenfels est une ville d’Allemagne, du Land de Saxe-Anhalt. Elle est située sur la Saale. Les villes proches sont Halle, Leipzig et Naumbourg.

[3] L’Électorat de Saxe était un État du Saint Empire romain germanique de 1356 à 1806 dont le souverain était investi d’une fonction élective au trône impérial. Il succéda au duché de Saxe-Wittemberg et fut remplacé par le royaume de Saxe.

[4] La Thuringe, officiellement appelée État libre de Thuringe, est l’un des länder d’Allemagne. Situé au centre du pays, il a une superficie de 16 200 km2 pour 2,3 millions d’habitants. Sa capitale est Erfurt. La Thuringe porte le nom des Thuringes qui occupaient son territoire vers le 2ème siècle. Passé sous domination franque au 6ème siècle, elle forma à partir de 1130 un landgraviat du Saint Empire romain germanique.

[5] L’église Saint-Thomas est une église de Leipzig célèbre pour avoir été l’endroit où Jean-Sébastien Bach a travaillé comme maître de chapelle. Elle héberge un chœur de garçons de renommée mondiale, le Thomanerchor. Citée pour la première fois en 1212 dans la charte de fondation du couvent des chanoines des Augustins, l’église Saint-Thomas ne reçut sa forme actuelle d’église à trois nefs qu’à la fin du 15ème siècle.

[6] La Thomasschule zu Leipzig (en français : Lycée Saint-Thomas de Leipzig) est un Gymnasium public avec internat de Leipzig. L’école a été fondée en 1212 et est l’une des plus vieilles écoles des régions germanophones. L’école est un lycée avec un point fort en musique et a un chœur d’enfants de renommée mondiale, le Thomanerchor.

[7] La principauté de Brunswick-Wolfenbüttel, est une principauté du Saint Empire romain germanique issue d’une scission, en 1269, du duché de Brunswick Lunebourg. Son histoire complexe est jalonnée par de nombreuses divisions puis refusions avec la principauté mère. Au Congrès de Vienne en 1815, le duché de Brunswick a été désigné comme État successeur.

[8] Hambourg est une ville et l’un des 16 Länder composant l’Allemagne. Située au nord du pays, près de l’embouchure de l’Elbe et à proximité de la mer du Nord, Hambourg est la deuxième plus grande ville d’Allemagne (après Berlin) et le premier port du pays. Hambourg était membre fondateur de la ligue hanséatique. Cette ancienne appartenance est encore aujourd’hui revendiquée par la ville, comme élément caractéristique de son identité. C’est ainsi que le code de la ville sur les plaques d’immatriculation est HH, qui signifie Hansestadt Hamburg et que le nom officiel de la ville est Freie und Hansestadt Hamburg (ville libre et hanséatique de Hambourg).

[9] Un maître de chapelle, à l’origine maître de musique, ou dans les pays allemands Kapellmeister, ou encore maestro di cappella en Italie, désigne une personne chargée, dans un cadre religieux chrétien, d’enseigner et de faire entendre la musique avant tout liturgique, et de composer des partitions polyphoniques essentiellement des motets au sein de la « chapelle musicale » d’une église.

[10] L’Oper am Gänsemarkt de Hambourg fut, de 1678 à 1738, le premier et principal opéra municipal de tous les pays de langue allemande. Le nom signifie « près du Marché aux Oies ».

[11] La Thuringe, officiellement appelée État libre de Thuringe, est l’un des länder d’Allemagne. Situé au centre du pays, il a une superficie de 16 200 km2 pour 2,3 millions d’habitants. Sa capitale est Erfurt. La Thuringe porte le nom des Thuringes qui occupaient son territoire vers le 2ème siècle. Passé sous domination franque au 6ème siècle, elle forma à partir de 1130 un landgraviat du Saint Empire romain germanique.

[12] Stuttgart est la capitale du Land de Bade-Wurtemberg, au sud de l’Allemagne. Stuttgart était la propriété de la margrave de Bade et les villes de Backnang et Besigheim. Autour de 1300, Stuttgart est devenue la résidence des comtes de Wurtemberg, qui en ont fait la capitale de leur territoire (Territorialstaat). Stuttgart a été élevée au rang de ville en 1321 quand elle est devenue la résidence royale officielle. Le territoire autour de Stuttgart fut appelé comté de Wurtemberg, avant que les comtes soient élevés au rang de ducs en 1495, par l’empereur. Stuttgart est alors devenue la capitale du duché et la résidence ducale.

[13] Chanteur en latin ; plus spécifiquement : chantre d’église ; chef de chœur ou maître de chapelle (à l’église, dans les pays allemands) : celui qui dirige le chœur, d’abord envisagé dans sa finalité liturgique. C’est donc le responsable de la musique, depuis l’exécution des chorals (base de la liturgie luthérienne née au 16ème siècle), jusqu’à la composition des motets, en passant par l’enseignement de ces disciplines. Par exemple : maître de musique d’une église cathédrale ou d’un autre type d’église, ainsi que maître de la musique de la chapelle de la cour, ou d’un prince.

Répondre à cet article