Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Accueil du site > Histoire du 15ème siècle > Georges Chastellain ou Chastelain

Georges Chastellain ou Chastelain

mercredi 23 septembre 2020 (Date de rédaction antérieure : 9 octobre 2012).

Georges Chastellain ou Chastelain (1403-1475)

Poète et chroniqueur bourguignon

georges-chastellain chroniqueur-xve-siecle-

Né dans le comté d’Alost [1] en Flandre, en 1403, il étudia à Louvain [2] et après quelques années dans l’armée, voyagea en Angleterre et en France. Il se mit au service de la cour de France, puis de Philippe le Bon et de Charles le Téméraire, il fut, dans ses œuvres poétiques (Miroir de la mort, l’Oultré d’amour), l’un des plus sobres des grands rhétoriqueurs [3]. Sa Chronique des ducs de Bourgogne [4] est en partie perdue. Il meurt à Valenciennes [5] en 1475

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Estelle Doudet, Poétique de George Chastelain (1415-1475) : un cristal mucié en un coffre, Champion, 2005.

Notes

[1] Le comté d’Alost est une principauté féodale située dans le territoire de l’actuelle Belgique. Le comté d’Alost se trouvait sous la suzeraineté du comte de Flandre, mais était située dans le Saint Empire. Il faisait donc partie de la Flandre impériale. L’origine de ce comté se trouve en 1056, quand le comte de Flandre Baudouin V reçut de l’empereur Henri IV un comitatus dans l’ouest du Brabant, jusqu’à la Dendre. Le comte confia l’administration de cette région à une famille, qui auparavant avait détenu la fonction d’avoué de l’abbaye Saint-Pierre de Gand et qui prit le titre de seigneur d’Alost. Ce territoire était donc un comté, mais ceux qui le tenaient au nom du marquis de Flandre n’étaient point comtes, mais simples seigneurs.

[2] Louvain est une ville néerlandophone de Belgique située en Région flamande, chef-lieu de la province du Brabant flamand et chef-lieu de l’arrondissement qui porte son nom. Elle est arrosée par la Dyle, affluent du Rupel. Louvain devint le centre de commerce le plus important du duché entre le 11ème et le 14ème siècle.

[3] La rhétorique est d’abord l’art de l’éloquence. Elle a d’abord concerné la communication orale. La rhétorique traditionnelle comportait cinq parties : l’inventio (invention ; art de trouver des arguments et des procédés pour convaincre), la dispositio (disposition ; art d’exposer des arguments de manière ordonnée et efficace), l’elocutio (élocution ; art de trouver des mots qui mettent en valeur les arguments → style), l’actio (diction, gestes de l’orateur, etc.) et la memoria (procédés pour mémoriser le discours).

[4] Le duché de Bourgogne est fondé en 880 à partir du royaume de Bourgogne, par les rois carolingiens Louis III et Carloman II et les membres princiers de leur famille qui se partagent l’Empire carolingien de Charlemagne dont ils ont hérité. Ils féodalisent tous les royaumes carolingiens de France en duchés et comtés vassaux des rois de France. Richard II de Bourgogne (dit Richard le Justicier) est nommé marquis puis premier duc de Bourgogne et un des six pairs laïcs primitifs de France par son suzerain le roi Louis III.

[5] Valenciennes est une commune française, historiquement capitale du comté du Hainaut français et aujourd’hui sous-préfecture du département du Nord. Elle est située au confluent de l’Escaut avec la Rhônelle. En 1285, la monnaie du Hainaut fut remplacée par la monnaie de France : l’écu. Valenciennes est une ville en pleine activité, forte de ses nombreuses corporations. À l’abri de son enceinte, un grand nombre de couvents se développe, à l’instar des Dominicains. Au 14ème siècle Albert de Bavière fait construire la tour de la Dodenne, où encore aujourd’hui la cloche sonne en l’honneur de Notre-Dame-du-Saint-Cordon. Au 15ème siècle, le Hainaut, rattaché au duché de Bourgogne, perd de son autonomie, mais Valenciennes jouit d’une grande renommée grâce aux artistes qu’elle protège en ses murs. L’économie de la ville repose essentiellement sur la draperie et le commerce, principalement du vin et des céréales des campagnes environnantes.