Bienvenu sur mon site historique. Bon surf

L’histoire pour le plaisir

Hugues de Calveley

mardi 22 septembre 2020 (Date de rédaction antérieure : 3 août 2012).

Hugues de Calveley (mort en 1393)

Gisant de Hugues de Calveley dans l'église de St Boniface à Bunbury dans le comté de Cheshire.Il naquit dans le comté de Cheshire [1] et à la tête des archers anglais, il se distingua à la bataille de Poitiers le 19 septembre 1356 [2]. Lors de la guerre de succession du duché de Bretagne, il combattit Charles de Blois dans les rangs de l’armée de Jean de Montfort et se distingua lors du combat des Trente [3] le 27 mai 1351 entre Français et Anglais près de Ploërmel [4], il fut l’un des combattants représentant l’Angleterre.

On le retrouve en Castille [5] sous les ordres de Bertrand Du Guesclin en qualité de capitaine de compagnie. Cette campagne militaire terminée il revint dans le parti anglais et fut nommé gouverneur de la ville de Brest [6].

P.-S.

Source : Cet article est partiellement ou en totalité issu du texte de Georges Bordonove, Les Rois qui ont fait la France - Les Valois - Charles V le Sage, t. 1, Pygmalion, 1988.

Notes

[1] Le Cheshire, anciennement appelé « comté de Chester », est un comté en grande partie rural dans le nord-ouest de l’Angleterre. Son chef-lieu administratif est la ville de Chester, bien que Warrington soit la ville la plus peuplée du comté. Cheshire avoisine le Merseyside et Grand Manchester dans le nord, Derbyshire dans l’est et Shropshire et Staffordshire dans le sud. À l’ouest du comté se trouvent deux districts gallois, Flintshire et Wrexham.

[2] La bataille de Poitiers a été livrée au cours de la guerre de Cent Ans le 19 septembre 1356 à Nouaillé-Maupertuis, près de Poitiers en Aquitaine. Le roi de France Jean II le Bon cherche à intercepter l’armée anglaise conduite par Édouard de Woodstock, prince de Galles, qui est en train de mener une chevauchée dévastatrice. Par une tactique irréfléchie, Jean II conduit ses troupes, quoique numériquement très supérieures, au désastre et se fait prendre, ainsi que son fils Philippe et de nombreux membres éminents de la chevalerie française.

[3] Le combat des Trente est un épisode de la guerre de Succession de Bretagne qui se déroula le 26 ou 27 mars 1351 sur le territoire actuel de la commune de Guillac (Morbihan), entre Josselin et Ploërmel, près du chêne de la lande de Mi-Voie. À la suite d’un défi lancé par Jean IV de Beaumanoir, un combat est organisé entre trente partisans de Charles de Blois et trente partisans de Jean de Montfort

[4] Ploërmel est une commune française, située dans le département du Morbihan. Les réunions des états de Bretagne n’avaient pas de lieu fixe et ont été tenues à plusieurs reprises à Ploërmel, qui apparaît donc comme une ville importante du duché de Bretagne.

[5] Le royaume de Castille est un ancien royaume du Moyen Âge qui trouve ses origines au nord de la péninsule Ibérique, dans l’actuelle Espagne. À la fin du Moyen Âge, le royaume de Castille s’étend depuis le golfe de Gascogne au nord jusqu’à l’Andalousie au sud et comprend la majeure partie du centre de la péninsule Ibérique. En 1037, date à laquelle Ferdinand 1er fonde le Royaume uni de Castille et León. En 1058, Ferdinand est à l’origine d’une série de guerres contre les Maures, se lançant à la conquête de ce qui allait devenir la Nouvelle-Castille (bataille d’Alarcos et bataille de Las Navas de Tolosa). La région s’agrandit particulièrement sous le règne d’Alphonse VI (1065-1109) et d’Alphonse VII (1126-1157). Sous Alphonse X, la vie culturelle du royaume se développe, mais une longue période de conflits internes suit. En 1469, le mariage de Ferdinand II d’Aragon (plus tard Ferdinand V de Castille) et d’Isabelle 1ère de Castille initie l’union des royaumes d’Aragon et de Castille et, par la suite, de l’ensemble de l’Espagne.

[6] Le château de Brest est un château fort qui domine la ville de Brest au-dessus de l’embouchure de la Penfeld et de la vaste rade qui s’étend à l’ouest du Finistère. Plus ancien monument de la ville, il conserve depuis 17 siècles sa vocation originelle de forteresse militaire dans un site d’une grande importance stratégique. En 1341, Jean, comte de Montfort, demi-frère de Jean III de Bretagne, époux de Jeanne de Flandre, dispute le duché de Bretagne à Charles de Blois, époux de Jeanne de Penthièvre. La prise de Brest lui est indispensable. Il doit éviter que la place devienne un refuge pour ses ennemis ou qu’elle devienne un point d’entrée en France pour les troupes de leur allié, Édouard III d’Angleterre. Pour prendre le château il s’assure d’une large supériorité numérique et de puissants engins de siège pour battre en brèche les murailles. L’assaut dure plusieurs jours.